Les aînés canadiens pourraient jouer un rôle clé dans la révolution des véhicules autonomes

Publié le 6 juillet 2018 dans Technologie/Véhicules autonomes par Affaires automobiles

Selon une étude de la Fondation de recherches sur les blessures de la route (FRBR), les aînés pourraient jouer un rôle clé en ce qui concerne l’adoption sécuritaire des véhicules semi- automatisés.

Les véhicules traditionnels sont progressivement remplacés par des véhicules autonomes. Financée par la Fondation Toyota Canada, l’analyse de la FRBR a recueilli des données, soit les connaissances, les attitudes et les habitudes des conducteurs âgés à partir de groupes de réflexion et dans un sondage en ligne réalisé auprès de 2 662 Canadiens. L’objectif de cette étude était de mieux comprendre les perceptions et les attitudes des conducteurs âgés à l’égard des véhicules semi- automatisés, et de comprendre comment leurs connaissances et leurs convictions au sujet de ces véhicules peuvent influencer la probabilité qu’ils fassent confiance à cette technologie pour améliorer leur sécurité sur la route et accroître leur mobilité.

« Nos conclusions étaient assez surprenantes. Elles ont montré que les conducteurs plus âgés sont très réceptifs à l’utilisation des véhicules semi- automatisés », a déclaré Robyn Robertson, président-directeur général de la FRBR. « Cela va à l’encontre de la logique, dans la mesure où l’on associe généralement l’adoption de nouvelles technologies aux jeunes générations. »

Les résultats de cette étude ont révélé que les conducteurs âgés sont conscients que la technologie des véhicules semi- automatisés peut améliorer leur sécurité sur la route et inspirer un sentiment de confiance dans leur aptitude à conduire dans des conditions difficiles qu’ils préfèrent généralement éviter. Ils reconnaissent aussi que cette technologie permet d’améliorer la mobilité des conducteurs âgés et de prolonger leurs années de conduite en toute sécurité en atténuant les erreurs associées à des facteurs liés à l’âge, en particulier le déclin des facultés perceptuelles, cognitives et physiques qui peut compromettre leur capacité à effectuer des manœuvres de conduite courantes.

Les plus de 65 ans représentent actuellement un Canadien sur sept. Dans 20 ans, ils seront dix millions, soit un Canadien sur quatre. Autant dire que ce groupe constituera une proportion non négligeable de la population des conducteurs.

« Compte tenu de leur comportement sécuritaire au volant et de leur ouverture aux nouvelles technologies susceptibles de les aider, les conducteurs âgés semblent prêts à jouer un rôle de chefs de file dans la transformation du parc de véhicules de notre pays », a ajouté Robertson. « Les conducteurs âgés semblent posséder les importants attributs qui en font des candidats idéaux à l’adoption précoce et sécuritaire. »

Lire l'article original sur Affaires Automobiles.ca

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×