Genesis G70 2.0T Sport 2019 : dans les dents

Publié le 11 février 2019 dans Essais par William Clavey

Combien de fois avons-nous entendu un constructeur automobile prétendre que sa toute dernière berline sport est une rivale directe des produits allemands? Même dans les années 80, quand Ford levait le voile sur sa Taurus SHO, on déclarait avec fierté qu’elle était une « BMW à rabais ». Bien que compétente, cette Taurus sport n’arrivait pas à la cheville des bagnoles bavaroises.

Et ça a continué auprès des marques japonaises et américaines, chacune prétendant enfin riposter au trio germanique – BMW, Mercedes-Benz et Audi. Entre vous et moi, à part quelques tentatives marquées de la part d’Alfa Romeo, Cadillac et Jaguar, la réalité est qu’aucun manufacturier automobile n’a encore été capable de détrôner les Allemands dans la guerre des berlines sport.

Et maintenant, c’est au tour des Coréens de s’en mêler avec ce nouveau petit jouet nommé Genesis G70. N’ont-ils pas appris des erreurs de leurs concurrents?

Photo: William Clavey

« Pas pire pour une Hyundai »
Si vous vivez toujours dans le passé avec vos préjugés sur les marques coréennes, c’est que vous n’avez pas encore passé de temps avec les derniers produits Kia, Hyundai et Genesis.

Il y a une raison pour laquelle nous avons récemment décerné des prix à ces constructeurs dans nos Meilleurs achats annuels. C’est que les Sud-Coréens fabriquent désormais d’excellentes automobiles, voire à la hauteur des produits japonais, et dans certains cas, même allemands, et ce, tant sur le plan de la sophistication que de la technologie et de la fiabilité.

Genesis est une jeune marque. Libérée de l’emprise Hyundai pour qu’elle puisse voler de ses propres ailes en 2015, elle se présente dorénavant comme marque de luxe indépendante dans la même veine qu’Acura, Infiniti, Lexus, Lincoln et Cadillac.

On ignore si Genesis vivra le succès espéré. Chose certaine, avec seulement des berlines au sein de sa gamme, elle commence à contrecourant!

Photo: William Clavey

On a étudié le livre de la bonne voiture
Entièrement nouvelle, la G70 est la toute première tentative des Coréens dans le créneau fort bouillonnant des berlines de luxe sport. Elle rivalise principalement avec des bagnoles compactes comme la BMW Série 3, la Mercedes-Benz Classe C, l’Audi A4, l’Acura TLX, l’Infiniti Q50, la Lexus IS, l’Alfa Romeo Giulia, la Volvo S60 et la Jaguar XE. En effet, les concurrents sont féroces.

Partageant sa plate-forme avec la Kia Stinger, mais considérablement raccourcie et modifiée afin d’avoir sa propre personnalité, la G70 s’offre, comme sa cousine, avec un choix de deux moteurs, soit un quatre cylindres turbo de 2,0 litres d’une puissance de 252 chevaux et un couple de 260 lb-pi, soit un V6 biturbo de 3,3 litres développant 365 chevaux et 376 lb-pi.

Toutes les G70 vendues ici viennent équipées d’une boîte automatique à huit rapports et du rouage intégral. Toutefois, le moteur 2,0 litres est également disponible avec une boîte manuelle à six rapports et un rouage à propulsion pour satisfaire les puristes. Notre modèle d’essai était une G70 Sport, alimentée par le moteur quatre cylindres, et munie d’une boîte automatique et du rouage intégral. Elle se détaillait 52 000 $.

C’est un prix alléchant compte tenu de tout ce que le bolide comprend. Même si l’on opte pour la G70 la plus cossue, avec le moteur V6 turbo et tout le tralala, elle ne dépassera pas 60 000 $. Je vous mets au défi d’en faire autant du côté des Allemands!

Photo: William Clavey

Bien plus qu’une simple aubaine
Sans surprise, la G70 est une bonne aubaine à l’achat. C’est normal, car c’est une nouvelle marque qui tente de percer le marché. Même chose au niveau de l’expérience d’achat. Bien que certains concessionnaires existent, il est possible de se procurer une Genesis sans sortir de sa maison, et de se la faire livrer directement à la porte! Cool, certes, mais est-ce que ça fait d’elle une concurrente des autos allemandes pour autant? Pas vraiment.

