Maserati Levante 2019 : un VUS italien unique

Publié le 20 août 2019 dans Essais par Jacques Bienvenue

Parmi les véhicules utilitaires de grade luxe, le Maserati Levante se démarque par son apparence unique et un intérieur opulent. C’est sans compter les performances enlevantes dont il est capable.

On ne conduit pas une Maserati tous les jours. Depuis plus de cent ans, cette marque italienne produit en petit nombre des voitures de grand luxe à l’âme sportive : des coupés, des décapotables et même d’imposantes berlines appelées Quattroporte.

Mais à l’instar de Porsche et de Lamborghini, et même de Bentley et Rolls-Royce, pour répondre aux aspirations actuelles des automobilistes, les dirigeants de cette marque ont dû se résoudre à investir l’incontournable créneau des véhicules utilitaires sport — un qualificatif qui, au moins, sied parfaitement à ses produits. Ainsi naquit le Levante (prononcez « lévanté »).

Photo: Maserati

Premier camion de la marque au trident (son symbole depuis toujours), le Levante a fait ses débuts au Salon de l’auto de Genève, en 2016. À l’instar de l’élégante Mistral lancée en 1963 et de nombreux autres modèles qui lui ont succédé, ce VUS emprunte son nom à un vent. Dans son cas, il s’agit d’une brise d’est appelée levante en Corse et levant en France. Tantôt douce et très humide, tantôt particulièrement forte, elle souffle sur la Méditerranée. Par ces contrastes, elle décrit à merveille la double personnalité de ce pur-sang.

Car c’en est un. Les moteurs qui animent ses différentes versions le claironnent haut et fort. Le grondement sourd du V8 est particulièrement inspirant. Cet attribut paraît d’ailleurs incontournable pour un véhicule visant une clientèle friande de puissance et d’un tempérament sportif; des qualités associées, par exemple, aux Porsche Cayenne et Cayenne Coupé, aux BMW X5 et X6, et à l’Audi Q8.

Photo: Maserati

Encore peu connu
Le Levante a des ventes pour le moins confidentielles. Il faut admettre qu’il serait difficile de faire mieux avec un réseau limité à deux concessionnaires (un à Montréal et un à Laval) pour desservir l’ensemble du Québec. Que dis-je, l’Est du pays tout entier ! Avec un peu plus de 200 exemplaires vendus au pays, au terme des sept premiers mois de l’année, cette faible diffusion le place naturellement au bas du palmarès des ventes de son créneau avec des rivaux comme le X6 et le Lexus GX. C’est peu comparativement au Cayenne, qui a attiré six fois plus d’acheteurs durant la même période, ou encore le X5, le champion incontesté de cette catégorie qui a engendré douze fois plus de ventes.

Néanmoins, pour cette marque italienne, même un volume de ventes aussi faible représente un gain énorme. En effet, l’arrivée du Levante a grandement rehaussé les ventes de Maserati ici comme ailleurs. Le constructeur s’attend aussi à ce qu’un VUS compact, promis par la haute direction de FCA pour très bientôt (vraisemblablement d’ici la fin de l’année), ait un impact encore plus grand sur les ventes.

Mais l’acheteur typique d’un produit Maserati se soucie sans doute très peu de ces performances commerciales. Après tout, ce qu’il recherche, c’est de l’exclusivité. Voilà ce qu’offre le Levante avec son style unique. Sa silhouette élégante et élancée, qu’on reconnaît au premier coup d’oeil, a aussi des qualités aérodynamiques indéniables : son coefficient, ou Cx, est de 0,31. Ses formes mettent aussi en valeur d’élégantes roues en alliage de grand format. Le modèle que nous avons conduit, le Levante GTS, a des roues de 21 po, mais le Trofeo, plus cossu et plus puissant encore, se pare de roues de 22 po! Je n’ose même pas penser au prix des pneus d’hiver qu’il faudrait acheter pour ces roues...

