Piston et Bigoudi essaient le Land Rover Range Rover Evoque

Publié le 23 novembre 2012 dans Essais par Nadine Filion

Le principe de cette chronique Piston et Bigoudi est fort simple : nous prêtons un véhicule de presse à un couple qui, pendant deux semaines, en fait extensivement l’essai pour le compte du Guide de l’Auto. Les deux participants ont une consigne à respecter : noter toutes leurs impressions, bonnes ou mauvaises.

Ces « j’aime » et « je n’aime pas », chaque essayeur doit les garder pour lui-même, question de ne pas dénaturer l’expérience de l’autre. Pas facile, nous dit-on…

Ce mois-ci, Jessica Tucker et Vincent Thibodeau ont essayé pour nous le Range Rover Evoque, récipiendaire de nombreux prix internationaux — à commencer par celui du Meilleur nouveau camion nord-américain 2012. Sous le capot, on retrouve un quatre cylindres turbo à injection directe de 2,0 litres (ceux qui se demandent s’il s’agit d’un transfuge de l’Ecoboost de Ford, la réponse est : oui !) produisant 240 chevaux. Le tout est transigé par une boite automatique six rapports avec palettes au volant et transmis aux roues par une traction intégrale permanente Haldex.

Prix d’étiquette pour cet Evoque cinq portes en variante Pure : 46 995 $, plus 2 700 $ pour les optionnelles roues de 19 pouces, le hayon à ouverture électrique et la caméra de recul. Le système de navigation et le toit panoramique n’agrémentent pas cette version. Les frais de transport et de préparation sont, oh surprise, parmi les plus bas du marché, toutes marques confondues : 1 270 $. Notez que la variante Prestige de l’Evoque atteint les 60 095 $.

Voici ce que nos essayeurs ont dit.

Bigoudi

Nom : Jessica Tucker
Âge : 21 ans
Résidence : Laurentides
Métier : entraineuse / BodyShop Saint-Jérôme
Au quotidien : Honda Civic 2008

Jessica Tucker et son conjoint Vincent Thibodeau sont justement en train de magasiner un utilitaire compact – de préférence, européen. Est-ce que ça sera le Range Rover Evoque? Le BMW X3? L’Audi Q5 ou le Mercedes GLK?

Une chose est sûre, le véhicule british qu'ils ont roulé pendant deux semaines remporte la mise, côté style. Notre essayeuse et ses proches l’ont trouvé magnifique: « C’est unanime, tout le monde l’a trouvé vraiment, vraiment beau », dit Jessica. Qui plus est, il s’intègre à toutes les situations : « On peut aussi bien le conduire devant un resto chic qu’au terrain de soccer. » Dedans aussi, ça marche : « L’intérieur est élégant, la finition est très bien. Non seulement les sièges avant sont confortables, mais ils chauffent très rapidement. Je suis tellement moins fatiguée en sortant de l’Evoque qu’après avoir pris place dans un certain “char sport”… » (NDLR La tendre moitié conduit une Volks Golf R32… qui a remplacé une MazdaSpeed6… qui, elle, a remplacé une BMW 320i…).

Jessica apprécie le démarrage sans clé « C’est très pratique de pouvoir laisser la télécommande dans sa sacoche et ne plus avoir à se casser le “becycle” », de même que le hayon à ouverture électrique « Très pratique quand on a les mains pleines ». Notre essayeuse accorde par ailleurs de bons points au volant chauffant et aux éclairages d’accueil dont on peut modifier la couleur.

Des points négatifs? « J’ai eu de la difficulté à en trouver, mais quand même : contrairement au BMW X3 et à l’Audi Q5, il manque un extra rangement à l’avant. Et le volume de chargement, lorsque la banquette est relevée, est moins important que je ne m’y attendais. Enfin, la vision vers l’arrière est… nulle. Au moins, il y a une caméra de recul : de quoi vraiment faciliter les stationnements en parallèle. » Toute cette techno à bord, est-elle aisée à apprivoiser? « Oui, tant pour l’écran tactile que pour les commandes au volant, qui permettent de tout contrôler. Et ça, ça vient d’une fille “zéro gadget” qui n’a même pas de cellulaire! »

