Subaru Forester 2019: L’excentricité s’estompe

Publié le 1er janvier 2019 dans 2019 par Michel Deslauriers

Lors de l’apparition de la quatrième génération du Forester en 2013, les ventes sont passées du simple au double au Canada et aux États-Unis, et la marque a décidé que pour la cinquième génération, on passait en vitesse supérieure pour accroître davantage sa position sur le marché.

Cela signifie, à tort ou à raison, qu’on doit laisser tomber certains traits uniques du Forester pour attirer plus d’acheteurs. Autrement dit, on se conforme maintenant à la masse tout en tentant de conserver les puristes de la marque. Subaru gagnera-t-il son pari?

Exit turbo et boîte manuelle
Les fervents de Subaru seront possiblement choqués d’apprendre que le nouveau Forester 2019 n’offrira plus le moteur turbocompressé de 2,0 litres qui, l’an dernier, procurait 250 chevaux et des performances grisantes dans les déclinaisons 2.0XT. Sans surprise, le constructeur a pris cette décision en se basant sur les faibles ventes de ces versions.

On n’a donc droit qu’à une seule motorisation pour 2019, soit un quatre cylindres à plat de 2,5 litres. Maintenant doté de l’injection directe et d'un système automatique d’arrêt/redémarrage, ce moteur de type Boxer produit désormais 182 chevaux – douze de plus qu’en 2018 – et un couple de 176 livres-pied. On s’attend à une amélioration de quelques dixièmes de litre aux 100 km tout au plus, mais il faut dire que l’ancienne génération du Forester figurait déjà parmi les moins énergivores dans la catégorie des VUS compacts. En fait, seul le Honda CR-V fait mieux à ce chapitre. Ce résultat est grandement attribuable à la boîte automatique à variation continue (CVT) de Subaru qui, sans être une mécanique des plus enjouées, fait un bon boulot dans le Forester.

La boîte manuelle à six rapports est rayée du catalogue pour 2019, pour la même raison que le moteur turbo. On a beau pleurer ce nouveau clou dans le cercueil de ce type de boîte, dans le cas du Forester, la consommation augmentait de façon substantielle avec la boîte manuelle, alors il était difficile de la recommander de toute façon.

Toutes les déclinaisons du Forester sont dotées du système de modes de conduite SI-DRIVE, proposant des réglages Intelligent et Sport. Le premier mode adoucit la réactivité de l’accélérateur pour économiser du carburant, alors que le deuxième fait l’inverse en faveur de performances légèrement plus nerveuses.

Évidemment, le rouage intégral de Subaru figure de série, avec une prise constante qui assure une adhérence maximale dans des conditions routières difficiles. Voilà la différence avec ses rivaux misant sur un rouage réactif, qui distribue la puissance aux quatre routes après avoir détecté une ou des roues qui patinent. En théorie, une transmission intégrale à prise constante entraîne plus de friction de la mécanique, donc une consommation plus élevée, cependant, Subaru nous prouve le contraire avec son système. La garde au sol demeure généreuse à 220 mm, égalée seulement par le Jeep Cherokee dans son segment.

Nouvelle version Sport… en apparence
Au moment où l’on abandonne le moteur turbo, on introduit ironiquement une version Sport du Forester 2019. Ici, l’agrément de conduite n’est pas bonifié, si ce n’est qu’on ajoute le réglage Sport# au système de modes de conduite et sept rapports préprogrammés à la boîte CVT. La livrée Sport mise plutôt sur une apparence légèrement plus dynamique avec des pare-chocs et des jantes noires ainsi que des bandes décoratives orange. Les autres variantes du Forester se nomment base, Touring, Limited et Premier.

L’habitacle du Forester a été complètement révisé, et grâce à la nouvelle plate-forme et à un empattement allongé de 27 millimètres, les passagers arrière disposent d’un plus grand dégagement pour les jambes. L’ouverture du coffre est très large, et le hayon à ouverture électrique est plus rapide. Selon les dires de Subaru, les sièges avant sont plus confortables.

Le système multimédia propose un écran tactile de 6,5 ou de 8,0 pouces, selon la variante choisie, et l’intégration Apple CarPlay/Android Auto est incluse. Le système DriverFocus, une nouveauté pour 2019, utilise une caméra pour détecter des signes de somnolence du conducteur, et son logiciel de reconnaissance faciale permet de mémoriser les réglages de position du siège et de la climatisation préalablement sélectionnée. La suite d’aides à la conduite sécuritaire EyeSight est également disponible dans la plupart des déclinaisons.

Le design extérieur ne semble pas avoir changé, néanmoins, le Forester 2019 est effectivement un nouveau véhicule d’un pare-chocs à l’autre. C’est un VUS plus spacieux qui promet d’être amélioré à tous points de vue, mais il perd un peu de son caractère unique qui le démarquait de la pléthore d’utilitaires compacts. Volkswagen a tenté la même stratégie avec le Tiguan, et ses ventes ont doublé, alors on peut s’attendre à un succès similaire pour Subaru.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×