Chevrolet Equinox 2018: Petit train ira (peut-être) loin…

Publié le 1er janvier 2018 dans 2018 par Alain Morin

Les VUS compacts ont la cote. Tellement que dans la première partie du présent Guide de l’auto, plusieurs pages sont consacrées à un match comparatif les opposant tous, sauf les Volkswagen Tiguan et GMC Terrain 2018 qui n’étaient pas encore sur le marché à ce moment. Si l’absence du Tiguan était regrettable, celle du Terrain nous a moins dérangés puisque nous avions le Chevrolet Equinox, son jumeau non identique.

L’Equinox et le Terrain ont été entièrement revus cette année. Et quand on dit entièrement, on veut vraiment dire entièrement. Rien, ou presque, n’a été conservé de l’ancienne génération. Ces deux véhicules étaient attendus avec impatience puisqu’ils peinaient à suivre la parade, une parade très lucrative pour ceux qui l’animent. Avec ces nouveaux produits, GM est-elle en mesure d’être à l’avant?

Se connecter n’a jamais été aussi facile
Comme c’est devenu la tendance, le GMC affiche une carrosserie plus musclée que celle du Chevrolet, mais puisque le style est une question tout à fait subjective, nous nous arrêterons ici! Dans l’habitacle, on semble en présence de deux véhicules complètement différents. Bien que les deux recèlent de toutes les technologies qui nous permettent maintenant de vivre : plusieurs prises USB et, surtout, le système MyLink qui donne accès à la connectivité Wi-Fi 4G LTE (abonnement en sus), Android Auto, Apple CarPlay et nombre d’autres applications.

Personnellement, j’aurais volontiers échangé deux ou trois de ces applications contre quelques espaces de rangement supplémentaires. Il faut toutefois avouer que le système multimédia de GM est l’un des meilleurs qui soient. Le Chevrolet affiche un tableau de bord moderne, celui du Terrain étonne… On n’y retrouve aucun levier de vitesses, juste des boutons au tableau de bord, disposés de façon peu orthodoxe. J’imagine que l’on doit s’y habituer rapidement.

L’habitacle de ces véhicules est le plus vaste de la catégorie. Si vous avez de jeunes enfants, c’est ce VUS qu’il vous faut! Le coffre n’est pas en reste et s’avère grand et polyvalent. Comme on peut s’en douter, plus on monte dans la hiérarchie, plus les matériaux sont nobles et leur assemblage soigné. À ce chapitre, le GMC Terrain, avec sa version Denali, se place en meilleure position que le Chevrolet Equinox Premier. Dans les deux cas, il s’agit de la version la plus luxueuse, cependant le Denali en rajoute une bonne couche. Sauf qu’à plus de 42 000 $, avant taxes, pour un Terrain, même si c’est un Denali, c’est beaucoup de sous…

En passant à la nouvelle génération, le châssis a gagné en rigidité, ce que personne ne lui reprochera. Surtout, les véhicules ont perdu quelque 180 kilos, une bénédiction, autant pour la consommation, mieux contrôlée, que pour le roulis moindre qu’avant et que pour les performances en général. Côté mécanique, on retrouve tout d’abord un quatre cylindres turbocompressé de 1,5 litre développant 170 chevaux à 5 600 tr/min et 203 livres-pied entre 2 000 et 4 000 tr/min. On a beau dire que notre duo a perdu beaucoup de poids, ce moteur manque de pep. La boîte automatique à six rapports qui l’accompagne fait un boulot honnête, à défaut d’être rapide.

Deux modèles, trois moteurs
Deux autres moteurs seront ultérieurement offerts, dont un quatre cylindres 2,0 litres turbo de 252 chevaux à 5 500 tr/min et de 260 livres-pied entre 2 500 et 4 500 tr/min. Ce moteur devrait permettre à nos deux VUS de se déplacer avec une célérité certaine et autorisera une capacité de remorquage de 3 500 livres (1 588 kilos) alors que le 1,5, tout comme le 1,6 diesel, ne peuvent remorquer que 1 500 livres (680 kilos). Eh oui, un diesel est prévu! Ses 137 chevaux seront éclipsés par son couple de 240 livres-pied disponible à 2 000 tr/min.

Peu importe le moteur ou la version, d’entrée de jeu les roues motrices sont à l’avant, le rouage intégral étant optionnel. Bizarrement, c'est le conducteur qui doit lui-même appuyer sur un bouton situé sur la console centrale pour engager les quatre roues. Même le luxueux Cadillac XT5 a cette tare. Pourtant, le rouage intégral de la plupart des autres VUS compacts est tout à fait transparent pour le conducteur… Sur la route, l’Equinox se comporte sans trop de surprises. Sa suspension absorbe bien les inégalités de la route et personne ne sera surpris d’apprendre qu’il préfère les routes droites aux courbes serrées. La direction est plutôt floue et son retour d’information est pauvre.

Avec cette nouvelle génération, le duo Equinox/Terrain vient de faire un bond prodigieux. Mais pour se hisser au même niveau que les Mazda CX-5 et Honda CR-V, il lui aurait fallu bien davantage. En conclusion, on se retrouve avec des produits GM corrects, qui se classent au milieu de la catégorie.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×