Mercedes-Benz Classe G 2017: Charmante indécence

Publié le 1er janvier 2018 dans 2018 par Sylvain Raymond

Au premier coup d’œil, on pourrait croire que le Mercedes-Benz de Classe G date de la préhistoire, lui qui marque l’imaginaire avec son design ultra classique et ses lignes angulaires. Il consomme du carburant comme un ivrogne, il possède l’aérodynamisme d’un réfrigérateur et il aime vous torturer sur de longues distances, mais vous savez quoi? Il est unique en son genre et c’est pour cette raison qu’on l’aime autant. Voilà un véhicule qui fait appel au cœur, non pas à la logique.

Mis à part quelques modèles de chez Land Rover, le Classe G ne ressemble à rien de commun. Depuis son introduction en 1979, son évolution s’est faite de manière très lente, alors qu’il conserve toujours les mêmes traits de caractère issus de son origine militaire, notamment son toit plat, son pare-brise à angle droit et son immense roue de secours accrochée au hayon arrière. Il détonne parmi la horde de VUS modernes tout en rondeurs et c’est pourquoi plusieurs l’apprécient.

Un objet de luxe avant tout
Malgré ses grandes capacités hors route, le Classe G, aussi connu sous le nom de « Geländewagen » ou VUS en allemand, est beaucoup plus un objet de luxe qu’un baroudeur des bois. À son avantage en zone urbaine, il a la cote dans les soirées mondaines. Pratiquement aucun propriétaire n’ira s’amuser avec lui dans la boue et c’est encore plus vrai à bord des versions AMG.

Eh oui, le Classe G est offert en trois versions, incluant deux AMG. Le plus abordable des modèles, le G 550, dispose d’un « petit » moteur V8 de 4,0 litres développant 416 chevaux pour un couple de 450 livres-pied. Ce n’est tout de même pas si mal! Ce moteur est lié à une excellente boîte automatique à sept rapports et bien entendu, le véhicule profite d’un rouage intégral 4MATIC.

Mais pourquoi acheter la version de monsieur Tout-le-Monde lorsque l’on peut jumeler l’exclusivité au savoir-faire de AMG, la division de performance de Mercedes-Benz? Il suffit alors de vous tourner vers le Mercedes-AMG G 63, étonnamment le plus vendu malgré son prix, qui reçoit sous son capot un V8 turbocompressé de 5,5 litres développant 536 chevaux et un couple de 560 lb-pi. Avouez que peu de VUS peuvent se vanter de disposer d’autant de puissance, mais attention, il ne faudra pas trop vous formaliser de sa consommation d'essence. Outre une puissance décoiffante, vous obtenez, en prime, quelques éléments de design qui soulignent son caractère spécial, dont des jantes de 20 pouces au lieu de 19.

Un V12 dans un VUS?
Et ce n’est pas terminé. Le constructeur pousse l’audace en offrant une version encore plus démentielle, le G 65 AMG qui, tenez-vous bien, dispose d’un V12 6,0 litres qui développe 621 chevaux pour un couple de 738 livres-pied. Exclusivité assurée.

À bord, on a récemment revu l’habitacle du Classe G, mais une fois de plus, il semble être figé dans le temps, spécialement dans le cas de certains blocs de commandes. La bonne nouvelle, c’est que tout est présenté d’une manière efficace et simple à comprendre. La finition est bien et l’effet de luxe, assuré par des matériaux nobles, notamment une sellerie de cuir d’aspect riche. Malgré son apparence assez compacte, le Classe G est très spacieux, ses formes carrées et la hauteur de son toit l’aidant à ce chapitre. Pas de problème de visibilité, les larges vitres vous permettent de bien voir tout autour. Le principal reproche, c’est qu’il manque d’espace de rangement à l’avant.

Au volant, il ne faut pas vous attendre au comportement des VUS modernes qui se conduisent telle une voiture haute sur pattes. Le Classe G conserve le même le raffinement qu’à l’époque, soit très peu, et nous rappelle les 4X4 purs et durs. Sa direction à billes est lourde et il faut constamment jouer du volant pour maintenir le cap sur la route, surtout que ses larges pneus s’amusent à suivre chaque roulière qu’ils rencontrent. Les transferts de poids sont assez importants en virage, ce qui peut surprendre puisque les accélérations musclées, surtout dans le cas des AMG, nous donnent l’impression d’une grande sportivité. Il faut être prudent.

Aussi, le Classe G vient suffisamment équipé pour vous permettre d’escalader l’Everest, notamment des essieux rigides à l'avant et à l'arrière, un système quatre roues motrices comprenant une gamme basse, et un système de contrôle en descente. Qui plus est, il dispose, tout comme les Jeep Wrangler, de trois différentiels (central, avant et arrière) verrouillables indépendamment, ce qui en fait un vrai tank. Même dans nos nids-de-poule, il ne vous laissera jamais tomber!

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×