Audi SQ5 2018 : pour s’exciter raisonnablement

Publié le 31 mai 2017 dans Premiers contacts par Sylvain Raymond

Audi a introduit l’automne passé la seconde génération de son VUS compact, le Q5 2018, un véhicule qui s’est rapidement hissé au sommet des ventes de la marque au Canada, et ce, malgré qu’une seule version était en vente. Cette année, les acheteurs auront plus de choix puisque le SQ5 2018, la variante survitaminée, débarque avec comme mission de dynamiser l’ensemble et bien entendu, de vous faire dépenser un peu plus.

Attendu, l’Audi SQ5 2018? Tout à fait! Introduit initialement en 2012, le SQ5, le modèle de première génération représentait au Canada plus de 10% des ventes, un pourcentage très élevé pour une version plus musclée et surtout, beaucoup plus dispendieuse. D’ailleurs, le Québec représente toujours un marché de prédilection pour ce type de bolide, on aime pouvoir affirmer que l’on en a un peu plus sous le capot.

La même puissance que l’ancien SQ5
Ce SQ5 est basé sur la nouvelle génération du modèle. Au cœur de sa raison d’être se trouve un nouveau moteur six cylindres de 3,0 litres qui cette fois ne dispose pas d’un surcompresseur comme l’ancien V6, mais bien d’un turbocompresseur, unique, mais à double volute. C’est en fait le même moteur que l’on retrouve à bord des nouvelles S4 et S5. Étonnamment, on obtient la même puissance que dans le passé, 354 chevaux, mais on a droit à une hausse de couple, 23 lb-pi pour un total de 369 lb-pi libérés rapidement, dès 1 370 tours/min.

Ce moteur transmet sa puissance aux quatre roues par le biais d’une excellente transmission automatique à huit rapports ZF. Parlant de rouage intégral, si vous aviez été déçu par le nouveau rouage quattro ultra de la version de base qui favorise la puissance aux roues avant — au nom d’une meilleure économie de carburant —, dans le cas du SQ5, vous aurez droit au système classique à prise permanente qui ampute un peu plus de puissance de la part du moteur, mais s’avère aussi plus efficace. En conduite normale, il favorise les roues arrière sous un ratio de 60/40 et comporte de série un différentiel à vecteur de couple à l’arrière.

Changement de cap pour la suspension
Pour la première fois, le modèle est proposé avec la suspension pneumatique adaptative : dans un revirement de situation, alors qu’on avait annoncé initialement qu’elle ne serait pas disponible dans les versions de base, elle le sera finalement, moyennant un déboursé supplémentaire.

Côté style, ce SQ5 se démarque par sa grille au design plus agressif, son aileron arrière et des miroirs latéraux au fini satiné. Néanmoins, ce sont ses roues de 20 pouces qui attireront les regards, encore plus les cinq modèles de 21 pouces optionnels qui rehaussent d’un cran l’effet dynamique du SQ5. On aurait voulu une différentiation visuelle des étriers de frein, ce n’est pas le cas. On aime bien les ailes plus évasées de cette nouvelle génération et surtout, son échappement quadruple à l’arrière, bien intégré dans le bas du parechoc. Ceux qui apprécient les familiales seront ravis par ses traits généraux qui s’apparentent à une voiture, surtout avec son débattement un peu plus bas.

Quelques éléments griffés « S » soulignent la vocation du véhicule. On y retrouve le même tableau de bord alors que l’instrumentation Audi virtual cockpit y a fait son chemin. Non seulement l’aspect technologique de cet affichage numérique est bien dosé, mais sa personnalisation est simple à comprendre, ce qui n’est pas le cas de tous les systèmes du genre. On ne se perd pas dans un dédale de menus. Les sièges sont ultraconfortables, avec tout de même un peu moins d’espace pour les passagers arrière.

Photo: Sylvain Raymond

Pas bestial, juste plus sportif
Il faut savoir que si vous vous attendez à conduire un véritable bolide, vous pourriez être déçu. Le SQ5 est plus sportif, mais pas nécessairement bestial. Il faudrait plus extrême, un RS Q5, s’il existait, pourrait bien coller à ce descriptif. Dans le cas qui nous occupe, on se réjouit du ronronnement plus marqué du moteur, surtout en mode Sport, mais lorsqu’on enfonce l’accélérateur, on en voudrait davantage pour ce qui est de la sportivité.

Côté performance, le 0-100 km/h se boucle en environ 5,4 secondes et sa consommation moyenne se situe à 8,3 l/100 km, ce qui n’est pas mal pour un VUS doté d’aussi belles aptitudes. C’est ici que son tempérament plus modéré devient payant, que ce nouveau moteur trouve sa justification par rapport à l’ancienne mécanique.

Pas de désappointement avec la boîte à huit rapports. Elle est rapide et très efficace, on peut aussi changer manuellement les rapports grâce aux palonniers situés derrière le volant. Les rapports inférieurs sont courts et rapprochés, favorisant la sportivité, tandis que les rapports finaux sont un peu plus étirés afin de maximiser l’économie de carburant, contribuant aussi au confort de roulement et au silence à bord.

La suspension pneumatique optionnelle absorbe correctement les défauts de la route et permet un plus grand niveau de personnalisation en conduite. Quand elle est jumelée au système Drive Select — qui permet de sélectionner différents programmes de conduite affectant la réaction de l’accélérateur, la fermeté de la direction, la réponse du moteur et de la transmission —, on obtient un véhicule qui reflète votre personnalité sur la route.

Bref, l’Audi SQ5 2018, tout comme les modèles S4 et S5, apporte un degré de sportivité supplémentaire sans franchir la « ligne bestiale », comme c’est le cas avec certains VUS AMG du côté de Mercedes-Benz ou M chez BMW.

Son prix de base? 71 690 $ par rapport aux 54 200 $ exigés pour le Q5. Vous pouvez déjà vous précipiter chez votre concessionnaire, l’Audi SQ5 2018 sera en vente au cours des prochaines semaines.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Audi Q5 2018
Version à l'essai SQ5 3.0 TFSI quattro Progressiv
Fourchette de prix 44 950 $ – 65 900 $
Prix du modèle à l'essai 61 300 $
Garantie de base 4 ans/80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 4 ans/80 000 km
Consommation (ville/route/observée) n.d.
Options n.d.
Modèles concurrents Acura RDX, BMW X3, BMW X4, Land Rover Discovery Sport, Land Rover Range Rover Evoque, Lexus NX, Lincoln MKC, Mercedes-Benz Classe GLK, Porsche Macan, Volvo XC60
Points forts
  • Aménagement et finition intérieure
  • Puissance disponible sans délais
  • Style sportif à souhait
  • Rouage quattro efficace
  • Consommation raisonnable
Points faibles
  • Un peu trop sobre
  • Sonorité du moteur
  • Devient rapidement dispendieux
Fiche d'appréciation
Consommation 4.5/5 Plusieurs avancés intéressantes en ce sens
Confort 4.0/5 Grand confort à bord et sur la route
Performances 4.0/5 On en voudrait un peu plus
Système multimédia 4.0/5 Simple et efficace
Agrément de conduite 4.0/5 Une bonne dose de sportivité par rapport à la version de base
Appréciation générale 4.0/5 Simplement un des meilleurs chez les VUS compacts
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×