BMW M850i xDrive 2019 : l'art du grand tourisme

Publié le 19 février 2019 dans Premiers contacts par William Clavey

À la fin des années 80, BMW cessait la production de son grand coupé sport, la Série 6, afin de développer quelque chose d’encore plus opulent : la Série 8.

Ce bolide, aux allures nettement plus modernes que sa devancière, incorporait des technologies de pointe et une mécanique inhabituelle pour ce constructeur afin de redéfinir la catégorie des véhicules de grand tourisme. Hélas, son prix de vente exorbitant et l’incapacité de conformer son moteur V12 aux nouvelles normes antipollution ont forcé BMW à retirer la Série 8 du marché en 1996.

Vingt-trois ans plus tard, on répète l’exercice, mais avec une approche un peu moins osée. Voici la BMW M850i 2019.

Le début d’une nouvelle gamme
Avec la nouvelle Série 8, BMW compte introduire une gamme complète, et non un seul véhicule exclusif. On commence avec celle-ci, le coupé M850i. Une décapotable portant le même nom arrivera au printemps, suivi d’une déclinaison Gran Coupe, ainsi que des M8 l’année prochaine.

Photo: William Clavey

Comme par le passé, la Série 8 vient remplacer plusieurs modèles de la Série 6 au sein de la marque bavaroise. C’est un coupé sport de gabarit imposant, arborant le nouveau design angulaire du constructeur. On a d’abord vu apparaître ce design sur la Z4, puis sur la Série 3.

Toutefois, à nos yeux, le nouveau langage esthétique est nettement plus cohérent sur la Série 8 : son toit racé, ses ailes bombées et sa calandre étirée vers l’arrière en font un bolide large, long, et collé au sol. Bref, la M850i a une allure imposante qui transpire la sportivité et le prestige.

Malgré sa taille, la Série 8 est plus courte que la Série 6 de 46 mm, avec un empattement raccourci de 33 mm. Elle est toutefois plus lourde. Malgré l’utilisation d’aluminium et de fibre de carbone dans sa conception, la Série 8 pèse pas moins de 4 500 livres (2 041 kg). En effet, c’est une grosse bagnole.

Photo: William Clavey

Pour le moment, un seul moteur l’anime, un V8 biturbo de 4,4 litres – un moteur bien connu chez BMW – d’une puissance de 523 chevaux et d’un couple titanesque de 553 lb-pi, le tout géré par une boîte automatique à huit rapports. Le rouage intégral xDrive figure de série, et le constructeur promet un 0-100 km/h en 3,7 secondes.

Jouer avec les lettres
Depuis quelques années, BMW exploite la lettre M à toutes les sauces, l’estampant même sur ses VUS. Les puristes s’en plaignent, mais au niveau lucratif, c’est une bonne idée, car les déclinaisons M enregistrent des chiffres de ventes remarquables.

Chez BMW, quand on place cette lettre devant la nomenclature d’un véhicule, on propose une mouture nettement plus performante que les variantes de base, sans offrir une authentique bagnole M. C’est une niche qui semble avoir fonctionner avec la M240i, la M550i et la M760Li,que nous recommandons d’ailleurs pour leur équilibre performance/prix.

Photo: William Clavey

Cependant, bien qu’une véritable M8 soit en route, la Série 8, qui pèse presque le même poids qu’une camionnette, propose une déclinaison M Performance. Mérite-t-elle cette lettre normalement synonyme d’agilité et de puissance?

Nous l’avons conduite sur le circuit de Thermal en Californie, pour ensuite la conduire sur la route. Nous résumons nos impressions comme suit : sur la piste, son poids la rend un peu trop maladroite pour être aussi dynamique que les autres bolides « Motorsport » du constructeur. Mais comme bagnole de grand tourisme aux prétentions sportives? Sublime, rien de moins.

