Audi A7 2019 : cool techno

Publié le 8 février 2018 dans Premiers contacts par Gabriel Gélinas

CAPE TOWN (Afrique du Sud) – La A7 de deuxième génération demeure l’une des voitures les plus élégantes de l’industrie automobile, mais devient aussi une vitrine technologique pour le constructeur puisqu’elle intègre plusieurs nouveaux dispositifs développés pour la récente berline de luxe A8. En bref, la A7 est full techno avec un look beaucoup plus cool et branché.

La A8 est une berline au look plutôt conservateur, mais la A7 est tout simplement superbe et son style fait en sorte que le charme opère. La Mercedes-Benz CLS fut la première berline aux allures de coupé, mais c’est la A7 qui a véritablement lancé cette tendance maintenant adoptée par plusieurs autres constructeurs comme Kia avec la Stinger ou Honda avec la nouvelle Accord.

Élaborée sur la base du concept Prologue, la A7 de deuxième génération affiche le nouveau langage de design de la marque d’Ingolstadt, lequel est caractérisé par une calandre hexagonale Singleframe élargie, des boucliers avant et arrière plus sculptés et des ailes prononcées pour évoquer le rouage intégral quattro. À l’arrière, la A7 conserve l’aileron rétractable et adopte un nouveau design pour les feux avec éléments de type DEL. La A7 est reconnaissable au premier coup d’œil avec son look toujours élégant, mais dorénavant plus athlétique.

Motorisation turbocompressée et système à quatre roues directrices
Dans la région montagneuse de Cape Town en Afrique du Sud, le moteur V6 turbocompressé de 3,0 litres s’est montré à la hauteur avec ses 340 chevaux et son couple maximal de 368 livres-pied livré sur une large plage qui s’étend de 1 370 à 4 500 tours-minute. Jumelé à une boîte à double embrayage à sept rapports et au rouage intégral quattro ultra inauguré sur la A4 Allroad, ce moteur permet à la A7 d’atteindre la barre des 100 km/h en 5,3 secondes.

Le comportement routier de la A7 est paramétrable par l’entremise du système Audi drive select. Avec le mode Dynamic en fonction, la A7 s’est montrée très à l’aise en conduite sportive sur les routes de montagne. La sélection du mode Confort permet d’absorber efficacement les ondulations de la chaussée pour rendre la conduite plus souple et relaxe.

Un système à quatre roues directrices est livrable et ce dispositif tourne les roues arrière jusqu’à cinq degrés dans la direction opposée aux roues avant quand la voiture roule à moins de 60 km/h, de façon à rendre la A7 plus agile en virage serré ou en conduite urbaine, où cette voiture de grande taille se comporte presque comme une petite A4. Lorsque la vitesse est supérieure à 60 km/h, les roues arrière sont tournées dans la même direction que les roues avant afin de rendre la voiture plus stable lors des transitions latérales à haute vitesse, comme pour les changements de voie sur l’autoroute par exemple.

Système électrique de 48 volts et hybridation légère
À l’instar de la A8, la nouvelle A7 est construite sur une plate-forme composée d’aluminium et d’acier, quoique celle de la A7 comporte moins d'aluminium que celle de la A8. La A7 est également équipée d’un système électrique de 48 volts et d’une technologie d’hybridation légère par le biais d’un alternateur à courroie (BAS) et d’une batterie lithium-ion d’une capacité de 10 Ah, ce qui permet à la voiture de rouler en roue libre et moteur éteint, entre 55 et 160 km/h pendant une courte période pouvant atteindre jusqu’à 55 secondes pour ensuite redémarrer en douceur.

De plus, la A7 dispose d'une fonction avancée arrêt/redémarrage et d'un système de récupération d'énergie jusqu'à 12 kW. L'énergie cinétique récupérée est envoyée à la batterie de 48 volts pour être libérée lors de l'accélération pour compenser pour le délai de réponse du turbocompresseur. L'effet combiné de ces technologies permet de réduire la consommation de carburant de 0,7 litre aux 100 kilomètres dans des conditions de conduite réelles.

