Non, je ne changerai pas de passion!

Publié le 28 février 2019 dans Blogue par Antoine Joubert

Vous êtes peut-être de ceux qui voyez l’automobile comme un mal nécessaire, un électroménager.

Ce pour quoi vous vous êtes procuré récemment une Toyota Corolla grise, uniquement parce que les beiges étaient en rupture de stock.

Alors, sachez que les gens ne pensent pas tous comme vous. Pour certains, et je m’inclus dans le lot, la voiture est un objet de passion. Un objet qui prend vie, qui a une âme, une histoire. C’en est même une façon de vivre. Vous trouvez ça pathétique? D’accord. Mais je serais alors en droit de me moquer de votre passion pour les fleurs, le baseball, l’archéologie ou le camping aux abords des autoroutes. Ce que je ne fais pas.

Si je vous raconte ceci, c’est qu’aujourd’hui, on pointe l’automobile du doigt. On la voit comme l’ennemi à abattre. Surtout au Québec, où toute action qui n’est pas de nature sociale est contestable. Parce que croyez-moi, si l’on se trouvait presque n’importe où aux États-Unis et au Canada anglais, cette chronique n’aurait pas lieu d’être.

Revenons ainsi 25 ans en arrière, à l’époque où je décrochais mon permis de conduire pour la première fois. J’avais 17 ans, je connaissais les statistiques des voitures par cœur et lisait à peu près toutes les publications automobiles qui s’écrivaient au Québec. Je me suis alors procuré comme première minoune une Volkswagen Jetta 1982, accidentée et reconstruite, payée 800 $ et qui entre vous et moi, était 500 $ trop cher.

Or, cette urgence de vivre et mon inexpérience de l’époque ont fait en sorte que je l’ai choisie comme premier cheval de bataille, pour aller sillonner les routes de mon coin de pays. Croyez-moi, je me réveillais la nuit pour sauter derrière son volant, dans le seul but d’avaler des kilomètres. Maintenant, étais-je responsable au volant?

Poser la question, c’est y répondre. J’étais, à vrai dire, un danger public. Parce que j’avais « pogné » la piqûre de la vitesse. Parce que le bruit d’un moteur à 6 500 tours/minute me faisait vibrer, tout comme celui des pneus de 13 pouces qui crissaient à tout bout de champ. Vous aurez donc compris que ma passion pour la vitesse, en combinaison avec mon imprudence et qui plus est, l’état catastrophique de ma voiture, auraient pu m’être fatale. D’ailleurs, j’ai dû posséder en moins de deux ans plus d’une douzaine de vieilles guimbardes du genre, sur lesquelles je me suis fait les dents, apprenant au passage quelques notions de mécanique.

Il m’aura fallu bien du temps avant de réaliser que mes gestes derrière le volant avaient été irresponsables. Certes, je me suis tranquillement assagi, constatant aussi que l’état mécanique lamentable de mes voitures était une conséquence directe de mes agissements, mais cet exercice de conscience ne s’est pas fait en un claquement de doigts.

Bien des années plus tard, j’ai visionné l’excellent documentaire Dérapages de Paul Arcand. Un film qui m’a touché droit au cœur, puisque j’étais directement concerné. En fait, le seul élément qui me distinguait de certains des jeunes qui ont été victime d’accident ou qui en ont causé, c’est l’alcool. Je ne conduisais jamais « en boisson ». Mais pour le reste, la seule déduction que je pouvais tirer de ce film, c’est que j’avais eu de la chance.

Heureusement, au fil des années, on a resserré les règles. C’était nécessaire. On aurait pu le faire autrement, en éduquant davantage nos jeunes plutôt qu’en réglementant sévèrement, mais l’exercice a tout de même porté ses fruits.

Maintenant, on a vu vers la fin des années 90 plusieurs sites de sport automobile accueillir des jeunes par milliers en leur donnant un espace pour qu’ils puissent se défouler. À mon époque pourtant pas si lointaine, les courses d’accélération n’étaient destinées qu’aux professionnels qui conduisaient généralement des bolides diaboliques. Or, ces pistes d’accélération situées dans des endroits reclus ont tranquillement donné la chance aux jeunes mordus d’adrénaline d’aller lâcher leur fou une ou deux fois par semaine, de façon sécuritaire et contrôlée. Pensez aux circuits de Saint-Eustache, Pont-Rouge, Sanair, Napierville et plus récemment, au circuit ICAR de Mirabel.

Photo: MARC ALAIN TRUDEAU-AGENCE QMI

Évidemment, cette formule permettait à une majorité de jeunes de prendre conscience du danger, en distinguant les comportements admissibles sur route et sur circuit. Or, pour ce que je me permets de surnommer le « petit peuple » québécois, ce n’était pas encore assez. En effet, il a fallu que des gens achètent ou construisent des maisons à quelques centaines de mètres de ces endroits, en toute conscience de cause, pour qu’ensuite ils se plaignent du bruit et de la pollution. Résultat, on fermera bientôt le circuit de Saint-Eustache, le propriétaire ayant cédé à la tentation de vendre. En aurait-il été autrement si la Ville de Saint-Eustache n’avait pas octroyé des permis de construction aux abords de ce circuit, faisant ainsi grimper la valeur des terrains? Qui sait.

Ajoutez à cela la menace de fermeture du circuit de la piste d’accélération Pont-Rouge, et les fortes restrictions imposées à M. Jacques Guertin, propriétaire du circuit de Sanair, et vous avez une idée du portrait. Le circuit de Napierville est lui aussi victime de nombreuses plaintes de gens qui ont choisi de se construire tout près de l’endroit, alors que la ville est pourtant connue du public que pour cette attraction, et ce, depuis des décennies.

Photo: Adobe stock

Je me permets donc ici de condamner les agissements de ces nouveaux propriétaires, souvent hypocrites, qui ne pensent qu’à leur petit nombril sans considération pour autrui. Est-ce que ceux qui se construisent près des chemins de fer demandent au CN de déplacer les rails? Est-ce que les gens qui érigent de nouvelles demeures près des usines exigent ensuite leur fermeture? Alors, pourquoi agit-on ainsi face aux quelques circuits encore restants du Québec?

Parce que sans vouloir crier au sensationnalisme, la fermeture de ces circuits aura pour effet de remettre ceux qui ont soif d’adrénaline dans nos rues. Un geste inconscient, puisque je persiste à croire que la passion pour la vitesse, l’adrénaline et l’automobile, demeurera malgré cela encrée dans le cœur de bien des jeunes.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×