Hyundai Elantra 2019 : saveur de vanille

Publié le 26 août 2019 dans Essais par Michel Deslauriers

Les marchands de crème glacée peuvent essayer de concocter de nouvelles saveurs tant qu’ils veulent, et bien sûr, les gens curieux les essaieront. Toutefois, on peut dire que vanille demeurera la saveur la plus populaire. Outre son goût, on peut facilement mélanger la vanille avec une autre saveur ou l’ajouter sur n’importe quel dessert ou presque. Elle profite donc d’une grande polyvalence.

On peut certainement comparer la Hyundai Elantra à la vanille. Rivalisant avec des modèles bien établis comme la Honda Civic et la Toyota Corolla, l’Elantra a gagné en popularité au fil du temps, devenant une compacte pratique, sans fioritures, que tout le monde peut apprécier.

C’est vrai, la première génération introduite pour le millésime 1991 n’était pas des plus convaincantes, mais des améliorations en raffinement, en technologie et en design l’ont aidée à se placer parmi les bagnoles les plus vendues au Canada.

Photo: Michel Deslauriers

L’Elantra a reçu quelques changements esthétiques pour l’année-modèle 2019, y compris une nouvelle partie avant qui détonne avec des formes triangulaires et un capot plissé. L’arrière obtient des feux modifiés et un couvercle de coffre convexe, reléguant la plaque d’immatriculation au pare-chocs. Les différences sont si significatives que certains croiront que la voiture a été complètement redessinée. Que l’on aime ou non sa nouvelle apparence, l’Elantra parvient à se distinguer dans le segment des compactes.

À l’intérieur, les portions supérieures et inférieures de la planche de bord sont inchangées, mais les commandes de climatisation, les bouches d’aération et l’instrumentation du conducteur ont été révisées pour une allure plus chic. On a installé un nouveau volant aussi. L’espace est généreux, sans toutefois surpasser la concurrence, mais on profite tout de même d’un meilleur dégagement pour les jambes à l’arrière. La ligne de toit basse – seules les Honda Civic et Honda Insight sont plus profilées – limite le dégagement pour la tête, alors les sièges sont près du plancher de la voiture pour compenser. Le volume du coffre est bon.

Photo: Michel Deslauriers

La finition et l’assemblage sont rigoureux, néanmoins, on remarque quelques mesures d’économie apparentes, comme l’absence de bouches d’aération pour les occupants arrière, ou les supports du couvercle de coffre dénudés. Des critiques mineures.

Chaque déclinaison comprend les sièges avant chauffants, la climatisation, le télédéverrouillage des portes et les sièges avant à hauteur réglable, en plus d’une chaîne audio basique avec écran tactile de 5,0 pouces. Ce dernier est un peu petit par rapport aux standards d’aujourd’hui. Un affichage de sept pouces est offert dans les versions supérieures, tout comme l’intégration Apple CarPlay et Android Auto, alors qu’un écran tactile de 8,0 pouces est installé dans la livrée Ultimate au sommet de la gamme. Dans tous les cas, l’interface est facile à utiliser, avec une disposition simple des menus et des zones de boutons de bonne dimension.

Photo: Michel Deslauriers

L’Elantra mise sur un quatre cylindres de 2,0 litres à cycle Atkinson, développant 147 chevaux et un modeste couple de 132 livres-pied. Une boîte manuelle à six rapports figure de série, tandis qu’une automatique à six rapports est optionnelle dans les versions Essential et Preferred, incluse dans les Luxury et Ultimate.

Avec la boîte automatique, la Hyundai Elantra 2019 affiche des cotes ville/route de 8,3/6,4 L/100 km, ce qui n’est pas mal, même si plusieurs rivales consomment quelques gouttes de moins. Lors de notre essai, nous avons observé une excellente moyenne de 7,0 L/100 km. Il est bon de noter que l’Elantra 2020, qui arrive en concession au moment d’écrire ces lignes, reçoit une boîte automatique à variation continue au lieu d’une boîte conventionnelle, ce qui réduira la cote mixte à 6,8 L/100 km. La cote la plus basse du segment, si l’on exclut les motorisations hybrides.

