Hyundai Kona 2019 : turbo ou pas turbo?

Publié le 17 septembre 2019 dans Essais par Michel Deslauriers

On le sait, le segment des petits utilitaires gagne en popularité et les consommateurs canadiens semblent vouloir s’en procurer un en échange de leur voiture compacte. Ces véhicules à la mode ne sont peut-être pas des plus spacieux, mais la majorité est offerte avec un rouage intégral pour survivre à la saison hivernale.

Introduit en 2018, le Hyundai Kona s’est rapidement taillé une place parmi les VUS sous-compacts les plus vendus chez nous. Évidemment, son design extraverti l’aide grandement à se faire connaître, et surtout, à se démarquer dans un segment comptant plus d’une douzaine de concurrents, et la liste ne fera que s’allonger au cours des prochaines années. Parmi eux, on retrouve le Mazda CX-3, le Honda HR-V, le Nissan Qashqai et le Subaru Crosstrek.

Outre son apparence, le Hyundai Kona 2019 possède un autre atout, soit un moteur plus puissant disponible en option.

Ce bloc à quatre cylindres turbocompressé de 1,6 litre déballe 175 chevaux ainsi qu’un couple de 195 livres-pied entre 1 500 et 4 500 tr/min. Il est jumelé à une boîte automatique à sept rapports avec double embrayage et obligatoirement lié à une transmission intégrale.

Bien sûr, les performances sont plus relevées par rapport au Kona équipé du quatre cylindres atmosphérique de 2,0 litres. Ce dernier produit 147 chevaux, alors que son cycle de combustion Atkinson favorise l’économie de carburant avant les montées rapides en régime. C’est surtout l’écart de couple entre les deux – 132 livres-pied contre 195 – qui fait la différence.

Photo: Michel Deslauriers

De plus, la consommation mixte ville/route est identique entre les deux motorisations, évaluée à 8,6 L/100 km, et selon le constructeur, les deux peuvent rouler à l’essence ordinaire. À bord du Kona turbo, nous avons même observé une moyenne de 8,4 L/100 km, ce qui est très bien. L’an dernier, nous avion obtenu le même résultat au volant du Kona à moteur de 2,0 litres.

Le problème, théoriquement, c’est qu’un moteur et une boîte de vitesses plus complexes nécessiteront plus d’entretien au fil des ans. Pour un achat à long terme, le 2,0 litres du Kona et sa boîte conventionnelle à six rapports seraient un choix plus rationnel et judicieux. Oui, les performances sont légèrement moindres, mais en conduite de tous les jours, l’écart n’est pas énorme.

Peu importe la motorisation choisie, la Hyundai Kona 2019 affiche de belles qualités dynamiques. Les versions équipées du rouage intégral profitent d’une suspension arrière multibras, alors que les Kona à roues motrices avant doivent se contenter d’une barre de torsion à l’arrière. Seuls les pilotes qui pousseront le petit VUS dans ses derniers retranchements verront toutefois la différence. Le Kona figure donc parmi les plus amusants à conduire du segment, bien que le CX-3 soit le plus agréable du lot.

Joli, notre Kona Ultimate à l’essai arborait une peinture Jaune acide, et le constructeur a bien fait d’offrir des couleurs éclatantes pour le VUS, ce qui lui donne encore plus de visibilité sur la route. On peut aussi opter pour orange, rouge ou bleu, mais des teintes plus conservatrices sont également disponibles, comme le blanc, le noir et l’argenté.

Photo: Michel Deslauriers

Dans l’habitacle, les surpiqûres des sièges et du volant ainsi que les garnitures autour des bouches d’aération sont assorties à la couleur de la carrosserie, apportant un beau contraste avec le gris et le noir du reste de l’aménagement intérieur. Si l’espace est adéquat à l’avant, les occupants aux places arrière souhaiteraient probablement un meilleur dégagement pour les jambes. On s’entend, il n’y a aucune limousine parmi les petits VUS, mais il y en a des plus logeables, comme le HR-V et le Crosstrek.

