Honda HR-V 2018: Une Fit génétiquement modifiée

Publié le 1er janvier 2018 dans 2018 par Sylvain Raymond

Si vous étiez un constructeur automobile et que vous cherchiez à produire des modèles populaires, vous auriez sans doute plusieurs VUS, de tous les formats, sur votre table à dessin. Au grand déplaisir de certains, la popularité de ces véhicules ne s’estompe pas, au contraire, elle ne fait qu’accroître. Les constructeurs l’ont très bien compris, et leurs derniers-nés sont les modèles sous-compacts, un croisement entre une voiture sous-compacte et un véhicule utilitaire sport.

Leur intérêt? Un style plus attrayant, mais surtout, les acheteurs ont l’impression d’acquérir un véhicule tendance — ce qui est très gratifiant —, et non un modèle à petit budget comme c’est souvent le cas avec les voitures sous-compactes.

Une Honda Fit déguisée
Le HR-V, ce n’est ni plus ni moins une Honda Fit un peu plus haute sur pattes et dotée d’un rouage intégral optionnel. Vu son poids supérieur — 181 kilos — et ses dimensions plus imposantes par rapport à la Fit, le HR-V a droit à un moteur un peu plus puissant, un quatre cylindres de 1,8 litre développant 141 chevaux pour un couple de 127 lb-pi.

Il est possible d’obtenir le HR-V avec une boîte manuelle à six rapports, mais vous ferez alors face à un dilemme important car elle ne peut être couplée au rouage intégral. Seules les livrées à traction peuvent en être équipées, ce qui est dommage. Pourquoi opter pour un VUS sans rouage intégral? Il faut alors vous rabattre sur la boîte automatique CVT qui favorise certes l’économie de carburant, mais qui n’est pas aussi agréable. Choisir un HR-V à rouage intégral vous pénalisera de près de 2,0 l/100 km par rapport à une Fit.

Côté style, le HR-V affiche un design très réussi. Sans être aussi typé que certains rivaux, il a été l’un des premiers modèles à profiter des nouvelles lignes de Honda et c’est tant mieux. Sa stature est apportée par son arrière plus élevé, alors qu’un effet de robustesse est mis en évidence par de larges garnitures grises qui entourent le bas de la caisse et les ailes. Les roues de 17 pouces rehaussent grandement son style. Fait intéressant, les poignées de porte arrière noires sont bien dissimulées dans le haut du pilier C. On obtient l’effet d’un coupé deux portes.

À l’intérieur, l’aménagement est typique des autres produits Honda. Le tableau de bord se présente au centre sur deux niveaux, alors qu’un écran tactile permet d’activer tout ce qui est multimédia et connectivité. Ce que l’on aime moins? L’absence d’un bouton pour le réglage du volume. Il faut se rabattre sur une commande tactile qui ne veut pas toujours collaborer.

La bonne nouvelle, c’est que le HR-V est sans doute le plus pratique en son genre. Sa ligne de toit, qui demeure assez haute, permet de maximiser l’espace aux places arrière et le volume de chargement. Honda a fait du beau boulot et nous présente un véhicule qui dispose d’un hayon de bonne dimension, ce qui facilite le chargement de gros objets. Avec ses 688 litres de chargement, 1 665 une fois les sièges rabattus, le HR-V domine son segment.

Étonnement, plusieurs acheteurs intéressés par ces modèles croient qu’ils obtiendront un petit VUS à rabais. Ce n’est pas le cas. Le HR-V coûte vraiment plus cher que la Fit puisqu’il faut compter au-delà de 21 000 $ pour la version de base et près de 25 000 $ pour un HR-V équipé d’un rouage intégral. Le plus cossu se détaille à plus de 30 000 $. Dans cette gamme de prix, on est loin du budget des acheteurs de sous-compactes et l’on entre rapidement en concurrence avec les modèles compacts. Voilà la raison qui freine souvent les ardeurs des acheteurs!

Sur la route
Les VUS sous-compacts se rattrapent au chapitre de la conduite. Leur petit gabarit les rend non seulement agiles en ville, et leur conduite s’apparente davantage à celle d’une voiture qu’à celle d’un VUS. Dans le cas du HR-V, l’assistance électrique de la direction est correcte, apportant un bon degré de précision, sans être surassistée.

Notre principal reproche dans le cas du HR-V, c’est sa boîte CVT. Certes, elle favorise l’économie de carburant, mais elle rend le moteur beaucoup plus bruyant en maintenant le régime plus élevé lors des accélérations. Les 141 chevaux ont alors fort à faire! Côté puissance, le HR-V a des performances dans la moyenne de la catégorie et il fallait au moins dix secondes pour attendre 100 km/h dans le cas de notre modèle d’essai.

Honda nous a habitués à plus d’excitation du côté de son groupe motopropulseur… C’est pratiquement la seule chose qui manque au HR-V pour en faire le meilleur de sa catégorie.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×