Le vrai test s’effectue sur la route, et sur le circuit, ou la bagnole nous montre ses vraies couleurs. Et croyez-nous lorsque l’on vous dit ça : les Allemands ont de quoi s’inquiéter, car la G70 est une réussite.

En fait, au niveau du comportement routier, le quatre cylindres octroie à la bagnole une sensation de légèreté sur le train avant, même s’il affiche un caractère différent que le six cylindres.

Photo: William Clavey

Bien que la déclinaison V6 n’éprouvait aucune difficulté à suivre les véhicules allemands à fond de train sur le circuit de Saint-Eustache lors de notre match comparatif dans Le Guide de l’auto 2019, nous ne serions pas étonnés de pouvoir freiner encore plus tard en entrée de virage à bord d’une G70 2.0T. Elle est nettement plus agile.

Sur les surfaces enneigées, le châssis et la suspension – calibrés par nul autre qu’Albert Biermann, anciennement chez BMW – révèlent un équilibre quasi parfait, permettant à la berline de faire facilement déraper son train arrière au besoin.

Aucunement intimidante, légère, humble, et incroyablement au point, la G70 nous invite à tester ses limites d’adhérence en pleine douceur, sans le moindre tracas, ni bruit de caisse, effets de roulis ou embûches mécaniques inquiétantes.

Tout est harmonieux. Tout est calme. Tout est bien fait.

Pareillement au niveau des modes de conduite – Comfort, Eco, Sport et Smart – qui alternent le comportement du bolide de façon importante, surtout la direction et le fonctionnement de la boîte de vitesses, qui enfile les rapports avec autorité et sans faille.

Photo: William Clavey

Notre modèle d’essai s’ouvrait sur un habitacle plutôt joli en raison de ses sièges en cuir matelassé bruns. C’est un intérieur bien assemblé en général, mais comme le design extérieur de la G70, tout y est très conservateur et sans artifices. On aurait préféré quelque chose d’un peu plus osé. Nous imaginons que Genesis demeure conservateur pour éviter de choquer qui que ce soit, encore une fois en raison de son jeune âge.

Rien à dire cependant au sujet des commandes simples et très intuitives – tant celles du système multimédia que celles des commandes de climatisation – qui s’activent aisément même avec une paire de gants.

Nous déplorons toutefois la banquette arrière extrêmement étriquée, surtout pour les grandes personnes, et le coffre nettement plus petit que ceux de la concurrence.

Cela étant dit, la G70 s’en sort malgré tout haut la main. En somme, elle accomplit d’un coup ce que les marques japonaises ont tenté de faire pendant des décennies. Son savoir-faire technique est dans la même veine que celui des marques européennes et sa dynamique de conduite encourage la sportivité tout en conservant le confort et le raffinement intacts. Le tout, à un prix plus abordable que ses rivales.

Le produit est réussi. Maintenant, la marque doit se bâtir une notoriété.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Genesis G70
Version à l'essai 2.0T Sport
Fourchette de prix 42 000 $ – 57 500 $
Prix du modèle à l'essai 45 500 $
Garantie de base 5 ans/100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 12,8 / 8,5 / 9,8 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Calibration châssis / suspension impeccable
  • Commandes d’habitacle simples et intuitives
  • Moteur turbo puissant et frugal
Points faibles
  • Design anodin
  • Banquette arrière serrée
  • Petit coffre
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 Nous avons enregistré une consommation moyenne de 9,8 L/100 km, en hiver. Pour le créneau, c’est excellent.
Confort 3.0/5 L’avant de l’habitacle est confortable et spacieux, mais la banquette arrière est un cauchemar pour les grandes personnes.
Performances 4.0/5 Bien que le quatre cylindres manque de personnalité, il livre une plage de puissance et de couple costaude, même à bas régime.
Système multimédia 5.0/5 D’une simplicité et d’une efficacité difficile à reproduire ailleurs. Les boutons physiques sont faciles à manipuler avec des gants en hiver, et le système est compatible Android Auto/Apple CarPlay.
Agrément de conduite 5.0/5 Légère, bien équilibrée et conçue pour encourager la conduite sportive. La G70 existe pour que l’on s’amuse au volant, et elle ne déçoit pas.
Appréciation générale 5.0/5 Sur le plan technique, la G70 a tout pour voler une part de marché des marques allemandes. Il ne reste qu’à travailler la réputation de la marque pour qu’elle soit respectée par les consommateurs.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×