Photo: Michel Deslauriers

On recommande d’oublier la boîte manuelle, que peu d’acheteurs choisiront de toute façon, car elle fait augmenter la consommation et n’est pas aussi agréable à manipuler que celles équipant les Mazda3, Honda Civic et Volkswagen Golf/Jetta.

L’Elantra est confortable et peu bruyante et peut affronter une ou deux routes sinueuses. La conduite de cette voiture est oubliable, ce qui est positif dans ce cas-ci puisque ça signifie qu’elle n’est pas trop sportive et pointue, ni trop mollasse et nauséeuse. Juste parfait. Ceux qui désirent un peu plus de puissance et de tenue de route peuvent jeter un coup d’œil à l’Elantra Sport et son moteur turbo de 1,6 litre produisant 201 chevaux. Cette version rivalise avec la Civic Si et la Jetta GLI à un prix très concurrentiel, bien que le dynamisme de la voiture ne soit pas tout à fait au même niveau.

La Hyundai Elantra 2019 se détaille à partir de 16 999 $ avant les frais de transport et de préparation, ou 18 699 $ avec la boîte automatique. En investissant davantage, on peut se procurer une Elantra équipée de cuir, d’un toit ouvrant, de sièges arrière chauffants, d’une zone de recharge par induction, d’un climatiseur automatique bizone, d’une clé intelligente, d’un régulateur de vitesse adaptatif et d’une prévention de sortie de voie. Toutefois, la meilleure affaire, c’est la version Preferred à 20 449 $ qui comprend des jantes en alliage, des feux de jour à DEL, un volant chauffant et gainé de cuir, une surveillance des angles morts avec alerte de trafic transversal arrière et plus.

Photo: Michel Deslauriers

De plus, Hyundai propose habituellement des taux d’intérêt alléchants en financement et en location, cherchant à séduire des acheteurs à la recherche d’une basse mensualité. Cependant, la valeur de revente de l’Elantra n’est pas aussi élevée que celles de la Civic et de la Corolla, alors si l’on prévoit échanger notre auto après quelques années, elle ne vaudra peut-être pas autant que ce à quoi l'on s’attendait. Ça s’est par contre amélioré au fil des ans.

Débordant d’équipements, confortable et abordable, la berline Elantra peut être considérée comme une valeur sûre, au même titre que la Civic et la Corolla. Et la vanille.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Hyundai Elantra
Version à l'essai Ultimate
Fourchette de prix 16 999 $ – 30 499 $
Prix du modèle à l'essai 27 399 $
Garantie de base 5 ans/100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 8,3 / 6,4 / 7,0 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Beaucoup d’équipements pour le prix
  • Habitable confortable
  • Bonne économie de carburant
Points faibles
  • Pas la plus spacieuse de sa catégorie
  • Dégagement pour les jambes à l’arrière perfectible
  • Valeur de revente ordinaire
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 Le moteur à cycle Atkinson est très écoénergétique, bien que plusieurs concurrentes peuvent faire mieux.
Confort 4.0/5 Bons sièges, suspension bien calibrée.
Performances 3.5/5 Ce n’est pas le point fort de cette voiture, à moins que l’on parle de l’Elantra Sport.
Système multimédia 4.0/5 Outre la version de base, le système multimédia de l’Elantra est complet et facile à utiliser en conduisant.
Agrément de conduite 3.5/5 La plate-forme rigide procure un bon comportement routier. Si l’on cherche une dynamique de conduite, on devrait plutôt considérer l’Elantra Sport.
Appréciation générale 4.0/5 Avec des améliorations constantes au fil du temps, l’Elantra est devenue une concurrente de taille pour la Civic et la Corolla, et un excellent choix dans le segment des voitures compactes.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×