Côté conduite, Jessica encense la suspension, qui est « de bon compromis », mais elle considère le turbo lent à réagir. Par contre : « Je suis vraiment surprise du peu que ça m’a couté en carburant, même après avoir été prise dans des bouchons de circulation. »

Vendue à l’Evoque, alors, notre essayeuse? « Certes, je le trouve plus beau que le BMW X3 et, uniquement pour cette raison, je serais prête à faire le compromis de la vision nulle vers l’arrière. Mais le Land Rover est cher et, par ailleurs, je m’interroge sur sa fiabilité. Peut-être que j’attendrais un peu… et que je ferais le saut vers un Evoque vieux de deux ou trois ans. »

Piston

Nom : Vincent Thibodeau
Âge : 23 ans
Résidence : Laurentides
Métier : Peintre chez Bell Hélicoptère
Au quotidien : Volkswagen Golf R32 2008

Ce qui a le plus étonné Vincent Thibodeau, du « bébé » Range Rover, c’est le comportement routier des plus sportifs. « Je ne m’attendais pas à une telle tenue sportive de la part d’un utilitaire – et je vous confirme que je l’ai essayé, un brin pas mal. La direction est très précise, la transmission répond bien… en fait, on dirait que c’est une voiture, pas un camion! »

Tout comme sa conjointe, notre essayeur a toutefois trouvé les reprises lentes, mais : « C’est peut-être parce que je suis habitué au couple d’un V6. Reste qu’avec le quatre cylindres turbo de l’Evoque, je sentais qu’il fallait le fouetter, en rétrogradant lors des dépassements. » Malgré tout, la frugalité en carburant l’a impressionné : « Même si l’on a bien, bien roulé, on a réussi à s’en tirer entre 9 L et 10 L/100km. »

À l’instar de Jessica, Vincent a trouvé impossible de bien voir vers l’arrière, en manœuvres de recul. De même: « Les rétroviseurs sont très larges, mais leur avantage devient un inconvénient lorsqu’ils bouchent la vue latérale – on peut facilement manquer d’apercevoir un piéton. »

Si les places arrière lui sont apparues respectables, « à condition de ne pas mesurer plus de six pieds », l’espace de chargement l’a laissé sur sa faim : « Il n’est pas très large et, surtout, pas très haut. Conséquence : une poche de gardien de hockey n’entre pas sans rabattre la banquette.

Vincent est un automobiliste qui s’inquiète… de la fiabilité de ce qu’il conduit. (Les mauvaises langues lui feront remarquer qu’il roule en Volks, ce à quoi il répond qu’il a roulé en BMW 320i pendant 200 000 km et qu’il n’a jamais eu de problème.)  « Mon premier réflexe, lorsque j’ai pris possession de l’Evoque, était d’angoisser à chaque petit bruit étrange. Un élément qui n’a pas aidé la cause : notre couple d’essayeurs a dû patienter deux jours avant de pouvoir mettre la main sur l’Evoque, parce que le véhicule a été appelé à visiter le concessionnaire à une troisième reprise... pour un phare brulé. Rien pour rassurer Vincent. Au contraire, tout pour l’inciter… à conduire la bête jusqu’à l’atelier d’un ami mécanicien. Surprise : « Sous le capot, le transfuge du Ford Ecoobost lui fait dire que « le constructeur américain a fait ses preuves, côté moteur, ça ne devrait donc pas être si pire. »

Comme quoi tout est, souvent, question de réputation… Et justement, qui dit Land Rover, dit performances tout-terrain. Là encore, Vincent a voulu mettre l’Evoque à l’épreuve et il l’a conduit, en compagnie de sa douce, dans les bas fonds de Tremblant. « Le système de traction a très bien travaillé. Les capacités ont été à la hauteur, tant sur des pentes gazonnées glissantes que dans des dunes de sable. »

Et alors, on craque pour l’Evoque ou pas? Assez pour dire, en rendant les clés du véhicule : « On va avoir besoin de quelques jours pour faire notre deuil. » Mais ensuite, à tête reposée : « Dans cette catégorie de véhicules d’environ 50 000 $ à 60 000 $, la concurrence est très, très forte : BMW X3, Audi Q5, Mercedes GLK. Vrai qu’on se fait emballer par un bel utilitaire comme le Range Rover, mais… je pense que je magasinerai encore. »

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×