Volvo V60 Polestar 2017 : bleutée suédoise

Publié le 24 janvier 2017 dans Premiers contacts par Gabriel Gélinas

Polestar est à Volvo ce qu’AMG est à Mercedes-Benz. Polestar a fait ses débuts en compétition à la fin des années 90 avec une Volvo 850 familiale en Championnat britannique des voitures de tourisme. Avec sa silhouette particulière, la bagnole avait un air plutôt déjanté par rapport aux berlines de facture plus conventionnelle des marques allemandes et japonaises rivales. Par la suite, Polestar a développé plusieurs modèles de performance pour la marque suédoise, avant d’être carrément absorbée par Volvo en 2015 pour en devenir la division performance.

Une rebelle…
Dans le paysage automobile actuel, la V60 Polestar se démarque complètement. Non seulement par sa couleur Bleu rebelle, mais surtout parce qu’il s’agit d’une familiale sport animée par un moteur quatre cylindres de 2,0 litres, suralimenté à la fois par un compresseur volumétrique ET par un turbocompresseur. Il livre puissance et couple à la route par l’entremise d’un rouage intégral qui priorise le train arrière. Bref, on parle ici d’une familiale pour parents pressés marquant un clivage évident avec les VUS en vogue et s’adressant à de vrais amateurs de performance.

Côté look, sportivité rime avec subtilité, la V60 Polestar n’affichant pas sa vocation sportive aussi ouvertement qu’une Subaru STI. Le design des boucliers, de la calandre et de l’aileron de toit témoigne d’un souci évident de l’efficacité aérodynamique, mais également d’une certaine retenue côté style. Même constat pour ce qui est de la présentation intérieure, où le métissage du cuir nubuck, du carbone et des surpiqûres en bleu fait preuve d’une certaine sobriété. Le look BCBG, quoi…

Photo: Gabriel Gélinas

Sport et confort
La dynamique de la V60 Polestar est rehaussée de plusieurs crans par rapport à la V60 conventionnelle grâce, entre autres, à des suspensions bonifiées par l’ajout d’amortisseurs Öhlins, tout comme sur la Lamborghini Aventador. Seule ombre au tableau, ces amortisseurs ne sont pas paramétrables au moyen d’une commande électronique sur la V60 Polestar. Il faut donc obligatoirement se glisser sous la voiture pour les ajuster manuellement si l’on souhaite modifier le comportement de cette dernière.

Cela étant dit, le roulis et les mouvements de la caisse demeurent bien maîtrisés, et les suspensions s’avèrent assez conciliantes sur nos routes. En fait, seules les rues maganées de Montréal nous ont fait souffrir lors de l’essai, la V60 Polestar ayant composé avec brio avec les routes secondaires et autoroutes de la banlieue.

En enfilant les bretelles d’accès aux autoroutes à haute vitesse, on note que le sous-virage se fait sentir lorsque les limites sont repoussées, mais le comportement demeure toujours prévisible. Le rouage intégral peut livrer jusqu’à 65% de la motricité aux roues arrière et la dynamique est donc largement axée sur la performance.

Le moteur s’exprime avec une belle vivacité, le compresseur volumétrique contribuant à assurer une accélération franche et soutenue quand le régime moteur est sous la barre des 4 000 tours/minute, et le turbocompresseur prend le relais par la suite en livrant la puissance maximale à 6 000 tours/minute. On regrette toutefois que la boîte automatique à huit rapports soit plutôt lente, même en mode Sport, et l’on se met à rêver d’une boîte à double embrayage qui aurait un effet aussi immédiat que transformateur pour rehausser d’autant plus la sportivité.

Photo: Gabriel Gélinas

La vie à bord
Le tandem S60/V60 est l’un des moins récents de la marque suédoise et cela devient plus qu’évident lorsque l’on constate que la V60 Polestar n’est pourvue que d’un seul port USB et d’un système d’infodivertissement désuet. Le clavier est doté de touches minuscules et l’écran est une petite lucarne dont la qualité graphique laisse beaucoup à désirer.

La concurrence a fait des pas de géants en matière de connectivité, et la V60 accuse un sérieux retard de ce côté. Heureusement, l’arsenal des systèmes de sécurité avancés de la marque répond présent avec huit coussins gonflables en prime et le confort des sièges avant demeure souverain.

Zéro option, un prix, deux couleurs
Une somme de 69 000 dollars. Voilà ce qu’il en coûte pour acquérir l’une des rares V60 Polestar destinées au marché canadien pour 2017. Le seul choix que l’acheteur doit faire est celui de s’afficher au volant d’une voiture de couleur Bleu rebelle ou Argent clair métallisé, la dotation d’équipement étant complète et les options inexistantes.

Il n’y a pas de doute, la V60 Polestar est une auto de connaisseurs qui permet à l’acheteur féru de performance de se démarquer complètement des berlines et coupés sport proposés par la concurrence, contrairement à la berline S60 Polestar qui elle rentre parfaitement dans ce moule. Pour ce seul aspect, elle mérite toute notre admiration.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Volvo V60
Version à l'essai Polestar
Fourchette de prix 40 600 $ – 69 000 $
Prix du modèle à l'essai 69 000 $
Garantie de base 4 ans/80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 4 ans/80 000 km
Consommation (ville/route/observée) 12,0 / 9,0 / 11,3 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Audi S4, BMW M3, Mercedes-AMG C 43, Volkswagen Golf R
Points forts
  • Moteur performant
  • Style sportif et sobre
  • Très bonne tenue de route
  • Rouage intégral efficace
  • Polyvalence assurée
Points faibles
  • Boîte automatique lente
  • Pas de calibration électronique des suspensions
  • Système infodivertissement dépassé
  • Prix élevé
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5 Somme toute raisonnable compte tenu du potentiel de performances
Confort 3.0/5 Les suspensions ne sont pas ajustables électroniquement, mais ne sont pénalisantes que sur routes dégradées.
Performances 4.0/5 Beaucoup de puissance et de couple, mais la boîte automatique est plutôt lente
Système multimédia 1.5/5 Complètement dépassé sur le plan technique. Un des points faibles de la voiture.
Agrément de conduite 4.0/5 La tenue de route est bonne et le comportement prévisible. On note toutefois que le sous-virage se pointe rapidement à la limite.
Appréciation générale 4.0/5 On aime, mais on aimerait encore plus avec une boîte à double embrayage et un système d'infodivertissement à la page.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×