La nouvelle A7 est remarquablement silencieuse à haute vitesse, ce qui bonifie le confort et, comme l’empattement est allongé par rapport au modèle précédent, le dégagement pour les jambes des passagers arrière est accru de 13 millimètres. Le volume d’espace de chargement est chiffré à 535 litres avec tous les sièges en place et à 1 390 litres lorsque les dossiers des places arrière sont abaissés.

Tout comme la récente A8, la A7 adopte une nouvelle nomenclature qui n’a aucun lien avec la cylindrée de ses moteurs, mais dont le but est de permettre une équivalence entre la puissance développée par ses moteurs thermiques et les motorisations hybrides ou électriques à venir. Voilà pourquoi la A7 à moteur V6 turbocompressé porte un écusson 55 TFSI. On s’attend à ce qu’un modèle 60 TFSI, animé par un V8 biturbo de 4,0 litres déployant 460 chevaux et un couple de 468 livres-pied s’ajoute à la gamme un peu plus tard.

Conduite autonome de Niveau 3
Tout comme la récente berline de luxe A8, la A7 est capable de la conduite autonome de Niveau 3, ce qui signifie qu’elle peut prendre complètement en charge ses mouvements si elle roule à moins de 60 km/h sur l’autoroute lorsque le Traffic Jam Pilot est engagé par le conducteur.

Sur le plan légal, plusieurs pays adapteront leur cadre législatif pour permettre la conduite autonome. La nouvelle A7 est déjà prête et n’attend que le feu vert pour le démontrer.

Cockpit numérique
Comme la A8, le cockpit de la A7 de deuxième génération adopte la technologie numérique, les commandes conventionnelles étant remplacées par deux écrans tactiles en couleurs à haute définition avec feedback acoustique et haptique. L’écran du haut, qui est de 10,1 pouces, sert d’interface avec les fonctions de navigation, d’infodivertissement et de communication, alors que l’écran du bas, qui mesure 8,6 pouces, sert à commander les fonctions de chauffage/climatisation ainsi que les sièges chauffants et ventilés. Le cockpit virtuel, avec écran paramétrable de 12,3 pouces qui remplace le traditionnel bloc d’instruments, fait aussi partie de la dotation de série et continue d’impressionner par sa qualité graphique.

La A7 de deuxième génération fera son entrée au pays au quatrième trimestre de 2018 en tant que modèle 2019, et son échelle de prix ne sera communiquée que peu avant son lancement sur notre marché. La A7 fait le plein des nouvelles technologies développées par le constructeur et affiche une silhouette à la fois élégante et athlétique, ce qui devrait permettre à Audi de poursuivre sur sa lancée au chapitre des ventes.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Audi A7 2019
Version à l'essai 3.0 TFSI Quattro Progressiv
Prix de base n.d.
Prix du modèle à l'essai n.d.
Garantie de base n.d.
Garantie du groupe motopropulseur n.d.
Options n.d.
Concurrents Audi A6, BMW Série 5, BMW Série 6, Cadillac CTS, Genesis G80, Infiniti Q70, Jaguar XF, Lexus GS, Maserati Ghibli, Mercedes-Benz Classe CLS, Mercedes-Benz Classe E, Volvo S90
Points forts
  • Style superbe
  • Technologie de pointe
  • Moteur V6 turbocompressé coupleux
  • Qualité d'assemblage et de finition exemplaire
Points faibles
  • Échelle de prix sera assurément élevée
  • Coût des options
  • Dégagement pour la tête aux places arrière
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5 Consommation moyenne observée de 10,7 litres aux 100 kilomètres.
Confort 4.5/5 La A7 est très silencieuse à haute vitesse. Le mode Confort permet une conduite souple et relaxe.
Performances 3.5/5 La plage étendue du couple moteur du V6 turbo permet d'abattre le 0-100 km/h en 5,3 secondes.
Système multimédia 4.5/5 Le système multimédia est très convivial et la qualité graphique du cockpit virtuel continue d'impressionner.
Agrément de conduite 4.0/5 La A7 est très compétente pour ce qui est du comportement routier.
Appréciation générale 4.5/5 Truffée de technologie, la nouvelle A7 continue de séduire avec son look à la fois élégant et athlétique.
Share on FacebookShare on TwitterShare on Google+Share by emailShare on Pinterest
Partager
Commentaires