Lexus SC430, en attendant mieux

Publié le 31 janvier 2007 dans 2007 par Alain Morin

Lancée en 2002, la Lexus SC 430 a demandé un certain temps d’adaptation puisque son style très bulbeux n’était pas pour tous les goûts. Puis, après s’être habitués, on a commencé à moins apprécier les limites de ce coupé cabriolet. En effet, le châssis n’est pas des plus rigides et la sportivité des lignes ne se ressent pas sur la route. Mais une Lexus décapotable demeure, pour plusieurs, le trophée d’une retraite bien méritée. Au moins, la qualité Lexus est au rendez-vous !

La Lexus SC 430 n’est pas une voiture déplaisante, loin de là. Mais quand on se bat contre des vedettes telles que les Mercedes-Benz SL, les BMW Série 6 et Cadillac XLR, il faut posséder de sérieuses munitions. Jusqu’à cette année, la SC 430 pouvait toujours soutenir la comparaison avec la vieillissante XK de Jaguar mais l’entreprise anglaise a eu la très mauvaise idée de nous arriver avec une voiture entièrement renouvelée, donc plus moderne. La SC 430, tel un oiseau rencontrant une raquette de tennis, en perd des plumes…

Le bon côté
L’an dernier, la SC 430 a été très légèrement retouchée. Ceux qui appréciaient la ligne, continuent de l’apprécier et ceux qui la détestaient n’en sont guère plus entichés...

Bien entendu, le seul fait d’apposer le logo Lexus sur la calandre ordonne une finition sans faille et la branche de prestige de Toyota ne fait pas mentir sa réputation. Le toit rigide rétractable demeure une merveille de technologie mais, l’être humain moderne devenant rapidement blasé, on ne le remarque plus. À la simple pression d’un bouton, ce toit met 25 secondes pour rentrer dans le coffre ou pour venir coiffer le véhicule. Le coffre n’étant déjà pas très grand si le toit est relevé, imaginez sa capacité lorsque ledit toit l’occupe… Quand le toit passe de l’intérieur à l’extérieur ou l’inverse, le système audio et le système de chauffage/climatisation s’ajustent automatiquement. La conduite avec le toit baissé s’avère des plus agréables et on peut soutenir une conversation sans avoir à élever le ton. Quand le toit est relevé, la visibilité est passablement réduite. Pour en revenir à la chaîne stéréo, il s’agit d’une Mark Levinson de 240 watts dont la sonorité, d’une richesse émouvante, saura satisfaire les oreilles les plus exigeantes.

C’est principalement dans l’habitacle que la SC 430 impressionne. La finition rendrait jaloux n’importe quel moine, mais ce sont les appliques de bois qui accrochent le regard. Ne me demandez surtout pas de quelle sorte de bois il s’agit ! Mon expertise des arbres s’arrête aux bâtons de popsicle. L’équipement de base est pléthorique, rien de moins et il convient de souligner qu’il n’y a pas d’options sauf l’ensemble Pebble Beach qui apporte, moyennant environ 1 200 $, une couleur extérieure exclusive, un ensemble de valises en cuir et un bois brun foncé expresso (je ne crois pas que les bâtons de popsicle soient faits de ce bois…) Il est toutefois possible que certains agencements de couleurs agacent votre rétine. Parmi les accessoires standard, on retrouve le climatiseur à deux zones, du bois partout, du cuir partout et, comble du raffinement, des plaques de seuil de portières marquées du nom Lexus et éclairées ! Les sièges avant profitent de dix réglages chacun et tiennent plus du fauteuil de salon que du mobilier automobile. Ceux situés à l’arrière tiennent plutôt du microscope…

« Boulevard Cruiser »
On ne dote pas une voiture aussi exclusive d’un moteur de tondeuse. La SC 430 profite d’un excellent et moderne V8 de 4,3 litres qui a déjà officié dans plusieurs Lexus. Dans la SC, il développe 288 chevaux et 317 livres-pied de couple. Sa douceur n’a d’égale que sa souplesse, et il propulse la SC 430 de zéro à 100 km/h en 6,5 petites secondes. Les reprises sont tout aussi enlevantes. Le tout s’effectue linéairement et ce moteur, tellement silencieux qu’il se fait oublier, semble toujours avoir quelques chevaux en réserve, peu importe son régime. Une seule transmission relaie tous ces chevaux aux roues arrière. Il s’agit d’une automatique à six rapports. Mais un moteur puissant n’est pas nécessairement gage de sportivité. Le châssis de la SC n’est tout simplement pas à la hauteur. Même avec le toit relevé, ce qui devrait ajouter une certaine rigidité, on entend des bruits de caisse dès qu’on roule sur une route dégradée. Si j’étais un journaliste de la Floride, je n’en ferais pas un plat mais étant Québécois… De plus, la SC est trop lourde pour être vraiment maniable et la direction ne jouit pas d’une précision adéquate. Sur une voiture de ce prix (près de 95 000 $), il est inutile de préciser que les assistances électroniques de toutes sortes veillent au grain (VSC, TRAC, ABS, EDB, BA et j’en passe). La tenue de route se révèle tout de même assez solide, en partie grâce aux pneus très larges (P245/40R18) cotés Z, donc capables de soutenir de hautes vitesses sans broncher.

Malgré un équipement de base des plus relevés, une finition maniaque, un moteur exaltant et un toit très bien exécuté, la Lexus SC 430 laisse l’amateur de voitures sport sur sa faim. Sur Internet, cet allié des moins fiables, on parle d’une SC 460 pour l’an prochain. Ce n’est pas d’un moteur plus performant dont cette Lexus a besoin… Nous croyons que la SC 430 est déjà arrivée au bout de son rouleau d’autant plus que la compétition est sans pitié. Une nouvelle génération serait la bienvenue.

feu vert
Style particulier
Moteur performant
Équipement très complet
Finition exemplaire

feu rouge
Style particulier
Châssis en manque de rigidité
Places arrière hilarantes
Sportivité nulle
Prix démentiel

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×