Nissan Rogue 2014 - L'épreuve du circuit de glace

Publié le 31 janvier 2014 dans Premiers contacts par Gabriel Gélinas

Au cours de la dernière année, le Rogue s’est démarqué en devenant le véhicule le plus vendu de la marque Nissan au Canada, même s’il était distancé par le Honda CR-V et le Toyota Rav4 au chapitre des ventes dans ce créneau du marché où la concurrence n’a jamais été aussi vive qu’aujourd’hui. Avec le modèle 2014, Nissan espère pouvoir réduire l’écart qui sépare le Rogue de ses rivaux immédiats.

Dans la publicité télévisée conçue pour le marché canadien, le Rogue 2014 est conduit dans un environnement urbain où il démolit systématiquement une armée de menaçants bonshommes de neige alors que son conducteur sauve in extremis une famille de six passagers immobilisés dans un autre véhicule. C’est une publicité efficace qui démontre bien la disponibilité du rouage intégral et de la nouvelle configuration à sept passagers du multisegment de Nissan. Mais le Rogue est-il vraiment un « héros pour l’hiver » comme le suggère la pub?

Pour en avoir le cœur net, nous avons conduit le Rogue 2014 dans les Laurentides ainsi que sur le circuit de Mécaglisse à Notre-Dame-de-la-Merci, un complexe de sports motorisés toutes saisons de 700 acres comportant trois tracés recouverts de neige et de glace. Il est cependant important de préciser que les Rogue conduits sur les pistes de Mécaglisse étaient chaussés de pneus à crampons Nokian Hakkapeliitta 7, tandis que ceux qui roulaient sur les routes publiques étaient équipés de pneus d’hiver conventionnels sans crampons.

Le rouage intégral du Rogue n’est pas de type à prise constante, mais plutôt de type « sur demande » dans la mesure où le véhicule priorise toujours la traction avant et ne répartit qu’une partie du couple aux roues arrière que lorsque les roues avant motrices se mettent à patiner. Il est toutefois possible d’appuyer sur le bouton Lock pour engager directement la traction aux quatre roues pour bénéficier d’un maximum d’adhérence, mais seulement à des vitesses inférieures à 40 kilomètres/heure, donc juste pour se sortir d’un banc de neige ou démarrer sur une chaussée glacée par exemple. L’une des particularités du Rogue 2014 est l’ajout d’un système appelé Active Trace Control qui mesure constamment l’angle de braquage du volant et la position de l’accélérateur et qui peut commander le freinage sélectif de certaines roues afin de réduire le sous-virage et de permettre au véhicule de mieux s’inscrire dans la courbe. Ce système s’est avéré plutôt efficace, car il était plus facile de conduire le Rogue sur le circuit glacé avec l'Active Trace Control en fonction que lorsqu’il était désactivé. Voilà un bon usage d’une technologie aussi simple que pratique.

Le nouveau Rogue est construit sur une architecture différente, mais son moteur est le même que celui de la génération précédente, et c’est là son principal point faible. En bref, le même moteur 4 cylindres de 2,5 litres et 170 chevaux doit composer avec le poids plus élevé (49 kilos de plus par rapport à l’ancien modèle) du nouveau Rogue. Ce rapport poids-puissance moins favorable a une incidence directe sur l’agrément de conduite car la puissance est simplement adéquate avec deux personnes à bord. Aussi, Nissan favorise l’usage de transmissions à variation continue (CVT pour Continuously Variable Transmission) afin de réduire la consommation de carburant. Bien que ce type de transmission soit en effet plus efficace en consommation, un véhicule équipé d’une CVT est nettement moins agréable à conduire parce que le bruit de moteur est très présent en accélération franche et ne s’amenuise que lorsque les poulies de la transmission s’ajustent pour accélérer le véhicule. Ce phénomène se manifeste beaucoup moins lors d’accélérations partielles, mais vous en ferez l’expérience à chaque entrée sur l’autoroute ou à chaque dépassement sur une route secondaire quand la pleine puissance sera sollicitée. Il est clair que le Rogue n’a pas été conçu pour plaire aux amateurs de conduite un tant soit peu sportive. Si vous vous rangez dans ce camp, faites l’essai d’un CX-5 de Mazda qui est la référence du créneau pour l’agrément de conduite.

