Chevrolet Equinox 2019: L’embarras du choix

Publié le 1er janvier 2019 dans 2019 par Denis Duquet

Lorsque le célèbre chef louisianais Emeryl Lagasse ajoutait des épices à une recette, il disait qu’il la « relevait d’un cran ». Chez General Motors, on a également relevé d’un cran ou même de plusieurs les Chevrolet Equinox et GMC Terrain lorsqu’on les a révisés l’an dernier.

En effet, ces deux modèles ont été complètement transformés, allant d’une nouvelle plate-forme aux dimensions plus modestes à un trio de nouveaux moteurs, sans oublier leur silhouette totalement redessinée. Et en plus, ils ont respectivement perdu environ 180 kg, ce qui est notable. Cet allégement s’explique en partie par une diminution des dimensions, mais aussi par l’utilisation de matériaux plus légers à tous les niveaux notamment la carrosserie, la plate-forme et les suspensions.

À l’image des marques
Cette transformation a permis de créer des silhouettes plus épurées et en harmonie avec ce que les autres modèles de chaque marque proposent. L’Equinox arbore une grille de calandre double, la première étant très étroite surplombant la seconde, beaucoup plus imposante, comme sur la majorité des Chevrolet. Pour ce qui est du Terrain, on met surtout en valeur une grille de calandre avec barres transversales chromées tandis que les passages des roues sont moins en relief qu’auparavant, ce qui rend le modèle un peu plus discret que précédemment. Curieusement, les récents modèles GMC cèdent le pas aux Chevrolet depuis peu alors qu’ils ont eu le haut du pavé en fait de design pendant des années.

Dans l’habitacle, la présentation de chacun respecte les canons esthétiques adoptés par chaque division, la palme étant décernée au Chevrolet, avec une planche de bord plus épurée et également plus pratique. Le Terrain est handicapé par une sélection des rapports qui se fait à l’aide de boutons, lesquels sont non seulement mal placés, mais peu intuitifs.

Par ailleurs, l’habitabilité est loin de faire défaut, tout comme l’espace de chargement. Cependant, on aurait pu s’ingénier à trouver davantage d’espaces de rangement. Quant à la finition, elle est dans la bonne moyenne, bien que la qualité des matériaux évolue en fonction du modèle choisi. Plus le prix est élevé, meilleurs sont les matériaux.

Trois moteurs, deux transmissions
Et pour une fois, on s’est décidé à tout transformer lors de la refonte de ce duo. Cette fois, pas de vieux moteurs trafiqués. C’est pourquoi, l’an dernier, les consommateurs ont découvert trois nouveaux moteurs qui sont de retour cette année. Les modèles de base sont propulsés par un quatre cylindres turbocompressé, produisant 170 chevaux, et associé à une boîte automatique à six rapports. C’est la combinaison économique pour les gens qui veulent dépenser moins et s’intéresser davantage à la consommation de carburant.

Le second choix est, à mon avis, le meilleur, c’est un quatre cylindres 2,0 litres, turbocompressé lui aussi, d’une puissance de 252 chevaux et d’un couple de 260 lb-pi. Alors que les performances avec le moteur 1,5 litre sont modestes, les accélérations et reprises avec ce 2,0 litres sont supérieures à la moyenne sans pour autant qu’il y ait une grosse différence en consommation de carburant. Le fait d’être lié à une boîte automatique à neuf rapports y contribue.

Le troisième moteur disponible est un quatre cylindres turbodiesel d’une puissance de 137 chevaux et d’un couple de 240 lb-pi, associé à une boîte à six rapports. Ce moteur consomme moins que les deux autres, mais son prix additionnel et ses performances moyennes en limitent l’intérêt pour ceux qui envisagent de rouler beaucoup plus que la majorité.

En fait de performance, de comportement routier et de caractère pratique, ce duo est identique. La tenue de route est correcte et même supérieure à certains autres modèles de cette catégorie, leur système multimédia figure parmi les meilleurs et il faut aussi souligner la possibilité d’utiliser Apple CarPlay et Android Auto. Il ne faut pas oublier également que le nombre de systèmes de sécurité avancée n’est pas inférieur celui de la concurrence, bien au contraire.

La personne désireuse de se procurer l’un ou l’autre de ces modèles est aux prises avec un dilemme de goût personnel et de budget. L’Equinox propose un habitacle plus discret, tout comme sa silhouette, et il se vend relativement moins cher que son vis-à-vis chez GMC.

La version Denali est plus onéreuse, toutefois, elle offre un niveau de luxe plus relevé. Est-ce qu’elle en vaut la peine? D’autant plus que si vous optez pour le moteur diesel, la facture sera encore plus élevée. Ce sont sans doute vos ressources financières qui feront pencher la balance.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×