Pourquoi le témoin « Check Engine » s’est-il allumé?

Publié le 12 mars 2018 dans Mécanique par Laurent St-Onge

Le témoin d’anomalie moteur, parfois identifié comme «  Check Engine  », «  Service Engine Soon  », «  Malfunction Indicator Lamp  » ou «  Money Light  » ( ça, c’est un surnom…) s’allume chaque fois que l’on met le commutateur de démarrage en position allumée (On) pour indiquer au conducteur le bon fonctionnement de la lampe témoin.

Une fois le moteur en marche, celle-ci s’éteint si aucune anomalie au niveau du système moteur, transmission et antipollution n’est détectée. Si le témoin reste allumé ou s’allume par la suite, c’est qu’un ou plusieurs codes d’anomalies sont enregistrés dans le module de gestion moteur et, dans certains cas, des données figées (une liste de données indiquant l’état des différents capteurs lors de l’émission du code) y figurent aussi.

À noter que certains codes d’anomalies du groupe motopropulseur peuvent générer des codes dans d’autres systèmes (les freins antiblocage par exemple). On aura donc droit à un joli sapin de Noël au tableau de bord. Ironiquement, ce genre de problème n’est pas toujours un cadeau à diagnostiquer pour votre mécano…

D’ailleurs une compacte moderne de base peut facilement avoir au-dessus d’une douzaine d’ordinateurs (modules) communiquant entre eux à son bord… Par contre, à moins d’être sujets à un court-circuit ou à la corrosion, des défaillances de ces derniers sont une chose plutôt rare. Des problèmes physiques, de circuits, de capteurs ou d’actionneurs sont souvent des causes plus plausibles.

Certaines anomalies, comme un circuit ouvert (ex. : un fil coupé), généreront un code aussitôt que le contact sera mis. D’autres, pensez à une fuite du système d’évaporation d’essence (non, ce n’est pas toujours à cause d’un bouchon du réservoir de carburant mal serré !), peuvent mettre des jours, voire des semaines, pour faire allumer le témoin, et ce, malgré le fait que le problème soit présent en tout temps. Dans ce genre de cas, l’ordinateur doit attendre que plusieurs cibles d’un ou plusieurs cycles de conduite soient atteintes (durée de fonctionnement, température, niveau dans le réservoir, etc.). Par la suite, il sera en mesure de s’assurer du bon fonctionnement du système ou d’un problème de celui-ci.

Dans l’éventualité où un code est généré et que la réparation appropriée (on l’espère) est effectuée sur le véhicule, le ou les codes associés au problème en question seront mis en historique, soit immédiatement après que le contact soit mis ou après qu’un ou plusieurs cycles de conduite soient réussis. Un code en historique ne fera pas allumer le témoin d’anomalie au tableau de bord, mais permettra au technicien de prendre connaissance des codes d’anomalies récents et de certaines données.

Maintenant, une voiture avec un témoin d’anomalie allumé, mais sans symptômes liés à la conduite, va assurément polluer plus qu’elle ne devrait, et possiblement consommer plus de carburant qu’à la normale. Les tests d’émissions polluantes n’étant, pour l’instant, toujours pas obligatoires dans la Belle Province, le choix d’investir votre argent ou non afin de corriger le problème vous appartient.

Par contre, continuer à conduire un véhicule avec un code d’anomalie associé à des symptômes qui affectent la performance du moteur ou de la boîte de vitesses (dans le cas d’une automatique) peut endommager à moyen ou long terme des composants qui autrement auraient pu être sauvés, en plus d’augmenter la facture de réparations au bout du compte.

Encore pire, un témoin qui clignote continuellement signifie qu’il y a danger d’endommager le convertisseur catalytique (ce n'est pas la pièce la plus cheap,  mettons…). À ce moment, des ratés d’allumage assez sévères permettent à de l’essence non brûlée de se rendre jusqu’à celui-ci qui, en temps normal, fonctionne à une température excédant facilement 250 degrés Celsius. Les dommages (et les dangers) potentiels deviennent vite évidents…

En terminant, de plus en plus de témoins différents peuvent maintenant vous avertir d’une défaillance ou tout simplement du fonctionnement normal d’un système en particulier. Les classiques témoins de température, de pression d’huile et de système de charge sont désormais accompagnés de tous les acronymes et symboles imaginables alors, en cas de doute, le manuel du propriétaire (ce grand négligé) risque fort de vous éviter une visite inutile à l’atelier ou chez le concessionnaire.

Share on FacebookShare on TwitterShare on Google+Share by emailShare on Pinterest
Partager
Commentaires

🛈 En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×