Mazda3 GT AWD 2019 : l’art de faire aimer les berlines

Publié le 5 juillet 2019 dans Essais par Guillaume Rivard

On le sait, les berlines ont perdu beaucoup de terrain au profit des VUS et multisegments ces dernières années, au point où les constructeurs américains sont en train de toutes les abandonner ou presque.

Ceux qui persévèrent doivent se démarquer des utilitaires plus spacieux et plus pratiques en offrant plus de qualité, d’équipement et surtout d’agrément de conduite pour le même prix. C’est essentiellement ce que fait la compacte Mazda3 entièrement redessinée pour 2019. En plus, elle propose maintenant l’option d’un rouage intégral – comme les VUS!

Design KODO plus mature
La Mazda3 adopte un look encore plus chic et sexy avec sa nouvelle génération, bien qu’on doive parler d’une sage évolution plutôt que d’un changement radical. On se demandait comment les designers pouvaient faire mieux, mais ils nous ont surpris avec une voiture compacte d’entrée de gamme aux allures luxueuses qui semble coûter beaucoup plus cher qu’en réalité (prix de base de 18 000 $).

Les lignes sont tout simplement magnifiques de même que la nouvelle calandre grillagée et élargie (fini noir piano sur le modèle d’essai). Les phares à DEL inclus de série lui confèrent un beau regard et la peinture Rouge cristal métallisé fait tourner les têtes. Cette dernière vaut amplement l’extra de 450 $. Idem pour les jantes optionnelles qui donnent à la Mazda3 beaucoup plus fière allure que celles qu’on voit ici sur les photos.

Petit bémol : d’un point de vue pratique, le creux important à la jonction du capot et du pare-brise nous fait craindre une bonne accumulation de neige et de glace en hiver.

Photo: Guillaume Rivard

Habitacle digne des ligues majeures
À l’intérieur, le raffinement se poursuit. La nouvelle Mazda3 2019 se veut nettement plus sophistiquée, attrayante et surtout silencieuse que la précédente, sans parler des autres berlines de la catégorie. C’est un autre exemple de la trajectoire haut de gamme que prend le petit constructeur japonais.

Dans sa version la plus cossue, toutes les surfaces que l’on touche sont douces au contact et le choix du cuir blanc, qui s’étend jusqu’à la planche de bord, rend le décor ô combien invitant. Les sièges sont confortables aux deux rangées et ceux à l’avant procurent un très bon soutien. Point boni pour le système de mémoire de positions. Par contre, l’espace pour les jambes et la tête aux places arrière est limité. Quant au coffre (374 litres), c’est l’un des plus petits de la catégorie.

Beaucoup plus large que haut, l’écran central mesure maintenant 8,8 pouces. Les designers l’ont reculé et tourné légèrement vers le conducteur pour le rendre plus facile à consulter.

Photo: Guillaume Rivard

En revanche, il n’est pas tactile (pour limiter les fausses manœuvres au volant, selon Mazda), alors on doit se rabattre sur la molette et les boutons de la console. Même Audi, qui a aidé à populariser cette pratique, est revenue avec des interfaces tactiles. Le système d’infodivertissement en soi pourrait être plus convivial et accaparer moins l’attention, mais il se reprend en offrant Apple CarPlay et Android Auto.

Permettons-nous d’ajouter au passage que le nouvel affichage tête haute en option est une belle amélioration. Fini le minuscule panneau transparent sur le dôme des cadrans; les données sont maintenant projetées sur le pare-brise.

Photo: Guillaume Rivard

L’art de la conduite
C’est principalement sur la route que la Mazda3 2019 nous force à nous demander : « ai-je vraiment besoin d’un VUS? » Le plus gros des deux moteurs (2,5 litres) est la vedette avec ses 186 chevaux et 186 livres-pied de couple, un sommet dans la catégorie et un moyen sûr d’obtenir de belles accélérations. Et si jamais Mazda se décide d’ajouter une version de performance, disons avec le moteur turbo des Mazda6 et CX-5, elle aura même l’avantage sur les Jetta GLI, Civic Si et Elantra Sport.

La mécanique ne devient jamais trop bruyante non plus et elle est bien servie par la boîte automatique à six rapports, qui comprend un mode Sport avec palettes au volant. Incroyable mais vrai, la Mazda3 2019 est la seule berline compacte avec la Jetta à ne pas offrir une CVT; c’est le plaisir de conduire qui compte! Le désavantage, c’est une consommation plus élevée que la concurrence (moyenne de 8,2 L/100 km), et ce, malgré le système qui désactive la moitié des cylindres dans certaines situations. À quand le moteur SKYACTIV-X?

Photo: Guillaume Rivard

Aidée par un châssis solide, une suspension joliment ferme et une direction aussi précise que communicative, la Mazda3 est génial à pousser dans les enchaînements de virages et bretelles d’autoroute. Éviter les nids-de-poule et les fissures devient même un jeu amusant!

Nonobstant une visibilité un peu restreinte vers l’arrière, la sécurité n’est jamais un souci avec les nombreuses technologies disponibles et bien sûr l’option du rouage intégral i-ACTIV, qui fonctionne avec le contrôle de vecteur de force G. Nous ne l’avons testé que sur une chaussée mouillée, mais il promet de rendre les hivers moins stressants.

Pour l’instant, la seule autre berline compacte à quatre roues motrices est la Subaru Impreza (oublions le système rudimentaire de la Toyota Prius). Cette dernière est moins chère, mais aussi moins puissante et sophistiquée. Vendue à partir de 26 000 $ avec la transmission intégrale, la nouvelle Mazda3 est le choix qui s’impose si vous aimez la conduite.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Mazda Mazda3
Version à l'essai GT Sedan AWD
Fourchette de prix 18 000 $ – 31 400 $
Prix du modèle à l'essai 30 400 $
Garantie de base 3 ans/illimité
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/illimité
Consommation (ville/route/observée) 9,2 / 7,0 / 8,8 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Rouage intégral en option
  • Moteur (2,5 L) et boîte de vitesses très efficaces
  • Tenue de route et maniabilité excellentes
  • Look sensas et intérieur haut de gamme
Points faibles
  • Espace limité à l’arrière et dans le coffre
  • Consommation supérieure à la concurrence
  • Interface multimédia plus ou moins conviviale
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5 Les berlines similaires consomment moins avec leur CVT. Le moteur SKYACTIV-X permettrait de sauver 25 % d’essence, mais le verra-t-on un jour?
Confort 4.0/5 Le roulement est un peu plus doux qu’avant, l’habitacle est franchement plus silencieux, les plastiques durs ont disparu et les sièges sont enveloppants.
Performances 4.0/5 La puissance du moteur de 2,5 litres est généreuse et la boîte de vitesses fait du très bon boulot. Ajouter le moteur turbo des Mazda6 et CX-5 serait encore plus génial.
Système multimédia 3.5/5 L’écran (non tactile) demande un peu moins d’effort à consulter, mais le contrôle avec la molette n’est pas idéal et le système en soi pourrait être plus convivial.
Agrément de conduite 4.5/5 Encore une fois, Mazda démontre sa supériorité au chapitre de la conduite avec une direction précise et communicative ainsi qu’une tenue de route stable.
Appréciation générale 4.0/5 La nouvelle Mazda3 est encore plus raffinée et agréable qu’avant. L’ajout d’un rouage intégral en option est la cerise sur le gâteau.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×