Volkswagen Atlas 2018 : aperçu

Publié le 13 avril 2018 dans Aperçus par Alain Morin

Pour remplacer son Touareg, Volkswagen mise sur l’Atlas, un VUS intermédiaire à sept places. Bien qu’il se situe dans la catégorie des intermédiaires, l’Atlas est un véhicule imposant. Il est plus long qu’un Chevrolet Tahoe, c’est vous dire! Cependant, ses concurrents sont plutôt les Toyota Highlander, Honda Pilot ou Ford Explorer. L’Atlas se décline en quatre versions : Trendline, Comfortline, Highline et Execline.

Les livrées Trendline et Comfortline peuvent être mues par un quatre cylindres 2,0 litres turbocompressé ou par un V6 3,6 litres atmosphérique, livrable sur toutes les versions. Le quatre cylindres développe 235 chevaux et un couple de 258 livres-pied tandis que le V6 livre 276 chevaux et un couple de 266 livres-pied. Dans les deux cas, la boîte de vitesses automatique compte huit rapports. Le 2,0 litres ne peut être associé qu’aux roues avant (traction), alors que le 3,6 s’occupe des quatre roues. Un Atlas doté du 2,0 litres peut remorquer jusqu’à 2 000 livres (907 kilos), un autre abritant le V6 pourra tirer jusqu’à 5 000 livres (2 268 kilos), selon l’équipement choisi.

Nous avons dit plus tôt que l’Atlas était un véhicule à sept places. Il faut toutefois nuancer un peu. Disons cinq places confortables, les deux autres, celles de la troisième rangée, ne devant servir que pour dépanner. Les versions haut de gamme que sont les Highline et Execline peuvent recevoir le groupe Capitaine qui comprend deux sièges capitaines à la deuxième rangée. À ce moment, seulement six personnes peuvent s’asseoir dans l’Atlas.

Si certains placages de bois qui agrémentent le tableau de bord ne sont pas très convaincants, on doit par contre louanger l’écran central qui diffuse des informations claires et nettes. Android Auto, Apple CarPlay et Mirror Link permettent de consulter notre téléphone cellulaire en toute impunité.

Share on FacebookShare on TwitterShare on Google+Share by emailShare on Pinterest
Partager
Commentaires