Hyundai Elantra 2020 : la médaille de bronze

Publié le 4 juin 2019 dans Essais par Germain Goyer

La Hyundai Elantra est l’un des véhicules les plus vendus au Québec. Et ce n’est pas pour rien. En 2018, malgré un recul de 10% par rapport à 2017, Hyundai n’a vendu rien de moins que 14 400 Elantra. Si c’est moins que la Honda Civic et la Toyota Corolla, il n’en demeure pas moins qu’elle figure au quatrième rang des véhicules les plus populaires dans la province .

En plus de compter sur un véhicule de qualité similaire à celle des concurrentes japonaises, Hyundai mise sur du marketing offensif. Et ça, ça passe entre autres par Guillaume Lemay-Thivierge, le porte-parole de la marque coréenne.

Moteur 2,0 L suffisant
Sous le capot de l’Elantra, on retrouve un moteur à quatre cylindres de 2,0 L qui développe 147 chevaux et 132 livres-pied. Pour 2020, on dit au revoir à la transmission automatique à six rapports. On a plutôt droit à une boîte à variation continue. On espère qu’elle sera aussi efficace que celle qu’elle remplace. Pour les conducteurs qui sont inconditionnels des trois pédales, une boîte manuelle à six rapports demeure également proposée. Au chapitre des performances, on est loin d’être décoiffé. En revanche, il serait malhonnête d’affirmer que cette berline manque de souffle.

On ne peut passer sous silence les ennuis que Hyundai a connus au cours des dernières années avec son moteur à quatre cylindres de 1,8 L. On espère sincèrement que le 2,0 L ne sera pas victime des mêmes ratés de conception.

Bien que certains louangent aveuglément les voitures japonaises, force est d’admettre que les coréennes ne sont pas les seules à être imparfaites. Faisons simplement référence à l’essence qui se mélange dans l’huile du moteur turbocompressé à quatre cylindres de 1,5 que l’on retrouve notamment chez Honda.

Une version de base plus chère
Auparavant étiquetée à partir de 15 999 $, l’Elantra de base affiche désormais un prix dépassant légèrement 17 000 $.

Moyennant quelques milliers de dollars supplémentaires, on peut obtenir la version Sport de l’Elantra berline. Une version à hayon, baptisée GT, existe aussi. Pour les amateurs de performances, cette dernière est déclinée en version GT N Line pour un peu plus de 27 000 $.

Avec celles-ci, on tente d’aller jouer dans les plates-bandes de la sportivité, mais ce n’est pas demain la veille que les Volkswagen GTI et GLI seront déstabilisées…

Planche de bord ergonomique
Si dans certaines voitures on se casse le bicycle pour faire passer le design de la dernière heure avant l’ergonomie, ce n’est pas le cas dans l’Elantra. Non seulement son système d’infodivertissement est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, mais il est aussi complet et vraiment facile à manipuler. Mais ce n’est pas tout! Bien que ça puisse paraître bête, on a tout simplement aligné les boutons sur la planche de bord. Sur le volant aussi, les commandes sont faciles à atteindre. Ce n’est pas très beau, mais c’est tellement fonctionnel.

L’ergonomie ne s’arrête pas là. Au cours de l’essai routier, on a été à même de constater que la position de conduite était franchement intéressante et que tout était à portée de main. Une fois de plus, chapeau!

La sécurité a un prix
Pour obtenir les éléments de sécurité active, il faut minimalement opter pour la version Preferred dont le prix dépasse légèrement 20 500 $. L’ensemble de sécurité comprend l’assistance à l’évitement de collision frontale, l’alerte de collision frontale imminente, l’assistance au maintien de voie, l’alerte de franchissement de voie et l’alerte de collision dans l’angle mort avec alerte de collision transversale arrière.

Manque de valeur ajoutée
Ce serait un euphémisme que d’affirmer que la concurrence est féroce dans le segment des compactes. La clé, c’est de se démarquer. Et ça, Mazda et Toyota l’ont compris. Alors que Subaru était le seul constructeur à proposer une compacte avec le rouage intégral, Mazda est arrivé comme un chien dans un jeu de quilles. Du côté de Toyota, on propose pour 2020 une version hybride de la très populaire Corolla.

Malheureusement, chez Hyundai, on n’offre rien de plus que la concurrence.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Hyundai Elantra 2020
Version à l'essai GT 1.6T (auto)
Fourchette de prix n.d.
Prix du modèle à l'essai n.d.
Garantie de base n.d.
Garantie du groupe motopropulseur n.d.
Consommation (ville/route/observée) n.d. / n.d. / 7,4 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Honda Civic, Kia Forte, Mazda Mazda3, Nissan Sentra, Subaru Impreza, Toyota Corolla, Volkswagen Golf, Volkswagen Jetta
Points forts
  • Moteur 2,0 L satisfaisant
  • Boîte automatique convenable
  • Ergonomie quasi irréprochable
Points faibles
  • Absence de version AWD
  • Absence de version hybride
  • Fiabilité à long terme à prouver
Fiche d'appréciation
Consommation 3.0/5 À 7,4 L/100 km en conduite combinée, elle consomme davantage que les versions équivalentes de la Toyota Corolla et de la Honda Civic.
Confort 4.0/5 À l’avant comme à l’arrière, on ne peut pas se plaindre du confort.
Performances 4.0/5 Loin d’être une bombe, l’Elantra avec le moteur de 2,0 L est tout à fait convenable.
Système multimédia 4.0/5 Très facile à utiliser. Beaucoup de boutons physiques.
Agrément de conduite 4.0/5 Elle ne procure aucune sensation forte à son volant. Mais ce n’est pas son rôle non plus.
Appréciation générale 4.0/5 Bien qu’elle n’ait pas grand-chose à proposer pour se démarquer des concurrentes, l’Elantra remplit efficacement le mandat exigé.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×