Volkswagen Passat 2020 : nouveau garde-robe

Publié le 10 décembre 2018 dans Premiers contacts par Michel Deslauriers

MARICOPA, Arizona – Sous le soleil désertique de l’Arizona, il y a un endroit où tous les modèles Volkswagen que l’on conduit sont évalués dans un climat très chaud. Un endroit qui n’est pas ouvert au public, et puisqu’il n’y a pas d’affiches, on pourrait croire qu’il s’agit d’un site gouvernemental secret. Ce n’est que la deuxième fois que les médias ont eu accès à l’intérieur du centre d’essais de Volkswagen depuis son ouverture il y a maintenant 25 ans. La première fois, c’était l’an dernier, alors que le Guide de l’auto a pu obtenir un avant-goût de la Volkswagen Jetta 2019 habillée en camouflage.

Cette fois-ci, on a eu l’opportunité de conduire la Volkswagen Passat 2020 redessinée. Elle aussi était enrobée d’un plastique au motif funky afin de dissimuler les détails esthétiques de la berline intermédiaire. La voiture sera officiellement dévoilée au Salon de l’auto de Detroit. Du moins, on s’attend à la voir là-bas.

En vente depuis l’année-modèle 2011, l’actuelle Passat a bien vieilli, mais elle a inévitablement besoin d’une mise à jour esthétique et technologique. On pensait que la nouvelle génération serait construite sur la très répandue plateforme MQB de Volkswagen, qui sert de base à de nombreux modèles, de la Golf à l’Atlas. Toutefois, pour le moment, on conserve plutôt la plateforme NMS, pour New Midsize Sedan, conçue spécifiquement pour la Passat nord-américaine, plus grosse que celle vendue ailleurs dans le monde.

L’architecture NMS a été développée pour recevoir un rouage à traction, alors la Volkswagen Passat 2020 n’offrira pas une transmission intégrale, une autre caractéristique qui aurait pu s’ajouter afin de concurrencer la Nissan Altima 2019, qui sera désormais équipée d’un rouage intégral de série au Canada. Et la Subaru Legacy qui a toujours inclus l’intégrale dans toutes ses déclinaisons.

La Passat conservera également la dernière version du quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres et de la boîte automatique à six rapports, une combinaison ayant été insérée dans la berline pour le millésime 2018. Ce moteur produit 174 chevaux comme avant, mais le couple atteint maintenant les 207 livres-pied – une hausse de 23. Dans le modèle actuel, cette motorisation affiche une consommation de 9,3 L/100 km en ville, 6,5 sur la route et une moyenne mixte de 8,1 L/100 km. Pas si mal pour une berline intermédiaire. On ne sait pas encore si ces cotes seront améliorées dans le modèle 2020. En passant, on abandonne le V6 de 3,6 litres dans la Passat, ce qui n’est pas un problème, puisque personne ne le choisissait de toute façon.

Donc, même plateforme et même motorisation. Qu’est-ce qui a changé, alors? La carrosserie de la Passat est nouvelle d’un pare-chocs à l’autre, et bien qu’elle ait été camouflée sur les voitures que l’on a conduites – nos caméras ont également été confisquées à la porte du centre d’essais –, lors d’une visite dans une zone d’inspection de voitures, on a laissé un squelette de la nouvelle berline à découvert. Oups.

La forme générale de la voiture semble avoir été allongée légèrement, avec une ligne de toit plongeante de style fastback, une tendance actuelle en matière de design. Les feux arrière s’introduisent plus profondément dans le couvercle du coffre, ce dernier étant orné des lettres P A S S A T sous le logo VW. La partie avant de la voiture fait immanquablement Volkswagen, avec une calandre massive et un peu plus de détails dans les blocs optiques. Un ensemble esthétique R-Line sera une fois de plus offert, conférant à la berline une apparence un peu plus agressive.

Les propriétaires actuels de la Passat ont dit à Volkswagen qu’ils adoraient leur voiture, mais qu’il était temps de proposer un look plus sportif. Toutefois, on ne tombera certainement pas dans l’excès comme ce fût le cas avec la Toyota Camry XSE.

