Dodge Challenger SRT Demon : puissance extrême

Publié le 6 août 2018 dans Essais par Autonet

Un diablotin. Voilà ce qu’on imagine découvrir en soulevant le long capot de la Dodge Challenger SRT Demon, un bolide d’une puissance délirante conçu pour la route et les courses d’accélération tout à la fois!

Multiplier les chevaux sous le capot. Voilà le moyen choisi par les constructeurs de Detroit pour maintenir l’intérêt des acheteurs de « pony car ». Ces consommateurs empreints de nostalgie semblent pourtant être de moins en moins nombreux, si l’on se fie aux ventes décroissantes de ce créneau de voitures en Amérique du Nord. En effet, peu de jeunes s’intéressent à des voitures pareilles. Ce sont plutôt les « boomers », une cohorte vieillissante de consommateurs, qui les achètent pour revivre leur jeunesse. Néanmoins, parmi les trois voitures qui composent ce très petit créneau, il en est une dont les ventes ont progressé un peu et se maintiennent depuis 2014 : la Dodge Challenger.

Lancé en 2008, ce coupé sport arbore une élégante silhouette rétro influencée de brillante manière par le style du modèle du même nom de 1970. À l’instar du modèle d’antan, la Challenger moderne est une 2+2, les places arrière étant essentiellement décoratives. De plus, dès qu’on aperçoit la partie centrale du tableau de bord incurvée vers le conducteur, on comprend que la conception de cette voiture ne concerne que ce dernier.

Cela explique la diversité impressionnante des modèles constituant la gamme de ce coupé sport. Le catalogue 2018 en compte 16, de la Challenger SXT d’entrée de gamme jusqu’à la SRT Demon, le monstre de puissance que nous avons conduit. Et c’est sans oublier la Challenger GT, seule voiture de ce créneau dotée d’une transmission intégrale, un concept inédit auquel personne n’aurait osé penser en 1970.

À l’époque, on n’aurait pas imaginé, non plus, qu’une Challenger de série puisse accomplir une accélération de 0 à 100 km/h en 2,3 s ou, mieux encore, de 0 à 50 en 1 s, grâce à son V8 à compresseur de 6,2 L qui développe 840 ch et 770 lb-pi de couple. Un moteur qui s’abreuve de carburant sans plomb à indice d’octane de 100 ou plus, de surcroît. Voilà le portrait de la SRT Demon.

Un dragster de série
Le constructeur présente ce modèle comme le « premier dragster de série au monde fabriqué en usine ». Rassurez-vous, ce modèle est cependant conforme au Code de la route. À côté de cette Demon, la Challenger SXT, avec son V6 Pentastar de 3,6 L et 305 ch qualifié d’écoénergétique, paraît modeste, même si elle peut atteindre 100 km/h en 6,5 s lors d’un départ arrêté.

Certains nostalgiques se souviendront de la Demon vendue au Canada par Chrysler, en 1971 et 1972. Ce modèle-là n’avait rien à voir avec la Challenger d’alors. Il s’agissait plutôt d’une variante sportive de la Dodge Dart. Ce coupé de grande diffusion pouvait cependant être commandé avec un V8 de 5,6 L (340 po cu) lui procurant 275 ch, une option qui haussait son prix à 3 065 $.

La Demon d’aujourd’hui est bien différente comme le suggère son prix de base de plus de 110 000 $, qui en fait la Challenger de série la plus chère de l’histoire. Et pourtant, il n’en reste plus beaucoup chez les concessionnaires. Le constructeur a limité son volume de production à 3 300 exemplaires : 300 pour le Canada et 3 000 pour les États-Unis. De plus, cette Demon ne figurera pas au catalogue 2019. On comprendra que la plupart d’entre elles deviendront des joujoux de collectionneurs qu’on verra rarement sur nos routes.

On en verra peut-être, à l’occasion, sur des pistes. C’est là que la Demon est à son meilleur. Lorsqu’on la prépare pour une course d’accélération (du « drag »), elle peut franchir les 400 m (quart de mille) plus rapidement que n’importe quelle autre voiture de série, affirme le constructeur. Elle couvre cette distance en 9,65 s à 225 km/h, un temps certifié par la National Hot Rod Association (NHRA). En outre, dans ce genre d’épreuve de vitesse, il ne serait pas surprenant de voir l’avant de la voiture se soulever à 89 cm du sol lorsque les feux verts de « l’arbre de Nöel » s’illuminent, une prouesse inscrite dans Livre des records Guinness.

La Demon trouve également sa place sur un circuit routier grâce à une suspension bien calibrée et la construction renforcée de son châssis. Quelques tours de piste enlevants réalisés avec notre véhicule d’essai nous l’ont démontré. Ils nous ont aussi permis de constater que, sur un circuit exigeant, l’endurance des freins Brembo reste perfectible malgré ses grands disques ventilés et perforés.

La boîte de vitesses automatique TorqueFlite à 8 rapports, qui est munie du dispositif de retenue TransBrake conçu pour les départs de courses d’accélération, se révèle, par ailleurs, bien adaptée à une conduite normale en ville et sur autoroute. Elle rend cette Challenger plus conviviale que la boîte manuelle offerte pour d’autres modèles de la gamme. En outre, cette voiture bénéficie de la même couverture de garanties (garantie générale, garantie du groupe motopropulseur, etc.) que les autres modèles SRT de Dodge, soit trois ans ou 60 000 km.

Options surprenantes
Sa double vocation extrême explique pourquoi certains accessoires usuels figurent parmi les options. Je pense, par exemple, au siège du passager avant et à la banquette arrière à dossiers rabattables 60/40. Un pilote aguerri souhaitera sans doute ne pas les avoir pour alléger son bolide. En revanche, l’acheteur qui n’ira jamais sur une piste devra tout de même cocher les cases désignant ces accessoires sur le contrat de vente pour les obtenir. Dans les deux cas, ils sont proposés pour une somme symbolique de 1 $ et font partie d’un ensemble d’accessoires. Le baquet du passager avant, par exemple, est jumelé à un pédalier chromé et des tapis, alors que la banquette arrière donne également droit à des sièges avant chauffants et ventilés, du moins si l’acheteur opte également pour la sellerie de cuir garnie d’Alcantara, une autre option à 1 $.

Assemblée à l’usine FCA de Brampton, une banlieue nord de Toronto, la Demon est livrée avec de belles roues en aluminium Hole Shot exclusives de 18 po. Elles sont chaussées d’imposants pneus de course d’accélération (des Michelin dans le cas de notre voiture d’essai). Leur utilisation sur la route est autorisée et, sur le sec, ils procurent beaucoup de mordant, mais leur gomme s’use extrêmement vite. Par contre, sous la pluie, un néophyte aura avantage à ne pas conduire cette voiture tant elle est puissante. De toute façon, je doute qu’un propriétaire de Demon ose l’exposer à la pluie!

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Dodge Challenger
Version à l'essai SRT Demon
Fourchette de prix 32 695 $ – 109 995 $
Prix du modèle à l'essai 109 995 $
Garantie de base 3 ans/60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 17,6 / 10,7 / n.d. L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Moteur démentiel
  • Boîte automatique bien agencée
  • Esthérique réussie
Points faibles
  • Visibilité arrière exécrable
  • Seuil élevé du coffre
  • Ergonomie des poignées de portière à revoir
Fiche d'appréciation
Consommation 3.0/5
Confort 3.5/5
Performances 5.0/5
Système multimédia 4.0/5
Agrément de conduite 4.0/5
Appréciation générale 4.0/5
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×