Étiez-vous au courant... que les batteries des véhicules électriques ont plusieurs vies?

Publié le 30 janvier 2019 dans Électrique par Daniel Breton

Depuis plus de 15 ans, des gens me posent des questions sur les batteries des véhicules hybrides et électriques.

En effet, certains consommateurs craignent que la batterie d’une voiture hybride ou électrique ne lâche prématurément et qu’ils se retrouvent alors pris à payer une facture très salée.

Cette crainte est compréhensible, considérant tous les produits de consommation qui semblent durer de moins en moins longtemps, qu’il s’agisse d’un réfrigérateur, d’un téléviseur ou d’un téléphone cellulaire.

Sauf que si la plupart de ces produits durent moins longtemps qu’auparavant, on peut sans crainte affirmer le contraire des voitures et des camions légers. Ceux et celles qui sont assez âgés pour se rappeler des voitures d’il y a 20, 30 ou 40 ans savent à quel point les modèles d’aujourd’hui sont mieux construits et plus durables qu’à l’époque.

Or, les voitures partiellement et entièrement électriques sont quant à elles généralement plus fiables que les voitures à essence selon le Consumer’s Reports, ce qui inclut la batterie. D’ailleurs, lorsqu’une voiture électrique est gravement accidentée, sa composante la plus recherchée pour réutilisation est justement la batterie.

La 1ère vie
Normalement garanties 8 ans ou 160 000 kilomètres (et parfois plus), elles sont généralement conçues pour durer de 200 000 à 500 000 kilomètres, dépendant des technologies. À 20 000 kilomètres par an, on parle donc d’une espérance de vie pouvant osciller entre 10 et 25 ans, soit plus longtemps que le reste du véhicule. Or, les batteries deviennent de plus en plus performantes et durables au fil des avancées technologiques.

Ce n’est pas le hasard qui fait que tant de chauffeurs de taxis à Montréal, Vancouver ou Paris ont opté pour des taxis hybrides. C’est parce qu’ils sauvent de l’argent... et savent que la technologie (dont celle des batteries) est très résistante.

La 2e vie
Après plusieurs années, certains vont opter pour un reconditionnement de la batterie. Cela se fait depuis un bon moment déjà avec les batteries de véhicules hybrides (la technologie hybride étant sur le marché depuis plus 20 ans) et depuis peu pour les batteries de véhicules électriques. Cela permet à la fois de prolonger la vie de la batterie, de sauver de l’argent... et de protéger l’environnement.

La 3e vie
Une fois son potentiel comme batterie de véhicule épuisé, celle-ci peut ensuite servir comme batterie stationnaire pour des maisons, des entreprises, des quartiers, voire des régions entières.

Concrètement, cela veut dire qu’on combine une série de batteries de véhicules électriques ensemble qu’on installe sur des sites où on déploie, entre autres, des parcs éoliens et des panneaux solaires. Comme ces modes de production d’énergie sont intermittents, on accumule l’énergie dans les batteries stationnaires qui peuvent ensuite la redistribuer au besoin. De telles installations sont de plus en plus fréquentes sur la planète, de l’Australie aux États-Unis en passant par l’Europe... et le Québec.

L’accélération du déploiement des installations solaires et éoliennes signifie donc que la demande pour des batteries stationnaires issues des véhicules électriques sera en constante augmentation. Des constructeurs automobiles tels que Nissan et Tesla l’ayant déjà compris, ils participent à de plus en plus de projets du genre à travers le monde.

La 4e vie
La dernière étape de la vie d’une batterie d’un véhicule électrique est celle de son recyclage. Si ce marché est encore embryonnaire car les batteries durent beaucoup plus longtemps qu’on ne l’aurait cru au départ, il sera de plus en plus important au fil des prochaines années.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le consortium québécois du projet de recyclage Lithion (formé des entreprises Seneca, le CEPROCQ, Appel à RecyclerMD et le Centre d'excellence en électrification des transports et en stockage d'énergie (CEÉTSE) d'Hydro-Québec) a été créé l’an dernier. Ainsi, jusqu’à 95% des composantes des batteries, dont le lithium, le graphite et le cobalt, pourront être recyclées afin qu’elles puissent être réutilisés par des fabricants automobiles.

Comme vous pouvez le constater, non seulement les batteries des voitures électriques sont plus beaucoup durables qu’on ne pourrait le croire, mais elles sont aussi recyclables.

Share on FacebookShare on TwitterShare on Google+Share by emailShare on Pinterest
Partager
Commentaires

🛈 En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×