Kia Sedona 2017: Direction Vacances!

Publié le 1er janvier 2017 dans 2017 par Alain Morin

Au Canada en 2014, Kia a vendu 708 Sedona. En 2015, la marque coréenne a présenté une toute nouvelle génération de sa fourgonnette, qui s’est vendue à 2 597 unités. Même si ces chiffres sont beaucoup moins importants que ceux de n’importe quelle autre fourgonnette sur le marché, il n’en demeure pas moins que tripler, et même davantage, ses ventes, peu importe le créneau, tient pratiquement du miracle.

Il faut dire que la Sedona n’est plus le mièvre véhicule d’avant 2015. La nouvelle s’est améliorée à tous les niveaux. Tout d’abord, on ne peut passer sous silence son style extérieur bien défini, robuste sans l’être trop et, ma foi, dynamique. Le tableau de bord, lui, rappelle davantage l’automobile ou le VUS que le véhicule sans âme qu’est, habituellement, une fourgonnette. Tout d’abord, contrairement aux autres, la Sedona présente une console centrale comme celle d’une berline, avec levier de vitesses, porte-gobelets et espaces de rangement. C’est cool, mais si les designers en avaient profité pour ajouter davantage d’espaces de rangement, personne ne s’en plaindrait. D’autres fourgonnettes en offrent bien plus.

Petites frustrations…
Selon le point de vue de l’auteur, et ça demeure éminemment personnel, le tableau de bord est franchement joli et, surtout, assemblé avec soin. Il est d’ailleurs difficile de trouver à redire sur l’ergonomie générale. Le système multimédia UVO est généralement convivial même si j’ai quelquefois eu à me battre contre le système de navigation pour pouvoir y entrer une nouvelle adresse. Aussi, je trouvais inutile le fait que l’écran donne un message avertissant que je venais de mettre les essuie-glaces hors fonction! C’est le genre de truc qui peut devenir frustrant à la longue.

J’ai eu la chance de passer plusieurs heures derrière le volant d’une Sedona ou sur l’une des six autres places. Que l’on soit assis à l’avant ou à la deuxième rangée, le confort ne peut être remis en question. Il est vrai que la dernière version essayée sur une plus longue période était une SXL, donc la plus haut de gamme. Les sièges avec repose-pieds rabattable donnent l’impression de relaxer dans un fauteuil La-Z-Boy tant ils sont confortables.

En contrepartie, on ne peut les enlever, les rabattre sous le plancher comme dans les produits Chrysler/Dodge, ou les replier pour dégager davantage d’espace dans le coffre. Au chapitre de la polyvalence, le duo précité est en avance, et de beaucoup. D’ailleurs, c’est la Sedona qui offre la moins grande capacité de chargement de la catégorie – de peu, faut-il mentionner – une fois tous les sièges baissés ou avancés.

… grandes qualités
Comme c’est pratiquement toujours le cas pour les fourgonnettes, la Sedona n’offre qu’un seul moteur. Il s’agit du V6 de 3,3 litres que l’on retrouve dans la Cadenza, le Sorento et le Hyundai Santa Fe. Ce moteur semble parfaitement taillé pour le caractère placide de la Sedona. Il est doux et n’a pas peur d’ouvrir ses injecteurs lorsqu’il est sollicité.

La boîte de vitesses est une automatique à six rapports qui fonctionne suffisamment bien pour se faire oublier. Elle permet au moteur de ne tourner qu’à 1 700 tr/min à 100 km/h (2 000 à 120 km/h), ce qui réduit le niveau de bruit dans l’habitacle et améliore la consommation. Parlant de consommation, après trois semaines d’autoroutes et de routes secondaires souvent montagneuses, ma moyenne de consommation a été de 10,8 l/100 km. Vraiment super pour un véhicule de plus de 2 000 kilos.

Quiconque aime conduire devrait se tenir loin des fourgonnettes, dit l’adage. Cependant, la Sedona, sans se mériter le qualificatif « excitant », est sans doute la plus agréable à conduire de sa catégorie. La direction se permet même un certain retour d’information bien qu’elle soit très légère. Par contre, les plus grands peuvent trouver que le repose-pied n’est pas suffisamment éloigné puisque même à 5’ 6’’, j’avais toujours le genou gauche trop replié.

Les différents sonars qui parsèment la carrosserie de la Sedona gagneraient à être un peu moins prompts à avertir le conducteur faisant marche arrière du moindre bout de pollen qui se déplace dans l’air. J’exagère, mais pas tant que ça! Les systèmes d’aide à la conduite sont presque aussi sensibles et gèrent avec autorité le moindre comportement rebelle. Malgré cela, et au risque de me répéter, pour une fourgonnette, la Sedona est agréable à conduire.

Lorsque Kia est revenu dans le marché de la fourgonnette il y a deux ans, plusieurs se sont demandé si les dirigeants de l’entreprise coréenne n’avaient pas trop abusé des petites pilules vendues sur certains coins de rue. Eh non! Kia est arrivé avec une offre sérieuse qui risque, à moyen terme, de faire bouger ce créneau. Juste ça, c’est tout un exploit!

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×