Dans le prototype que l’on a conduit, une couverture en tissu noir couvrait librement le tableau de bord afin d’empêcher quiconque de le prendre en photo lors des essais sur route. On a « accidentellement » éternué sur la couverture pour la déplacer – maudite poussière du désert de l’Arizona – et pour être franc, il n’a rien de vraiment secret à propos du design et de la présentation. Le tableau de bord est conservateur, ergonomique avec des rhéostats de climatisation typiquement Volkswagen ainsi que des garnitures en similibois. Si l’on fait exception du nouvel écran tactile de huit pouces, qui figurera de série dans toutes les livrées de la Volkswagen Passat 2020, il est presque impossible de différencier cette instrumentation de celle dans la Passat actuelle. Encore une fois, les propriétaires n’ont pas demandé de la changer, alors VW ne l’a pas fait.

Au Canada, nous aurons vraisemblablement droit à trois déclinaisons, soit Comfortline, Highline et Execline. Outre le nouveau système multimédia avec écran tactile de huit pouces, la liste de caractéristiques de série comprendra l’intégration Apple CarPlay et Android Auto, la surveillance des angles morts, l’avertissement de précollision avec freinage autonomie d’urgence, les phares à DEL et les roues de 17 pouces. La prévention de sortie de voie, les essuie-glaces de pare-brise à capteur de pluie, le régulateur de vitesse intelligent et l’éclairage d’ambiance seront également disponibles.

Il est un peu tôt pour faire une évaluation complète de la Volkswagen Passat 2020, puisque l’on a roulé un prototype dans lequel il reste encore quelques détails à peaufiner. Par contre, on sentait la voiture solide, son comportement routier sur la piste d’essai a révélé que la voiture demeurerait l’une des plus amusantes à conduire de son segment, et la cabine s’est montrée une fois de plus très spacieuse. La seule chose que l’on aimerait voir améliorée, c’est la direction qui nous semble trop lente, nécessitant plusieurs tours de volant de butée à butée. De simples manœuvres de stationnement nous feront travailler les bras.

En nous invitant à son centre d’essais alors que la voiture est toujours en phase de développement, le constructeur voulait simplement nous démontrer que la Passat est bien vivante, dans un segment de marché qui perd des plumes chaque jour au détriment des VUS. La nouvelle Passat sera mise en vente l’automne prochain.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Volkswagen Passat 2020
Version à l'essai n.d.
Prix de base n.d.
Prix du modèle à l'essai n.d.
Garantie de base 4 ans / 80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans / 100 000 km
Options n.d.
Concurrents Chevrolet Malibu, Honda Accord, Hyundai Sonata, Kia Optima, Mazda6, Nissan Altima, Subaru Legacy, Toyota Camry
Points forts
  • Bon comportement routier
  • Habitacle spacieux et coffre immense
  • Ergonomie du tableau de bord sans faille
Points faibles
  • Fini le V6, et pas de motorisation hybride
  • Direction lente
  • Pas d’innovations techniques pour redéfinir le segment
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 Les cotes n’ont pas encore été établies pour le modèle 2020, mais la Passat actuelle est drôlement peu énergivore.
Confort 4.0/5 Bons sièges, roulement doux, beaucoup d’espace.
Performances 3.0/5 Le moteur de 2,0 litres fait le travail en conduite normale, mais ne procure pas de sensations fortes.
Système multimédia 3.5/5 On n’a pas eu la chance de l’utiliser, mais l’écran tactile de huit pouces représente une amélioration notable.
Agrément de conduite 4.0/5 Toujours l’une des plus dynamiques de son segment.
Appréciation générale 3.5/5 Les propriétaires de Passat adoreront probablement la nouvelle génération. Toutefois, il sera difficile pour Volkswagen d’augmenter sa part de marché sans de concrètes innovations.
Share on FacebookShare on TwitterShare on Google+Share by emailShare on Pinterest
Partager
Commentaires

🛈 En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×