Côté espace de chargement, le Hyundai Kona 2019 se situe dans la moyenne, avec un volume de 544 litres lorsque les sièges arrière sont occupés. En rabattant les dossiers, on obtient un espace de 1 296 litres, surpassé par la majorité de ses concurrents. Les Qashqai et HR-V sont les plus généreux à ce chapitre.

Le système multimédia des produits Hyundai – et Kia – est très bien conçu, avec un écran tactile réactif au toucher, beaucoup de caractéristiques et des boutons physiques permettant d’accéder facilement aux fonctionnalités principales. De série, la Kona comprend l’intégration Apple CarPlay et Android Auto ainsi qu’un écran de sept pouces, alors que la déclinaison Ultimate se permet un affichage de huit pouces, un système de navigation et une zone de recharge par induction.

Photo: Michel Deslauriers

Le prix de base du Hyundai Kona 2019 s’élève à 21 099 $ avant les frais de transport et de préparation. Cette livrée nommée Essential porte bien son nom, comprenant des sièges avant chauffants, un climatiseur, le régulateur de vitesse, des roues en alliage de 16 pouces, des phares automatiques et un siège du conducteur à hauteur réglable.

Notre choix : le Kona Preferred avec rouage intégral livrable, qui se vend 24 849 $ et qui inclut un volant chauffant et gainé de cuir, des roues de 17 pouces, des phares antibrouillard, une clé intelligente et une surveillance des angles morts, entre autres.

Au sommet hiérarchique, le Kona Ultimate profite de roues de 18 pouces, d’essuie-glace à capteur de pluie, d’un affichage tête haute, d’une sellerie en cuir, d’un siège du conducteur à réglage électrique et d’un toit ouvrant, le tout pour 31 899 $. Ça commence à être cher pour un si petit véhicule loin d’être idéal pour une famille.

Photo: Michel Deslauriers

Si tout semble parfait à bord du Kona, ce n’est pas tout à fait le cas. Le système de prévention de sortie de voie équipant toutes les déclinaisons sauf celle de base est sensible – trop même – et fait gigoter constamment le volant entre nos mains. On finit par s’en lasser et désactiver le système. De plus, la lunette arrière est petite et son essuie-glace est minuscule, alors la visibilité vers l’extérieur n’est pas fameuse.

Au final, le Kona nous plaît beaucoup pour son design, sa conduite et la quantité d’équipements offerte pour le prix demandé. Comme tout VUS sous-compact, il n’est pas des plus spacieux, et une Hyundai Elantra GT sera plus pratique au quotidien si nous avons des enfants à trimbaler. En ce qui concerne le moteur turbo disponible à partir de 27 000 $, à vous de décider si la puissance supplémentaire en vaut les mensualités plus élevées. Pour plusieurs, le moteur de base suffira amplement.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Hyundai Kona
Version à l'essai Ultimate 1.6T AWD
Fourchette de prix 20 999 $ – 40 500 $
Prix du modèle à l'essai 31 799 $
Garantie de base 5 ans/100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 9,0 / 8,0 / 8,4 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Look à faire tourner les têtes
  • Beaucoup d’équipements pour le prix
  • Dynamique de conduite intéressante
Points faibles
  • Manque d’espace aux places arrière
  • Prévention de sortie de voie agaçante
  • Visibilité à l’arrière problématique
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 Aucun sacrifice au chapitre de la consommation si l’on opte pour le moteur turbo.
Confort 3.5/5 Un peu de bruit de suspension, roulement légèrement ferme, mais rien de déplaisant.
Performances 4.0/5 Des accélérations plus franches avec le moteur turbo, sans toutefois transformer le Kona en bolide.
Système multimédia 4.0/5 Facile à utiliser, intégration Apple CarPlay et Android Auto incluse de série.
Agrément de conduite 3.5/5 On ne s’ennuie pas au volant du Kona, même si l’on n’a pas affaire à un véhicule résolument sportif.
Appréciation générale 4.0/5 Un excellent VUS sous-compact qui brise la monotonie dans son segment de marché.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×