Sa plus grande qualité, à la Série 8, c’est son niveau de raffinement et de douceur. Ce sont des qualités que l’on retrouve dans la Série 7, mais la M850i maximise le luxe personnel par son habitacle hautement insonorisé, hyperconfortable et étonnement luxueux… tant que l’on est assis à l’avant, car les places arrière sont presque inexistantes. Un vrai coupé de grand luxe, quoi!

Photo: William Clavey

La sensation de douceur se multiplie lorsque l’on enfonce légèrement la pédale de l’accélérateur. Le V8, qui développe son maximum de couple à partir de 1 800 tours/min, et qui émet une sonorité musclée, fait avancer l’auto tel un bateau de ligne, sans forcer, avec une délicatesse incomparable.

Et c’est pareil à haute vitesse, où le gros moteur tourne à 1 800 tours/min à 100 km/h, silencieux, velouté et raffiné, nous permettant de profiter pleinement de l’exquise chaîne audio Harman/Kardon.

Tanné de vous faire coller au derrière par une Porsche 911 sur l’autobahn? Pas de problème. Réglez votre M850i en mode Sport+, enfoncez l’accélérateur et regardez-la disparaître de votre rétroviseur. Les accélérations sont non seulement féroces à bord de ce bolide, mais elles vous amènent rapidement à des vitesses illégales dans un environnement serein et sans tracas.

Photo: William Clavey

Dans les virages, on ressent en effet le gabarit de la bagnole, mais son rouage intégral, associé à des roues arrière directionnelles, confère à la M850i une stabilité hors du commun. Jamais elle n’est dérangée par des mouvements brusques. Même quand on laisse chanter son puissant V8 en sortie de virage, l’arrière demeure bien ancré au sol, relâchant quelques backfires lors du processus, délivrant des performances bestiales jusqu’à une vitesse de pointe limitée électroniquement à 250 km/h.

Fini la vitesse? Aucun souci. Il suffit d’enfoncer la pédale de frein qui ordonne à quatre énormes disques en acier d’immobiliser la voiture en douceur.

C’est ça, l’art du grand tourisme : pouvoir aller vite, sans avoir peur! Et la BMW M850i xDrive 2019 est la manifestation même du phénomène, avec un soupçon de folie injectée par les savants de la division M.

Et si vous faites partie des nombreux nostalgiques reprochant à cette Série 8 de ne pas accoter le savoir-faire technique de l’originale, sachez que cette nouvelle mouture développe presque le double la puissance de l’ancienne, et franchit le 100 km/h nettement plus vite. Parfois, il est mieux de laisser la nostalgie dans le passé.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai BMW Série 8
Version à l'essai M850i xDrive
Fourchette de prix 123 500 $ – 131 500 $
Prix du modèle à l'essai 123 500 $
Garantie de base 4 ans/80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 4 ans/80 000 km
Consommation (ville/route/observée) 13,3 / 9,2 / 12,4 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Design réussi
  • Performances bestiales
  • Habitacle luxueux et confortable
Points faibles
  • Sièges arrière étriqués
  • Consommation d’essence élevée
  • Poids imposant
Fiche d'appréciation
Consommation 2.5/5 Avec une moyenne de consommation de 14,4 L/100 km, la M850i n’est pas ce que l’on pourrait qualifier de bagnole frugale.
Confort 4.0/5 C’est sa force. Son habitacle est vraiment douillet, tant que l’on est assis à l’avant, car les sièges arrières sont pénibles.
Performances 4.0/5 Son moteur V8 livre des accélérations bestiales, et bien que la voiture soit lourde, elle colle à la route dans les virages.
Système multimédia 4.0/5 iDrive demeure un des systèmes les plus conviviaux de l’industrie en raison de l’heureux mélange de commandes tactiles et physiques. Mais ses multiples fonctionnalités peuvent le rendre complexe pour les néophytes.
Agrément de conduite 4.0/5 C’est très plaisant de conduire une grosse voiture de luxe à des vitesses de voiture sport.
Appréciation générale 4.0/5 La M850i n’est peut-être pas le bolide M que l’on aurait souhaité sur un circuit, mais en tant que bolide de grand tourisme, elle est l’une des meilleures du marché.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×