Toyota 86 TRD SE 2019 : bon, et maintenant?

Publié le 20 février 2019 dans Essais par Michel Deslauriers

Durant plusieurs années, il n’y avait aucune voiture sport dans la gamme de Toyota. Les Corolla GT-S, Celica, MR2 et Supra étaient toutes disparues, et pour un bout de temps, le véhicule le plus sport du constructeur était un RAV4 V6. En 2012, la Scion FR-S est apparue, et soudainement, non seulement Toyota était de retour dans l’arène des autos sport, mais avec l’aide de Subaru, on avait produit un petit coupé drôlement attirant.

La FR-S et sa cousine la Subaru BRZ, disposant d’un poids léger et d’un rouage à propulsion, nous ont étonnés par leur dynamique de conduite et leur caractère sportif, malgré certaines lamentations de la presse automobile comme quoi ces voitures manquaient de couple à mi-régime.

La Toyota 86 2019 – ayant succédé à la Scion FR-S après le millésime 2016 en Amérique du Nord – poursuit sa carrière relativement inchangée, mais obtient une autre variante à tirage limité afin de conserver l’intérêt auprès de la clientèle, la TRD SE. Est-ce suffisant?

Pas vraiment. La première année sur le marché des FR-S et BRZ était leur meilleure, et leurs ventes chutent depuis ce temps. Toutefois, la Toyota GR Supra 2020 arrivera bientôt chez les concessionnaires, et maintenant que l’on retrouvera deux voitures sport sur le plancher de vente, la 86 recevra-t-elle un peu d’amour? Difficile à dire.

Outre la BRZ, quelles sont les rivales de la 86? La Mazda MX-5 et la Fiat 124 Spider bien sûr, malgré qu’elles soient des roadsters alors que la 86 est un coupé. On peut également la considérer comme étant une concurrente à la Nissan 370Z de base, et une alternative à des compactes sport à hayon telles que la Volkswagen Golf GTI et la Hyundai Veloster.

Photo: Michel Deslauriers

La Toyota 86 se fie à un quatre cylindres à plat atmosphérique de 2,0 litres qui développe 205 chevaux et un couple de 156 livres-pied – lorsque jumelé à la boîte manuelle à six rapports de série. Si l’on préfère la boîte automatique à six rapports, on se retrouve plutôt avec 200 chevaux et 151 livres-pied. Pas de problème.

Les décollages sont rapides, sans être étourdissants, alors que la voiture accélère de 0 à 100 km/h en 7,4 secondes. Une 370Z est beaucoup plus rapide, et une Golf GTI est également plus prime. Toutefois, la 86 étant une pure voiture sport, elle compense avec une excellente tenue de route, au même titre que la MX-5.

Pour quelqu’un à la recherche d’une voiture apte à dévorer les pistes durant le weekend, la Toyota 86 2019 plaît, car elle peut être conduite à la limite de ses capacités et procurer un plaisir prolongé sur un circuit fermé. Le programme de stabilité électronique comprend un mode Piste plus permissif, mais qui conserve un filet de sécurité pour les moments où l’on surestime nos talents de pilote. Subaru et Toyota ont également affirmé avoir dessiné le coffre de la voiture pour y loger quatre roues, afin d’effectuer un changement rapide à la piste. Si l’on rabat le dossier des sièges arrière, bien entendu.

Ah, ces sièges arrière! Ils sont quasiment inutiles. On dit quasiment car personne ne voudra s’y asseoir durant plus de cinq minutes, impliquant aussi que les passagers à l’avant devront avancer leurs sièges au maximum. Simplement dit, si quelqu’un s’assoit en arrière, tout le monde souffrira. Mais ce n’est pas impossible.

Notre variante TRD SE dispose d’un garnissage des sièges en similisuède avec insertions rouges, des ceintures de sécurité rouges, une planche de bord garnie de similisuède, un volant gainé de cuir bicolore ainsi que des coutures rouges. En contrepartie, le reste demeure basique. Les sièges chauffants sont inclus dans la version GT, mais pas dans la TRD SE plus chère. Cherchez pourquoi.

