Toyota RAV4 Trail 2019 : fils de FJ

Publié le 24 juillet 2019 dans Essais par Michel Deslauriers

Habituellement, lorsqu’une voiture ou un camion atteint la fin de son cycle de production, les ventes ont déjà commencé à chuter. C’est normal, puisque la concurrence plus moderne devient plus intéressante et offre plus de technologie ou des caractéristiques innovatrices.

Dans le cas du RAV4, la génération sortante ayant été introduite en 2013, sa popularité s’est accentuée au fil des ans. Il s’est même permis de devenir le VUS le plus vendu au Canada en 2018, devant les Honda CR-V, Ford Escape et Nissan Rogue.

Comment peut-on alors redessiner un véhicule qui continue de se vendre en grand nombre? Avec de grandes précautions.

La cinquième génération du RAV4 est nouvelle de la tête aux pieds, reposant sur une plate-forme récemment mise au point, et beaucoup plus rigide. Les stylistes de la compagnie lui ont donné un caractère visuel plus affirmé avec une carrosserie angulaire et plissée, une apparence plus robuste et – dans le cas de la version Trail – des renflements de carrosserie et des garnitures noires.

La peinture bicolore de notre RAV4 à l’essai, grise avec un toit blanc, est drôlement attrayante. Un jour, on se promenait sur l’autoroute et on a croisé un FJ Cruiser qui arborait exactement le même agencement. On a réalisé qu’en introduisant l’édition RAV4 Trail, Toyota tente de nous faire penser au FJ, que les fanatiques de la conduite hors route ont semblé adorer.

Le RAV4 est-il aussi doué que le FJ Cruiser? Bien sûr que non! Pourtant, avec sa garde au sol surélevée et son sélecteur de modes de conduite comprenant les réglages Mud & Sand (boue et sable) ainsi que Rock (roche), la version Trail peut sortir des sentiers battus et nous amener au chalet sans transpirer. Et c’est évidemment un bonus, puisque très peu de gens affronteront des parcours hors route à bord de leur VUS compact.

Photo: Michel Deslauriers

Sous le capot, on retrouve un nouveau quatre cylindres de 2,5 litres, développant 203 chevaux. C’est une hausse intéressante par rapport aux 176 poneys de la génération sortante, procurant de bonnes performances et une excellente économie d’essence au RAV4 : on a observé une moyenne de 9,5 L/100 km lors de notre essai à la fin de l’hiver. On aimerait toutefois que la sonorité du moteur soit plus raffinée, en revanche, Toyota a résisté à la tentation d’installer un moteur de plus faible cylindrée, mais turbocompressé, dans son VUS, alors les coûts d’entretien devraient rester faibles et la fiabilité devrait demeurer au rendez-vous à long terme.

Une motorisation hybride est également proposée, sauf dans la version Trail, laquelle produit 219 chevaux. Ce qu’il perd en agrément de conduite, il le gagne en économie de carburant, et comprend un rouage intégral.

Le design intérieur du Toyota RAV4 2019 s’est grandement amélioré par rapport à l'habitacle de l’ancienne génération, qui semblait avoir été dessiné par un groupe de stylistes qui ne se sont jamais consultés. Cette fois-ci, on obtient de la symétrie, des matériaux de bonne qualité et des commandes bien disposées. Certains aiment la tendance actuelle d’apposer un écran multimédia sur le dessous de la planche de bord centrale, d’autres jugent que c’est raté. Par contre, il est monté haut afin d’être bien visible en conduisant, mais les boutons entourant l’écran sont plus difficiles à atteindre.

Photo: Michel Deslauriers

L’édition Trail profite d’un agencement bicolore avec des coutures orange, des bandes décoratives sur les sièges orange et des garnitures orange, ce qui ajoute un peu d’éclat. Les tablettes de rangement intégrées sur le tableau de bord sont pratiques pour y déposer notre téléphone ou autre menu objet.

Le RAV4 est l’un des plus spacieux de sa catégorie, bien que l’on aurait aimé une bosse moins intrusive dans le plancher à l’arrière. Les déclinaisons plus chères ajoutent des ports USB afin que les passagers arrière puissent garder leurs appareils portatifs bien chargés, et l’on retrouve une prise de courant domestique dans l’aire de chargement également. Cette dernière est assez volumineuse, et le cache-bagages peut être astucieusement rangé sous le plancher de chargement.

Photo: Michel Deslauriers

Le prix de base du Toyota RAV4 2019 est de 27 990 $ avant les frais de transport et de préparation, tandis que la version Trail se détaille à 38 690 $. Il n’est peut-être pas le digne remplaçant du FJ Cruiser, mais il lui ressemble beaucoup et pour bien des gens, c’est suffisant. Et si une apparence robuste n’est pas notre tasse de thé, on peut toujours se rabattre sur des versions plus classiques ou plus luxueuses, sans oublier l’efficacité impressionnante de la motorisation hybride.

Le RAV4 n’est assurément pas près de perdre son titre de VUS le plus vendu au pays, et mérite de le garder aussi.

Le plancher est plus… gros?!

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Toyota RAV4 2019
Version à l'essai 4RM Trail
Fourchette de prix 27 990 $ – 40 690 $
Prix du modèle à l'essai 38 690 $
Garantie de base 3 ans/60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 9,9 / 7,5 / 9,5 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Chevrolet Equinox, Dodge Journey, Ford Escape, GMC Terrain, Honda CR-V, Hyundai Tucson, Jeep Cherokee, Jeep Compass, Kia Sportage, Mazda CX-5, Mitsubishi Eclipse Cross, Mitsubishi Outlander, Nissan Rogue, Subaru Forester, Volkswagen Tiguan
Points forts
  • Apparence robuste
  • Économie de carburant
  • Polyvalence indéniable
Points faibles
  • Sonorité du moteur peu raffinée
  • Espace intérieur en baisse
  • Pas d’Android Auto
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 Nous avons observé une moyenne de 9,5 L/100 km, un bon résultat.
Confort 3.5/5 Sièges adéquats à l’avant et une bosse dans le plancher arrière qui gêne le dégagement pour les pieds.
Performances 3.5/5 Le moteur de 2,5 litres n’a pas été conçu pour les montées en régime, mais pour l’efficacité énergétique – et vraisemblablement la durabilité à long terme.
Système multimédia 3.5/5 Les caractéristiques essentielles y sont, mais l’interface n’est pas des plus faciles à utiliser. Pas d’Android Auto.
Agrément de conduite 3.5/5 Ce n’est pas le VUS terne et ennuyant à conduire d’autrefois, mais le nouveau RAV4 ne soulève pas les passions non plus.
Appréciation générale 4.0/5 Un meilleur RAV4 à presque tous les niveaux.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×