Audi Q7 2020 : l'inspiration du Q8 se fait sentir

Publié le 30 juillet 2019 dans Premiers contacts par Gabriel Gélinas

Kerry, Irlande - Sur les routes parfois très étroites du « Ring of Kerry » en Irlande, on retrouve ça et là en bordure de la chaussée des « cimetières » de rétroviseurs latéraux, victimes collatérales d’escarmouches entre les voitures de location conduites par des touristes et les autocars circulant en sens inverse.

Les paysages sont à couper le souffle, mais la conduite n’est pas de tout repos en raison de l’étroitesse de la route, laquelle ne permet parfois qu’une circulation alternée. C’est dans ce contexte particulier - et pour le moins étonnant compte tenu du gabarit du véhicule mis à l’essai - que nous avons pris contact avec le nouvel Audi Q7, relooké et remanié pour 2020 afin de soutenir la comparaison avec les nouveaux BMW X7 et Mercedes-Benz GLS.

Le Q8 étant maintenant devenu le modèle phare de la gamme des VUS Audi, il n’est pas surprenant que la carrosserie du Q7 ait fait l’objet d’une refonte complète, histoire d’assurer une filiation plus étroite entre ces deux modèles très semblables sur le plan technique mais destinés à des clientèles distinctes. Voilà pourquoi le Q7 affiche une calandre Singleframe aux pourtours amincis comportant des lamelles verticales, tout comme le Q8, ainsi que de nouveaux blocs optiques. Vu de profil, on remarque les nouveaux bas de caisse, alors que la partie arrière est dotée d’une bande horizontale chromée reliant des feux adoptant un nouveau design.

Un habitacle digital
Le Q7 2020 mesure 11 millimètres de plus en longueur, alors que son empattement est chiffré à 2 994 millimètres, ce qui autorise deux configurations, soit à cinq ou sept places, comme précédemment. Le volume de chargement est de 865 litres avec tous les sièges en place ou de 2 050 litres avec les dossiers arrière repliés.

À l’instar du Q8, le nouveau Q7 adopte lui aussi une instrumentation complètement digitale avec trois écrans, soit le cockpit virtuel qui remplace le bloc d’instruments conventionnel ainsi que deux écrans tactiles en couleur, avec feedback haptique et acoustique, pour interagir avec le système d’infodivertissement et le système de chauffage/climatisation ainsi qu’avec d’autres dispositifs.

Photo: Tobias Sagmeister

Un nouveau moteur turbocompressé
Pour le marché canadien, le Q7 peut être animé par deux moteurs, soit un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres ou un V6 turbocompressé de 3,0 litres, lequel remplace le moteur suralimenté par compresseur volumétrique de même cylindrée qui nichait dans le modèle antérieur. Le rouage intégral et la boîte automatique à huit rapports sont de série dans les deux cas.

À l’occasion du lancement international de ce modèle en Irlande, seuls des Q7 abritant ce V6 turbo étaient disponibles, ce qui nous a permis d’apprécier toute la linéarité du couple lors de nombreux dépassements.

L’autre particularité de ce moteur est qu’il est doté d’un système d’hybridation légère par le biais d’un alternateur à courroie et d’un système électrique de 48 volts avec batterie lithium-ion d’une capacité de 10 Ah.

Photo: Tobias Sagmeister

Une dynamique de pointe
Le système électrique de 48 volts permet également l’ajout, en option, du système électromécanique actif de stabilisation du roulis sur les Q7 munis de la suspension pneumatique sport.

Au cours de notre journée d’essai, nous avons justement roulé avec un Q7 comportant ces équipements, et avons été séduits à la fois par le confort et la dynamique, les mouvements de la caisse étant remarquablement bien contrôlés. Les autres suspensions livrables sont une suspension pneumatique conventionnelle, sans contrôle actif du roulis, ainsi qu’une suspension classique avec ressorts en acier et amortisseurs paramétrables. La direction aux quatre roues est aussi en option et permet de réduire le rayon de braquage lors des manœuvres à basse vitesse en tournant les roues arrière de cinq degrés dans le sens contraire aux roues avant, et de les tourner en phase avec les roues avec ces dernières jusqu’à deux degrés lors de la conduite à vitesse plus élevée.

Ce nouveau millésime du Q7 sera disponible au premier trimestre de 2020 et l’échelle de prix ne sera connue que peu avant sa commercialisation. Toutefois, les tarifs devraient être voisins de ceux du modèle actuel, et le Q7 sera toujours offert en trois déclinaisons, tout comme à l’heure actuelle.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Audi Q7
Version à l'essai 55 TFSI
Fourchette de prix n.d.
Prix du modèle à l'essai n.d.
Garantie de base n.d.
Garantie du groupe motopropulseur n.d.
Consommation (ville/route/observée) n.d.
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Nouveau style plus affirmé
  • Linéarité du couple - nouveau moteur V6 Turbo
  • Dynamique impressionnante
  • Qualité d'assemblage et de finition
Points faibles
  • Prix élevés
  • Tarif des options
  • Écrans tactiles - distraction pendant la conduite
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5 L'ajout de l'hybridation légère avec système électrique de 48 volts et batterie lithium-ion permet de bonifier la consommation de 0,7 litres aux 100 kilomètres.
Confort 4.5/5 Remarquable grâce à la suspension pneumatique offerte en option.
Performances 4.0/5 La linéarité du couple livré par le nouveau moteur V6 turbocompressé de 3,0 litres est très satisfaisante.
Système multimédia 4.0/5 La qualité graphique est de tout premier ordre, mais le recours à des écrans tactiles pour contrôler tous les systèmes peut s'avérer une source de distraction pendant la conduite.
Agrément de conduite 4.5/5 La dynamique est impressionnante avec la suspension pneumatique, le contrôle actif du roulis et la direction aux quatre roues.
Appréciation générale 4.5/5 Le nouveau style plus affirmé et le nouveau moteur V6 turbo permettent au Q7 d'élever son jeu d'un cran.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×