Mercedes-Benz Coupé C 300 4MATIC 2017 : L’ironie de l’histoire

Publié le 3 juin 2016 dans Blogue par Marc-André Gauthier

En dévalant les falaises des Éboulements, admirant par le fait même la beauté de notre cher fleuve Saint-Laurent, je ne puis m’empêcher de voir une certaine ironie à la situation, à une Mercedes-Benz qui filait tout droit vers le cœur du Saguenay.

L’ironie, c’est que les Coupé Mercedes-Benz C 300 4MATIC qui composaient notre convoi allaient réussir là où Karl Donitz avait échoué. Vous savez à quoi je fais référence?

Lors de la Seconde Guerre mondiale, un conflit si près et si loin de notre réalité, l’état-major de l’Allemagne nazie avait chargé le grand-amiral de la marine de guerre allemande, Karl Donitz, de stopper l’envoi de matériel de guerre allié vers la Grande-Bretagne.

Pour ce faire, l’amiral employa sa redoutable flotte de sous-marins U-Boat, les plus avancés au monde à l’époque, pour envoyer plusieurs centaines de navires par le fond.

Or, l’un des ports les plus employés à cette époque par les Alliés était celui de Montréal, et Montréal, on y accède par un endroit : le fleuve.

L’amiral Donitz lança donc une série d’expéditions militaires contre les bateaux alliés dans le Golfe du Saint-Laurent, dans le but de bloquer le passage aux bateaux qui partaient de Montréal.

Certains sous-marins s’aventurèrent même dans le fleuve, où eurent lieu plusieurs escarmouches avec la marine canadienne et la marine britannique de l’époque.

À la fin, les forces alliées réussirent à assurer la sécurité des navires, et le rêve d’Hitler — d’isoler Montréal de l’Europe — tomba à l’eau.

Pénétrer au cœur du Québec, l’Allemagne n’a pas réussi à le faire par la force, Dieu merci!

Toutefois, elle l’a réussi, économiquement, et nos petits Coupé C 300 le prouvent.

Comment les voitures de luxe Mercedes-Benz, et par extension BMW et Audi, ont-elles réussi à prendre la place qu’elles ont aujourd’hui?

Après avoir conduit la nouvelle C 300, l’explication apparaît claire.

Ces marques furent les premières à offrir des véhicules de luxe qui alliaient confort, raffinement, et précision, alors que nos marques de luxe domestiques piétinaient avec des formules qui ne plaisaient qu’à une partie infime de la population. Cadillac est un bel exemple :

elle se réveille aujourd’hui, mais force est d’admettre qu’elle a un coup de retard. Pendant qu’elle s’efforce au démantèlement de la Série 3 de BMW pour construire son ATS, BMW, elle, travaille sur sa nouvelle Série 3. Par le temps que l’ATS arrive, BMW a une nouvelle Série 3, plus moderne, en avance.

Il semblerait que l’ingénierie surpasse les armes, et l’innovation, l’imitation.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×