Premiers essais des nouvelles BMW M5 et i3s au Portugal

Publié le 29 novembre 2017 dans Pleins feux sur par Marc Lachapelle

Pendant que la planète automobile s’étourdit au Salon de Los Angeles et que les nouvelles BMW M5 et i3s y font leur première apparition nord-américaine, l’envoyé du Guide de l’auto file en sens inverse, vers le Portugal, pour y conduire ces deux nouvelles sportives allemandes radicalement différentes.

La sixième génération de la M5, berline ultraperformante de référence depuis plus de trente ans, a droit à ses plus importantes transformations à ce jour. Surtout l’adoption d’un premier rouage intégral baptisé M xDrive, qui offre plusieurs modes de conduite, dont « propulsion ». Bonjour les grandes dérives en contrebraquage avec de longues traînées de fumée bleue dans son sillage.

Ces figures sont réservées au pilotage sur circuit, bien sûr. Ça tombe bien, puisque nous pourrons explorer à fond tenue de route et performances de cette berline d’exception sur le circuit d’Estoril. Il y a de quoi, puisque la nouvelle M5 est propulsée par un V8 biturbo de 4,4 litres qui produit 600 chevaux et un couple de 553 lb-pi.

Ce déferlement de puissance est transmis aux roues motrices par une boîte automatique à huit rapports, avec la promesse d’un sprint 0-100 km/h de 3,4 secondes, prestation fulgurante pour une voiture qui accuse 1 855 kg, malgré un toit en fibre de carbone, un capot en aluminium et une kyrielle d’autres composantes en alliage. On peut évidemment réduire le poids de 23 kg en remplaçant les immenses disques de freins par des disques en carbone encore plus grands.

Aux antipodes de la M5, nous allons aussi découvrir au Portugal la i3s, version sportive de la première BMW conçue dès le premier instant pour la propulsion électrique. Chassez le naturel et il revient au galop chez le constructeur bavarois, reconnu pour les performances et la tenue de route affutées de ses meilleures créations. Pour rester dans le thème, le moteur électrique de la i3s produit d’ailleurs 184 chevaux, soit 14 de plus que celui de la i3. Sa carrosserie redessinée, aux ailes plus prononcées, s’abaisse également de 10 mm, sur des voies élargies de 40 mm et une suspension sport.

Reste à voir comment la i3s réussit à concilier performances plus vives et comportement routier inspiré avec sa vocation écolo. Ce que nous allons vérifier sur les rues et les routes de Lisbonne et sur un tracé d’autocross au circuit Estoril. On ne s’ennuiera pas.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×