Subaru Impreza 2019 : c’est dans la neige qu’on l’apprécie le plus

Publié le 29 janvier 2019 dans Essais par Sylvain Raymond

Pas facile de rivaliser dans le segment des voitures compactes aux côtés de la Toyota Corolla, de la Honda Civic et de la Mazda3, des véhicules prisés au Canada.

Pour ce faire, la Subaru Impreza dispose d’une arme de choix, un excellent rouage intégral venant de série, qui la rend redoutable lorsque les conditions climatiques se dégradent.

Elle était depuis quelques années la seule dans son segment à profiter de cet avantage, mais elle devra maintenant surveiller de près la nouvelle Mazda3 2019 qui viendra jouer dans ses plates-bandes puisqu’elle sera aussi offerte avec un rouage intégral. Il sera toutefois optionnel dans le cas de la Mazda3 et disponible uniquement dans les versions un peu plus cossues, ce qui permet à l’Impreza de conserver l’avantage de l’abordabilité.

De moins en moins pour les puristes
L’Impreza a toujours su profiter de l’image que dégagent la WRX et son dérivé plus bestial, la WRX STI. Vendue à un prix de base se situant tout juste sous les 20 000 $ - ce qui est tout de même plus élevé que beaucoup de ses rivales - elle s’est un peu embourgeoisée ces dernières années. On a sacrifié son ADN de puriste afin d’élargir la clientèle et ainsi générer un volume de ventes plus important et donc une meilleure profitabilité. De nos jours, il faut ratisser large et on ne peut se permettre d’offrir un modèle niché.

L’Impreza 2019 se décline sous les traits d’une berline quatre portes et d’une familiale à hayon. Vous l’imaginez bien, la version cinq portes est plus pratique en raison d’un volume de chargement supplémentaire, mais il faut débourser environ 1000 $ additionnels par rapport à la berline équivalente.

Côté style, plusieurs aiment mieux la configuration à hayon, surtout si vous optez pour la version Sport qui ajoute des jantes de 18 pouces et une suspension un peu plus dynamique. C’est notre préférée, et c’est d’ailleurs la version que nous avons récemment mise à l’essai. Du reste, ne cherchez pas d’affiliation de style avec la WRX. L’Impreza est nettement plus sobre et repose toujours sur un design aux lignes angulaires. C’est assez générique, mais Subaru se devait de proposer un véhicule moins typé. Mission accomplie, n’en déplaise aux nostalgiques.

Une finition en hausse
La bonne nouvelle, c’est que depuis sa refonte,l’Impreza profite d’une plate-forme qui lui apporte des dimensions plus généreuses. Le tout se traduit par un habitacle plus spacieux pour les passagers ainsi qu’un volume de chargement majoré, spécialement dans le cas de la livrée cinq portes. L’effet est bien perceptible pour le conducteur ; on se sent beaucoup moins étouffé à l’avant, d’autant plus que le tableau de bord et la console centrale ont été épurés.

Un de nos reproches envers l’Impreza - et des modèles Subaru en général - était la finition intérieure qui n’était simplement pas à la hauteur. Même s’il y a encore quelques éléments d’aspect bon marché, Subaru a fait un pas de géant en rehaussant l’apparence de l’habitacle, notamment avec l’ajout de matériaux souples aux endroits de contact. La présentation des composantes a été retravaillée et l’affichage fait moins années 80.

L’autre reproche, c’était son système d’infodivertissement et une fois de plus, Subaru semble avoir écouté les critiques en améliorant l’ergonomie de ce dernier et en assurant sa compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto.

Sous le capot, on a toujours droit au quatre cylindres Boxer de 2,0 litres à injection directe qui développe 152 chevaux pour un couple de 145 lb-pi, soit une puissance en ligne avec la majeure partie de ses concurrentes. Vous pouvez choisir une boîte manuelle, mais elle n’est simplement pas à la hauteur avec ses cinq rapports. C’est une économie de bout de chandelle, on aurait dû opter pour une boîte à six rapports.

Il vaut donc mieux se tourner vers l’automatique à variation continue (CVT). C’est l’antithèse de la sportivité, mais que voulez-vous, c’est un autre compromis que l’Impreza doit faire au nom d’un prix inférieur et surtout, d’une consommation réduite. Cette transmission demeure efficace, mais elle a tendance à faire hurler le moteur lorsque l’on enfonce l’accélérateur. Avec sa configuration à plat, le moteur Boxer est un peu plus rugueux en général et bruyant quand il est froid.

Le test de la neige
Faire l’essai d’une Impreza équipée de bons pneus d’hiver et en pleine tempête de neige suffit à faire oublier tous ses petits désagréments. Il faut savoir que peu de constructeurs offrent des groupes motopropulseurs aussi efficaces que Subaru et c’est là le cœur et le charme de l’Impreza. Il faut être immobilisé à un feu de circulation pour voir avec quel aplomb la voiture redémarre dans deux pieds de neige, laissant loin derrière tous ceux qui croient qu’une voiture à traction est aussi efficace.

Même constat en virage alors que la voiture colle à la route, profitant de la moindre parcelle de traction. On peut même s’amuser à laisser partir légèrement le train arrière pour le ramener dans le droit chemin d’un petit coup d’accélérateur. Bref, avec sa légèreté, un centre de gravité bas et son rouage à prise constante, l’Impreza est idéale pour vous mener à destination sans stress.

En condition normale, elle offre un bon dynamisme grâce à sa direction précise qui nous procure une bonne sensation de la route. La suspension plus rigide de la version Sport ajoute aussi à l’effet en minimisant bien les transferts de poids et la carrosserie assure une bonne rigidité.

Bref, dans la catégorie des modèles compacts, l’Impreza fait partie des plus dynamiques.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Subaru Impreza 2019
Version à l'essai Sport 5-portes
Fourchette de prix 19 995 à 29 595 $
Prix du modèle à l'essai 25 395 $
Garantie de base 3 ans / 60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans / 100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 10.1 / 7.7 / 9.8 l/100km
Options n.d.
Concurrents Chevrolet Cruze, Honda Civic, Hyundai Elantra, Kia Forte, Mazda3, Nissan Sentra, Toyota Corolla, Volkswagen Beetle, Volkswagen Golf, Volkswagen Jetta
Points forts
  • Rouage intégral de série
  • Finition en hausse
  • Performante en hiver
  • Bon niveau d'équipements de sécurité
Points faibles
  • Boîte CVT moins emballante
  • Finition toujours plus sommaire que ses rivales
  • Boîte manuelle à cinq rapports seulement
  • Style plus générique
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 Malgré son rouage intégral, l'économie est bien préservée
Confort 4.0/5 Avec ses dimensions accrues, le confort est en hausse
Performances 3.5/5 Puissance un peu juste, elle n'a plus tout à fait l'ADN de la WRX
Système multimédia 3.5/5 Nouveau système plus efficace, mais la concurrence offre mieux
Agrément de conduite 4.0/5 Toujours emballante à conduire, encore plus en hiver
Appréciation générale 3.5/5 Elle perd la bataille des gadgets, mais elle se reprend en conduite
Share on FacebookShare on TwitterShare on Google+Share by emailShare on Pinterest
Partager
Commentaires

🛈 En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×