La Koenigsegg Jesko dévoilée à Genève

Publié le 5 mars 2019 dans Genève par Michel Deslauriers

Christian von Koenigsegg vient de lever le voile sur le prochain projet de son entreprise au Salon de l’auto de Genève. Il s’agit de la Jesko, une autre hypervoiture qui remplacera la rutilante Agera RS avec plus de puissance, des performances rehaussées et un habitacle plus accueillant.

D’abord, le nom Jesko rend homme au père de Christian, qui a su aider la petite entreprise à braver les défis financiers lors de ses premières années d’existence. Maintenant octogénaire à la retraite, Jesko et son épouse Brita étaient sur place au salon pour assister au dévoilement du bolide.

Les ingénieurs de la marque ont repris le moteur de la Koenigsegg Agera RS, soit un V8 biturbo de 5,0 litres, et à la suite d’améliorations, il produit maintenant 1 280 chevaux et un couple de 1 106 livres-pied en l’abreuvant d’essence super. Ou 1 600 chevaux avec du biocarburant E85. Bref, une centaine d’étalons supplémentaires par rapport à l’Agera RS, et un régime maximal atteignant désormais 8 500 tr/min. On n’a pas encore annoncé les données de performance de cette nouvelle hypervoiture, mais cela ne saura tarder.

Une nouvelle boîte automatique à neuf rapports a été mise au point pour la Jesko, ou ce que la firme appelle sa Light Speed Transmission. On note la présence de « plusieurs » embrayages, sans spécifier le nombre exact, dans un ensemble compact qui promet des changements ultra rapides, même lors d’une rétrogradation en sautant plusieurs rapports. Presqu’à la vitesse de la lumière, selon Koenigsegg, expliquant évidemment le choix du nom LST. Cette boîte profite également d’une gestion électronique appelée Ultimate Power On Demand ou UPOD, qui choisit le rapport optimal lors des accélérations.

Pour la Jesko, on a conçu une nouvelle structure monocoque composée de fibre de carbone et d’aluminium, plus long et plus haut que celle de l’Agera, permettant un meilleur dégagement pour les jambes et la tête dans l’habitacle.

Outre une suspension retravaillée, le bolide profite de roues arrière directionnelles, pouvant pivoter jusqu’à un angle de trois degrés dans la même direction que celles d’en avant – bonifiant l’agilité et la stabilité à haute vitesse – ou dans la direction opposée lors des manœuvres à basse vitesse, réduisant le diamètre de braquage.

À l’instar de la Koenigsegg Regera, la Jesko dispose d’une télécommande pouvant actionner l’ouverture des portes et des capots à distance, alors que les entrées et les sorties de la voiture sont facilitées par des charnières de porte mieux articulées. Une fois à bord, on est évidemment enveloppés de cuir, d’alcantara, de fibre de carbone et d’aluminium. Le volant comprend deux petits écrans tactiles pour régler les fonctions audio, de téléphone et du régulateur de vitesse. On profite également d’une intégration Apple CarPlay, d’une zone de recharge sans fil pour téléphones et d’un système de caméras à 360 degrés.

Le constructeur n’a pas annoncé le nombre d’unités de la Koenigsegg Jesko qui seront assemblées, mais on peut assumer avec certitude qu’elles sont déjà toutes vendues.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×