Audi A4 2017: Look classique et finition au top

Publié le 1er janvier 2017 dans 2017 par Gabriel Gélinas

Chez Audi, la A4, renouvelée l’an dernier, fait figure de best-seller, ce qui explique peut-être pourquoi les concepteurs ont conservé un certain classicisme de bon aloi, voire une certaine retenue, lors de la création de ce modèle de cinquième génération qui a le mérite d’être la voiture la plus aérodynamique de sa catégorie avec un coefficient de traînée de seulement 0,23.

Sous cette carrosserie se cache une toute nouvelle architecture innovante dont certains éléments sont réalisés en aluminium et en magnésium afin de réduire le poids de la voiture. Dès les premiers kilomètres, on sent immédiatement que le comportement routier de cette Audi est plus direct, plus incisif, plus « athlétique » qu’auparavant. L’autre belle surprise c’est le silence de roulement dont elle fait preuve, ce qui rend la vie à bord très agréable, même lorsque le paysage défile à haute vitesse. Sous cet aspect précis, la A4 nous montre qu’elle est à la hauteur des berlines plus grandes et plus chères. Le quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres à essence lui convient parfaitement, car elle peut ainsi faire preuve d’une belle sportivité. Très fort en couple, ce moteur est capable de reprises très rapides et ne s’essouffle pas à haut régime. Du solide, en quelques mots.

Le look futuriste de l’habitacle

Comme c’est toujours le cas dans les véhicules de la marque, la qualité de la finition est sans reproches et la présentation crée un clivage très net avec le modèle précédent, particulièrement lorsque le cockpit virtuel paramétrable d’Audi est au programme, remplaçant les cadrans analogiques de la version de base. L’écran central fixe, qui est apposé sur la planche de bord, mesure 8,3 pouces et sert aussi d’interface avec les systèmes Apple CarPlay et Android Auto pour optimiser l’intégration des téléphones intelligents.

Le dégagement pour les jambes des passagers arrière a progressé et les places avant offrent un dégagement supérieur pour la tête et les épaules par rapport au modèle précédent. Le facteur luxe est assuré par la qualité d’assemblage et les appliques en bois à pores ouverts, lesquelles confèrent une grande richesse à la présentation intérieure.

Le modèle allroad

La gamme A4 s’enrichit avec l’arrivée d’une nouvelle allroad élaborée sur la plate-forme de la berline. On remarque immédiatement la calandre avec lames verticales, partagée avec les VUS Audi, ainsi que la garde au sol plus élevée et les passages de roue élargis, tous des éléments qui sous-tendent ses aptitudes en conduite hors route. On apprécie également les lignes classiques et sobres de la carrosserie qui assurent la filiation avec la berline de la gamme. En fait, il s’agit essentiellement d’une familiale surélevée proposée comme une alternative aux VUS.

Au cours d’un premier contact dans la région de Munich, la A4 allroad s’est montrée très silencieuse et confortable, même lors de pointes à 200 kilomètres/heure sur les tronçons sans limites de vitesse de l’autobahn, les bruits de roulement et de vent ne filtrant que très peu dans l’habitacle. Le moteur de l’allroad est le même que celui de la berline et il livre son couple sur une plage étendue de 1 600 à 4 500 tours/minute, ce qui autorise des performances tout à fait adéquates en accélération comme en reprises.

La seule boîte disponible est à double embrayage à sept rapports et l’allroad est la première voiture de la marque à recevoir une nouvelle version du rouage intégral, « quattro ultra », qui peut découpler le train arrière lorsque les conditions routières sont favorables, ce qui permet de bonifier la consommation de carburant. Par ailleurs, le système Audi drive select propose un mode de conduite supplémentaire : le mode Offroad qui ajuste la réponse des systèmes de la voiture afin d’optimiser son comportement sur sol meuble. Cependant, la A4 allroad étant dépourvue d’un différentiel blocable, elle n’a pas les mêmes aptitudes qu’un Jeep pour la conduite hors route, mais elle n’aura aucun problème à rouler sur des routes en terre pour se rendre au chalet…

Comme la A4 allroad est élaborée sur la nouvelle plate-forme B9 servant également la berline A4, le dégagement pour les jambes des passagers arrière a progressé de 23 millimètres par rapport au modèle antérieur. L’espace de chargement est de 505 litres avec les dossiers en place, mais le plancher n’est pas parfaitement plat lorsqu’on les replie, ce qui vient réduire un peu la polyvalence.

L’autre modèle qui retient l’attention est la nouvelle S4, elle aussi élaborée sur la plate-forme MLB. Plus légère que le modèle antérieur, elle conserve les éléments visuels typiques du modèle comme les rétroviseurs latéraux de couleur argent. Sous le capot se cache un V6 de 3,0 litres turbocompressé de 354 chevaux et 369 livres-pied de couple. Assez pour éclipser la barre des 100 kilomètres/heure en 4,7 secondes. La S4 n’est pas une rivale directe pour les BMW M3 et M4 mais s’inscrit plutôt en concurrence directe avec la BMW 340i.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×