Étiez-vous au courant… que les camions légers commencent aussi à s’électrifier?

Publié le 6 février 2019 dans Électrique par Daniel Breton

Plusieurs personnes qui s’intéressent à l’électrification des transports font souvent remarquer qu’il n’y a pour eux qu’un choix restreint - pour ne pas dire quasi inexistant - dans le créneau des camions légers qui peuvent être branchés.

Si cela était tout à fait vrai il y a quelques années à peine, ça l’est maintenant de moins en moins… et ça ne le sera plus au début de la prochaine décennie.

Des camions légers électriques s’en viennent
Extrêmement populaires, les camions légers (VUS, multisegments, minifourgonnettes et camionnettes) représentent maintenant la grande majorité des ventes canadiennes et nord-américaines. D’ailleurs, huit des dix véhicules les plus vendus au Canada sont maintenant des camions légers.

Or, si peu de ces véhicules sont partiellement ou entièrement électrifiés, l’offre croîtra de manière importante au fil des prochains mois et années. En effet, des constructeurs généralistes tels que Mitsubishi, Ford, General Motors et Nissan prévoient commercialiser d’ici les deux à trois prochaines années des modèles pouvant répondre aux besoins des acheteurs cherchant à la fois un véhicule plus gros et plus pratique qu’une voiture, tout en pouvant être branché.

L’éveil de Mitsubishi
Pour ceux et celles qui étaient sceptiques quant à l’intérêt des canadiens envers un camion léger enfichable, le succès indéniable du Mitsubishi Outlander PHEV (hybride rechargeable) au Canada en a réveillé plus d’un. En effet, les ventes de ce véhicule ont dépassé les 5000 exemplaires au pays en 2018, faisant du Canada le troisième marché mondial de ventes d’Outlander PHEV, derrière le Japon et la Grande-Bretagne. Fait à noter, près de 50% des ventes de ce VUS hybride rechargeable ont été effectuées au Québec.

Beaucoup se demandent d’ailleurs comment il se fait que les Toyota, Honda, Nissan, Ford et GM de ce monde n’ont pas réalisé plus tôt l’énorme potentiel de vente de ce type de véhicule en version enfichable. Tant mieux pour Mitsubishi qui fracasse des records de ventes. Tant pis pour les autres.

L’éveil tardif des Européens
Chez les constructeurs européens, s’il y a bien des camions légers partiellement électriques qui sont offerts par BMW (X5 40e), Mercedes-Benz (GLC 350e), Volvo (XC60 et XC90 T8) et Porsche (Cayenne e-hybrid) depuis quelques années, ces modèles ne proposent qu’une autonomie électrique timide voire anémique, oscillant entre les 15 à 30 kilomètres pour un surcoût difficilement justifiable.

Bref, les Européens ont été à ce jour en retrait en ce qui a trait aux véhicules électriques, coincés qu’ils étaient à tenter de vendre des camions légers fonctionnant au diésel «propre».

Cette situation est cependant sur le point de changer avec l’arrivée récente de la Jaguar I-Pace et celles très prochaines des Audi e-tron quattro, Porsche Taycan Cross Turismo et Mercedes-Benz GLE PHEV à 100 kilomètres d’autonomie électrique annoncée.

À ces VUS européens s’ajouteront les Kia Niro électrique (385 kilomètres d’autonomie), Hyundai Kona électrique (415 kilomètres d’autonomie) et Subaru Crosstrek hybride rechargeable... à 28 kilomètres d’autonomie électrique.

Ne restera que les camionnettes
Si Tesla a réveillé les constructeurs généralistes quant à l’intérêt de passer aux véhicules électriques avec ses Model S, X et 3, il semble qu’un autre petit constructeur encore méconnu soit en voie de brasser le monde des camionnettes: Rivian.

À l’édition 2018 du Salon de l’auto de Los Angeles, ce nouveau constructeur basé aux États-Unis a dévoilé deux véhicules, un VUS (R1S) et une camionnette (R1T) qui en ont décoiffé plus d’un.

Puissants, audacieux et offrant une autonomie pouvant aller jusqu’à 640 kilomètres, ils ont laissé bouche bée plus d’un observateur, pressant même Ford, GM et Tesla à annoncer l’arrivée prochaine de leurs propres camionnettes électrifiées.

Si la clientèle nord-américaine d’acheteurs de Ford F-150, RAM 1500 et Chevrolet Silverado est généralement un peu plus conservatrice que la moyenne, il ne fait aucun doute qu’il y aura un marché pour des camionnettes partiellement et entièrement électriques.

D’ici deux à trois ans, de nombreux amateurs de camions légers devraient donc être capables de trouver un modèle partiellement ou entièrement électrique qui saura répondre à leurs besoins.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×