Photo: Michel Deslauriers

On obtient quand même un climatiseur automatique bizone, une chaîne audio à huit haut-parleurs avec écran tactile de sept pouces, une clé intelligente, un affichage numérique pour le conducteur et des phares à DEL. La TRD SE est la seule de la gamme à chausser des roues de 18 pouces et à être équipée d’un échappement et d’un ensemble aérodynamique TRD ainsi que d’amortisseurs SACHS et de freins Brembo. Elle est seulement disponible en noir corbeau.

Offerte à 38 990 $ avant les frais de transport et de préparation, cette édition spéciale de la 86 n’est pas une aubaine. La TRD n’est pas plus amusante à conduire que les versions de base et GT, et sur les boulevards détruits de Montréal, le roulement très ferme de la voiture devient rapidement lassant. Seulement 50 unités de cette version seront disponibles au Canada en 2019, ce qui représente environ 10% de la production totale de la 86 pour notre marché, compte tenu des ventes actuelles.

Nous avons conduit la voiture en janvier, lors d’une semaine particulièrement difficile alors que Dame nature a saupoudré les routes de neige et de pluie verglaçante en plus de souffler un froid intense, l’un après l’autre. Le popotin de la 86 valsait tout ce temps, nous forçant à conduire avec un pied droit très délicat. Les pneus d’hiver Nexen que Toyota a choisis procuraient une bonne adhérence, mais le programme de stabilité électronique joue un rôle crucial à garder la voiture sur ses quatre roues. Comme véhicule quatre saisons, il y a évidemment de meilleurs choix. Au moins la consommation était raisonnable, puisque nous avons observé une moyenne de 8,4 L/100 km durant la semaine. Dommage que l’essence super soit chaudement recommandée, ce qui fait monter la facture.

La Toyota 86 2019 se détaille à partir de 29 990 $, mais curieusement, la Subaru BRZ est disponible à 27 995 $ avec un niveau d’équipement comparable, alors il est facile pour nous de recommander l’une plutôt que l’autre. Cependant, les deux commencent à se faire vieilles, et malgré qu’elle soit une voiture différente à plusieurs points de vue, la Golf GTI offre à la fois un plaisir de conduite et une polyvalence pour seulement quelques dollars de plus par mois. Dans la MX-5, on peut baisser le toit, ce qui la rend plus agréable en été.

Alors que la concurrence s’améliore au fil des ans – exception faite de la très âgée 370Z –, les 86 et BRZ profiteraient d’un rafraîchissement. Franchement, pourquoi les propriétaires de modèles 2013 à 2016 échangeraient-ils leurs voitures pour une nouvelle si rien n’a été changé?

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Toyota 86 2019
Version à l'essai TRD SE
Fourchette de prix 29 990 $ – 38 220 $
Prix du modèle à l'essai 38 220 $
Garantie de base 3 ans/60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 11,3 / 8,3 / 8,4 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Fiat 124 Spider, Hyundai Veloster, Mazda MX-5, Nissan 370Z, Subaru BRZ
Points forts
  • Tenue de route superbe
  • Encore très belle
  • Tout de même abordable en version de base
Points faibles
  • Suspension très ferme en circulation urbaine
  • Variante TRD SE trop chère
  • Manque de couple à mi-régime
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 Peu énergivore, mais l’essence super est recommandée.
Confort 2.5/5 Habitacle étriqué, évidemment, et la suspension est trop ferme pour la conduite en ville.
Performances 3.5/5 Le moteur profiterait d’un peu plus de couple à mi-régime, mais au moins, la puissance de la 86 peut être exploitée à fond.
Système multimédia 3.0/5 Fonctionne bien, mais comporte peu de caractéristiques et l’intégration Apple CarPlay/Android Auto n’est pas disponible.
Agrément de conduite 4.5/5 Une pure voiture sport par définition, avec un poids léger et une excellente dynamique de conduite.
Appréciation générale 3.5/5 Un jouet pour s’amuser sur une piste durant le weekend, mais avec une convivialité et un confort limités pour le train-train quotidien.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×