Volkswagen Jetta 2019 : premier contact

Publié le 14 décembre 2017 dans Premiers contacts par David Miller

MARICOPA (Arizona) – Pour comprendre à quel point la berline Jetta est un modèle important pour Volkswagen, il suffit de jeter un coup d’œil aux chiffres. Depuis son lancement initial en 1980, les ventes totalisent plus de 16 millions d’unités à l’échelle mondiale. Cette année, en date du mois d’octobre, plus de 108 000 Jetta avaient trouvé preneur aux États-Unis, et près de 16 000 au Canada.

Dans le marché des berlines compactes, la Jetta actuelle est notamment en concurrence avec les Honda Civic, Toyota Corolla, Hyundai Elantra, Mazda3 et Chevrolet Cruze. Au cours des dernières années, elle a un peu manqué de souffle et elle se retrouve à la tête d’un deuxième groupe qui comprend les Kia Forte, Nissan Sentra, Ford Focus et Subaru Impreza. Il y a beaucoup de joueurs dans ce créneau et pour que la nouvelle Jetta puisse remonter le peloton, elle doit offrir une combinaison réussie de style, de fonctionnalité et de puissance.

Cette Jetta 2019 de septième génération entièrement renouvelée sera présentée officiellement au Salon de l’auto nord-américain de Detroit au début du mois de janvier, mais nous avons eu l’occasion de piloter un prototype habillé d’un camouflage au centre d’essai de Volkswagen, en Arizona.

Ce centre, appelé Arizona Proving Grounds, existe depuis 25 ans et c’est un petit groupe de quatre journalistes canadiens qui avaient été les premiers à découvrir ces installations réparties sur 1 600 acres et 4 km de long. C’est là que Volkswagen réalise tous ses tests de durabilité, de résistance à la corrosion, de résistance aux intempéries et de performances pour s’assurer que ses véhicules de toutes marques soient prêts à affronter la rigueur des différents climats nord-américains.

Photo: Volkswagen

On ne sait pas tout encore
Il y a beaucoup de données que Volkswagen ne voulait pas dévoiler avant le lancement de Detroit. Mais nous avons quand même tenté de tirer le maximum d’informations de Matthias Erb, vice-président directeur et ingénieur en chef pour l’Amérique du Nord et directeur de stratégie-produit, qui était sur place pour cet événement exclusif.

Comme l’on s’y attendait, la nouvelle Jetta fait appel à la plate-forme modulaire transversale MQB de Volkswagen, que l’on retrouve aussi notamment sur les modèles Golf, Passat, Tiguan et Atlas. Au premier coup d’œil, il semble bien que le nouveau modèle ait eu droit au renouveau tant attendu côté look. On ne peut pas se faire une idée exacte à cause du camouflage, mais on voit déjà que la silhouette, plus effilée vers l’arrière, s’éloigne du style conservateur d’avant. On enregistre également de légers gains au niveau des dimensions : 1,7 po de plus en longueur, 0,8 po en largeur, 0,2 po en hauteur, et un empattement allongé de 1,3 po. Cela devrait se traduire par une hausse du volume intérieur total, et donc par un confort et un volume de chargement accrus.

La plate-forme MQB aidera la Jetta à corriger ses retards en matière de technologie. On peut s’attendre à ce que la berline puisse être dotée des mêmes dispositifs d’aide à la conduite que la Golf, soit notamment le maintien de voie, l’avertisseur d’angle mort et le régulateur de vitesse adaptatif. On ne sait pas au juste lesquels de ces dispositifs seront offerts dans chacun des trois niveaux de dotation, mais ils ne seront probablement pas livrés de série.

Sous le capot, on retrouve le même moteur turbocompressé de 1,4 litre. On s’attend à ce que sa puissance et son couple soient semblables à ceux du modèle actuel, soit 150 chevaux et 184 lb-pi. Les acheteurs pourront choisir entre une boîte manuelle à six rapports ou automatique à huit rapports. La version automatique sera dotée de la technologie arrêt/redémarrage. La déclinaison GLI, plus sportive, sera équipée d’un groupe motopropulseur différent; elle devrait être disponible à la fin de 2018 ou au début de 2019.

Les qualités dynamiques de la nouvelle Jetta
Bien sûr, nous avons hâte de découvrir plus précisément le nouveau langage visuel de la Jetta, mais cette journée d’essai était principalement destinée à recueillir des impressions de conduite. La Golf a toujours été le véhicule qui attirait le plus l’attention quand il était question de dynamique de conduite et de tenue de route supérieure, mais cette Jetta m’a impressionné.

Nous avons eu l’occasion de piloter le prototype sur un ovale à haute vitesse, une piste de slalom et un circuit plus long. Dans tous les cas, la Jetta s’est comportée admirablement. Sur la piste ovale, j’ai poussé la berline jusqu’à 210 km/h sans problème. La livraison de puissance initiale est instantanée grâce au couple particulièrement abondant pour un moteur de cette catégorie. Passé le cap des 100 km/h, on peut poursuivre l’accélération pratiquement sans délai de réponse du turbo. À haute vitesse, la Jetta se montrait équilibrée et posée, comme s’il s’agissait d’une promenade du dimanche.

Photo: Volkswagen

À la fin de mon tour, j’ai mis les freins à l’épreuve; la réponse de la pédale est passablement sensible, ce qui fait que la berline s’est immobilisée très rapidement. Au deuxième essai, j’avais déjà appris à mieux moduler la pression et j’ai facilement pu freiner graduellement et en tout confort.

Le tracé en slalom a fait ressortir la tenue de route et la précision de la direction, des qualités souvent recherchées par les acheteurs de produits Volkswagen. À 50 ou 60 km/h, de petits mouvements du volant suffisaient pour guider la berline avec fluidité. En appuyant sur l’accélérateur un peu plus fort, la conduite devenait plus exigeante et il fallait donner un coup de frein de temps en temps pour éviter d’endommager les cônes… et de se mettre dans l’embarras devant les collègues!

La Jetta réagissait de manière similaire sur le circuit plus long, enfilant les courbes avec aplomb. Et quand on négociait les nombreux virages serrés et étroits à la bonne vitesse, la berline se comportait remarquablement bien en comparaison avec ses rivales moins axées sur la tenue de route.

On pourra la voir bientôt
Dans l’ensemble, la Volkswagen Jetta 2019 a bien démontré son potentiel en piste, ce qui en fait un joueur d’impact dans le créneau bien garni des berlines compactes. Rappelons toutefois que la Jetta n’a jamais été perçue comme un véhicule peu performant; si elle avait perdu du terrain, c’était pour des raisons de style et de technologie. Il sera donc important de voir de quoi elle a l’air sans son camouflage — dès le début de l’année prochaine au Salon de Detroit.

Les Volkswagen Jetta 2019 devraient arriver chez les concessionnaires canadiens vers la fin du mois d’avril 2018.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×