Hyundai Kona 2018: Du Kool-Aid dans l’abreuvoir

Publié le 1er janvier 2018 dans 2018 par Michel Deslauriers

Au risque de nous répéter, le nombre de petits VUS sur le marché canadien ne cesse de s’accroître, et le segment des sous-compacts accueillera bientôt un nouveau joueur. Le Hyundai Kona se joindra à la gamme du constructeur coréen au début de 2018, se positionnant sous le compact Tucson.

Si les VUS urbains semblent tous se ressembler – avec une ou deux exceptions –, le Kona a l’air de déborder de couleurs et de saveurs, proposant un choix de deux motorisations et, comme toujours, une liste d’équipement exhaustive. Son unicité lui permettra-t-elle de déloger les Mazda CX-3 et Honda HR-V ainsi que de se défendre à l'égard des autres nouveautés du segment, tels les Ford EcoSport, Nissan Qashqai et Toyota C-HR?

Personnalisable à souhait
Sa carrosserie musclée est rehaussée d’un mince éclairage de jour à DEL, de blocs optiques à DEL logés dans le pare-chocs avant, d’une calandre à grillage noir et de contours d’ailes en plastique. En Europe, où le Kona sera commercialisé en premier, dix couleurs extérieures sont offertes, et avec le choix d’un toit peint en noir ou en gris. À ces vingt combinaisons extérieures, on peut également spécifier un habitacle noir, mais rehaussé au choix de garnitures et de coutures contrastantes orange, lime ou rouge. Dans le cas des deux dernières, on obtient des ceintures de sécurité de couleur assortie. 

Parmi l’équipement proposé, le Hyundai Kona offre des sièges avant chauffants et ventilés, un siège du conducteur à commande électrique, un volant chauffant, une clé intelligente, un affichage tête haute et une recharge de téléphones sans fil Qi. De série, les acheteurs ont droit à une chaîne audio avec écran tactile de sept pouces, des ports USB ainsi qu’une intégration Apple CarPlay et Android Auto. En option, un écran de huit pouces avec système de navigation et caméra de recul, et même une chaîne Krell haut de gamme à huit haut-parleurs. Bref, beaucoup de caractéristiques, bien que le prix augmentera en conséquence.

L’espace de l’habitacle n’est pas le plus spacieux ni le plus petit de son segment. Comme il se doit, le dossier de la banquette arrière se rabat, divisible en sections 60/40 et permettant un volume de chargement maximal de 1 143 litres. Avec les dossiers en place, on doit se contenter de 361 litres. À ce chapitre, seuls les Fiat 500X et Nissan JUKE font pire. Mais bon, au moment de mettre le Guide de l’auto 2018 sous presse, on ne peut que se fier aux données préliminaires provenant de l’Europe.

Une nouvelle architecture
Pour créer le Kona, Hyundai a mis au point une toute nouvelle plate-forme construite avec de l’acier à haute résistance, qui servira également comme base au Kia Stonic, un autre VUS sous-compact qui pourrait éventuellement être commercialisé au Canada. Le constructeur vante la rigidité de cette structure, qui bonifie évidemment le comportement routier et la solidité du véhicule.

À la base, le Kona recevra un quatre cylindres de 2,0 litres à cycle Atkinson, produisant 147 chevaux et assorti d’une boîte automatique à six rapports, que l’on retrouve aussi dans la berline Elantra. Selon Hyundai, le VUS muni de cette motorisation, dans la moyenne du segment côté puissance, accélère de 0 à 100 km/h en dix secondes. Dans les déclinaisons supérieures, un quatre cylindres turbo de 1,6 litre prend le relais avec 175 chevaux, jumelé à une boîte automatique à sept rapports avec double embrayage. Avec le moteur survitaminé, le 0-100 km/h passe à 7,7 secondes. Comme le veut la tendance, un système de modes de conduite comprend les réglages Normal, Sport et Eco.

Outre la suspension avant à jambes de force, le Kona à roues motrices avant dispose d’une poutre de torsion à l’arrière. Par contre, en choisissant le rouage intégral optionnel, on profite d’une suspension multibras plus complexe, mais qui rehausse la tenue de route. Transmission intégrale ou non, la garde au sol de ce petit VUS est de 170 mm, plus ou moins dans la norme dans la catégorie des sous-compacts.

Enfin, les caractéristiques de sécurité avancées comprennent, en option, le freinage autonome d’urgence avec détection de piétons, la prévention de sortie de voie, les feux de route autoréglables, la surveillance des angles morts avec alerte de trafic transversal ainsi que la détection de somnolence ou de distraction du conducteur.

Avec un Kona aux formes éclatées, Hyundai s’attaque à un marché en plein essor, où les profits sont faciles à engranger. Un segment rempli de véhicules efficaces et abordables, pas très généreux en espace intérieur, mais tout de même à la mode. Par contre, devant une rangée d’abreuvoirs, serons-nous tentés de goûter à celles qui crachent du Kool-Aid rouge ou vert au lieu de l’eau?

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×