En modifiant le moteur et la transmission CVT, les ingénieurs de Nissan avancent qu’ils ont été en mesure de réduire la consommation de 18 % par rapport au modèle précédent, que le nouveau Rogue consomme moins que le Ford Escape, le Honda CR-V ou le Toyota Rav4 dans une proportion variant de 0,4 à 1,0 litre aux 100 kilomètres, selon le véhicule auquel on le compare, et que le Rogue rend des cotes de 8,2 litres aux 100 kilomètres en ville et de 6,2 sur la route. Cependant, notre consommation réelle lors de cet essai réalisé en hiver s’est chiffrée à une moyenne de 10,4 litres aux 100 kilomètres sur un parcours composé majoritairement de routes secondaires et d’autoroutes.

Le Rogue marque des points avec son habitacle très spacieux. Les sièges arrière peuvent coulisser sur des rails sur une plage de 9 pouces, ce qui permet de prioriser le dégagement pour les jambes des passagers arrière. En outre, les dossiers des sièges arrière peuvent s’incliner pour offrir un meilleur confort. En revanche, les places de la troisième rangée – faisant partie de l’option Family Tech sur les modèles SV – ne conviendront que pour un usage occasionnel. En prenant place à bord, on remarque immédiatement la qualité de la présentation intérieure qui est supérieure à celle que l’on retrouve chez les concurrents comme le CR-V de Honda et le Rav4 de Toyota. Ici, plusieurs surfaces sont plus agréables au toucher et à l’œil, les sièges avant sont très confortables et un toit ouvrant panoramique fait partie de la dotation de série des modèles de gammes moyenne et supérieure (SV et SL). Tout cela contribue à nous donner l'impression très nette de rouler à bord d’un véhicule plus haut de gamme et plus confortable.

Pour répondre à la question posée au début de cet article, oui, le Rogue se défend très bien en conduite hivernale, même si son rouage intégral à temps partiel n’est pas aussi sophistiqué que celui à prise constante d’un concurrent comme le Subaru Forester. Le Rogue se distingue par son confort, ses qualités pratiques et même par ce que l’on pourrait qualifier de touches de luxe dans ce créneau des utilitaires sport de taille compacte, mais il laisse toutefois un peu à désirer au chapitre de l’agrément de conduite. Mais comme la plupart des acheteurs de ce type de véhicule vont prioriser le confort aux performances, le nouveau Rogue devrait s’avérer très populaire. L’échelle de prix du Rogue 2014 commence à 23 498 $ pour le modèle de base S à traction avant et le modèle SL à traction intégrale pleinement équipé se vend 33 098$.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Nissan Rogue
Version à l'essai n.d.
Fourchette de prix n.d.
Prix du modèle à l'essai n.d.
Garantie de base n.d.
Garantie du groupe motopropulseur n.d.
Consommation (ville/route/observée) n.d.
Options n.d.
Modèles concurrents Chevrolet Equinox, Dodge Journey, Ford Escape, GMC Terrain, Honda CR-V, Hyundai Tucson, Jeep Cherokee, Kia Sportage, Mazda CX-5, Mitsubishi Outlander, Subaru Forester, Toyota RAV4, Volkswagen Tiguan
Points forts
  • Style réussi
  • Disponibilité de la configuration sept places
  • Ingénieux système de rangement (5 places)
  • Dotation de série
  • Qualité de finition
Points faibles
  • Agrément de conduite mitigé
  • Boîte CVT peu agréable
  • Puissance moteur juste
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5
Valeur subjective 4.5/5
Esthétique 4.0/5
Confort 4.0/5
Performances 3.0/5
Appréciation générale 4.0/5
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×