Photo: Maserati

Puissance à revendre
Ce modèle de haute performance est doté d’un nouveau V8 biturbo de 3,8 L qui transmet 580 ch aux quatre roues motrices par le biais du système d’entraînement Q4 de la marque (il répartit le couple entre les roues avant et arrière de 0/100 à 50/50). Le Levante Trofeo est résolument un des VUS les plus rapides jamais construits avec une vitesse maximale de 300 km/h. Grâce à un remarquable rapport poids/puissance (3,6 kg/ch), il n'a besoin que de 3,9 s pour réaliser une accélération de 0 à 100 km/h et seulement 34,5 m pour effectuer un arrêt complet.

Le Levante GTS est de même nature. Lui aussi a été conçu pour enflammer les conducteurs avides de prouesses sportives, même si la variante du V8 birtubo qu’il utilise se « contente » de 550 ch. Jumelé à une boîte de vitesses automatique ZF à huit rapports, son moteur nécessite 4,2 s pour abattre les 100 km/h et il se révèle très gourmand. La moyenne de 13,8 L/100 km relevée au terme de notre essai en témoigne.

Comme les autres Levante, le GTS mise sur divers matériaux légers, une distribution du poids idéale (50/50) et un centre de gravité très bas pour le rendre agile, malgré une masse importante (2 t). Il se distingue par une étonnante douceur de roulement à laquelle contribue grandement sa suspension indépendante combinée à un système d’amortissement à commande électronique et un système pneumatique faisant varier la garde au sol jusqu’à 248 mm. À cela s’ajoute une tenue de route homogène qui donne l’impression que l’on conduit un coffre fort, tellement le châssis est rigide ! Des qualités pareilles justifient sans doute un prix dans les six chiffres (153 620 $ pour notre véhicule d’essai).

Les Levante GTS et Trofeo sont les deux versions les plus cossues de la gamme, qui compte aussi le Levante de base et le Levante S. Ces dernières, dont les prix gravitent autour de 100 000 $, disposent d’un V6 biturbo produisant respectivement 345 et 424 ch.

Photo: Maserati

Intérieur fastueux
Outre ses performances étonnantes, le Levante se distingue aussi par son habitacle construit avec des matériaux raffinés, au toucher doux, allant d’un cuir pleine fleur optionnel jusqu’à une soie d’Ermenegildo Zegna fabriquée à Trivero, en Italie, par une grande filature (voir l’encadré).

Le constructeur offre également diverses options permettant de personnaliser ce véhicule qui se révèle spacieux et confortable grâce, entre autres, à ses sièges baquets très moulants. Comme dans un Cayenne, le bouton de démarrage est à gauche du volant et la chaîne audio (celle du GTS, du moins) est à la mesure des mélomanes.

Photo: Maserati

Le constructeur n’a pas négligé, non plus, l’offre de dispositifs d’aide à la conduite. Le Levante peut donc recevoir des dispositifs comme l'assistance à la conduite sur autoroute, un détecteur actif de franchissement de travée, un détecteur d’obstacle dans les angles morts et même un système de reconnaissance des panneaux de signalisation misant sur la technologie Mobileye. Pareille quincaillerie s’apparente à l’offre de la concurrence, certes, mais le style du Levante, lui, reste unique.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Maserati Levante
Version à l'essai GTS
Fourchette de prix 92 900 $ – 187 500 $
Prix du modèle à l'essai 137 500 $
Garantie de base 4 ans/80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 4 ans/80 000 km
Consommation (ville/route/observée) 17,9 / 12,9 / n.d. L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Performances enlevantes
  • Habitacle transformable
  • Finition soignée
Points faibles
  • Réseau de concessionnaires limité au grand Montréal
  • Consommation élevée
  • Ceintures de sécurité difficiles à attacher
Fiche d'appréciation
Consommation 3.0/5
Confort 4.0/5
Performances 4.5/5
Système multimédia 4.5/5
Agrément de conduite 4.5/5
Appréciation générale 4.0/5
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×