Land Rover Range Rover 2018: Une conception british du luxe

Publié le 1er janvier 2018 dans 2018 par Gabriel Gélinas

Jaguar Land Rover affiche actuellement des records de vente à l’échelle mondiale, principalement en raison de la forte demande pour ses véhicules en Chine et aux États-Unis, et de la relative faiblesse de la livre anglaise sur le marché monétaire international. Évidemment, le succès du F-PACE chez Jaguar compte pour beaucoup dans cette performance, mais le Range Rover maintient toujours sa position dans le créneau des VUS de grand luxe, en raison de son cachet et du prestige qui lui est associé.

Au fil des ans, le Range Rover a atteint le statut d’icône de l’automobile par sa conception tout à fait britannique du luxe et par son style classique, voire intemporel, qui fait qu’on le reconnaît dès le premier coup d’œil. Afin de faciliter l’accès, le Range Rover s’abaisse de 50 millimètres sur sa suspension pneumatique. Une fois monté à bord, on remarque que le confort des sièges est incomparable et que la position de conduite surélevée donne vraiment le sentiment de dominer la route, en plus de permettre une très bonne visibilité vers l’avant et sur les côtés du véhicule. Le design de l’habitacle, à la fois épuré et chaleureux, produit un très bel effet et le cachet luxe est indéniable.

Toutefois, l’un des points faibles du Range Rover demeure son système multimédia, qui est parfois lent à réagir et dont certaines fonctionnalités ne sont pas intuitives, ce qui fait que le vaisseau amiral de la marque anglaise est en retard par rapport aux véhicules rivaux à ce chapitre.

La suspension pneumatique permet également au Range Rover de pouvoir circuler aisément sur terrain meuble. Tout d’abord en raison d’une garde au sol qui augmente à la seule pression d’un bouton et aussi du système Terrain Response, qui paramètre le comportement du véhicule en fonction du type de terrain sur lequel il évolue. Les très bonnes aptitudes du Range Rover en conduite hors route épatent toujours la galerie et constituent d’ailleurs l’un de ses points forts, mais force est d’admettre que la grande majorité de la clientèle n’en fera jamais l’expérience, se limitant à la conduite sur routes balisées ou peut-être, à l’occasion, sur des chemins de terre ou de gravier.

Essence ou diesel
Malgré sa structure autoporteuse réalisée entièrement en aluminium, le Range Rover pèse tout de même plus de deux tonnes métriques, ce qui signifie que les motorisations doivent être adaptées à sa masse. Le choix se porte donc sur un V8 à essence suralimenté par compresseur volumétrique ou sur le moteur six cylindres turbocompressé carburant au diesel, qui a fait ses débuts sous le capot du Range Rover, en 2016.

Si l’idée de rouler au volant d’un véhicule de luxe animé par un V6 diesel vous rebute, sachez que ce type de moteur équipe plus de 90 pour cent des modèles de la marque qui roulent en Europe. Fort de 254 chevaux, mais surtout, d’un couple de 440 livres-pied, ce turbodiesel convient parfaitement au Range Rover. Il faut juste apprendre à composer avec un léger retard, lors de l’accélération initiale, et avec la sonorité particulière du moteur diesel, lors du démarrage à froid, pour ensuite apprécier la consommation de carburant réduite de façon significative comparativement au Range Rover animé par le V8 essence de 5,0 litres.

Une coche de plus
Avec le modèle Range Rover Autobiography à empattement allongé, dont le prix se situe aux alentours de 160 000 dollars, Land Rover rivalise non seulement avec les autres grands VUS de luxe, mais aussi avec les berlines de grand luxe de ce monde. Le confort aux places arrière est souverain, grâce au dégagement supérieur qui est accordé pour les jambes des passagers, et il devient suprême dans le cas du modèle SVAutobiography à empattement allongé, dont les places arrière s’apparentent à celles que l’on retrouve en première classe dans un avion de ligne. Précisons que le prix de ce modèle de très grand luxe dépasse les 225 000 dollars.

Le cachet luxe du Range Rover, tous modèles confondus, est indéniable. Malheureusement, dans le cas de la marque anglaise, luxe ne rime pas avec fiabilité si l'on en juge par les scores obtenus lors des sondages menés par certaines publications et firmes de sondage, alors qu’elle termine très loin au classement. Toutefois, on note une amélioration comparativement aux années précédentes. La tendance est donc à la hausse, et il faut espérer qu’elle se maintienne, mais pour l’heure, on ne peut passer sous silence la fiabilité problématique de la marque.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×