Ram Power Wagon 2020 : pour les vrais travailleurs

Publié le 30 septembre 2019 dans Essais par William Clavey

Whistler (COLOMBIE-BRITANNIQUE) - Au début de l’année-modèle 2019, Ram dévoilait sa dernière camionnette ouvrière au Salon de Détroit. Les chiffres étaient impressionnants : 1 000 lb-pi de couple pour son moteur Cummins turbodiesel et une capacité de remorquage maximale de 35 000 livres (15 875 kg), des spécifications qui n’ont été dépassées que par le Ford Super Duty 2020, dévoilé la semaine dernière.

Mais le Ram Heavy Duty a d’autres atouts dans sa manche : la déclinaison Power Wagon. Elle est l’une des camionnettes hors route les mieux accomplies de l’industrie, et nous venons de la mettre à l’essai dans les hautes élévations des Rocheuses canadiennes.

Pas un Raptor, mais…
Dans le monde des camionnettes aventurières, il est facile de tout comparer au Ford F-150 Raptor. Après tout, c’est lui qui a en quelque sorte redonné naissance à la récente mode de pick-up hors route.

Ce Ram Power Wagon n’a rien à voir avec un Raptor, qui dispose de composantes mécaniques assez solides pour lui permettre de sauter les dunes à haute vitesse. En fait, le Raptor est encore seul sur son étoile.

Mais ce que le gros nounours de FCA nous fait comprendre, c’est qu’il existe plusieurs catégories de camionnettes hors route. Le Ram Power Wagon a donc un rôle bien précis.

Photo: William Clavey

Pendant longtemps, Ram fut le seul constructeur à proposer une camionnette de type Heavy Duty équipée de composantes hors route assez substantielles pour les terrains accidentés. La recette est tellement réussie que ses deux principaux rivaux américains - GM et Ford - ont décidé, eux aussi, de se lancer dans ce créneau avec les nouveaux Sierra HD AT4 et Super Duty Tremor.

Pour en arriver à un Power Wagon, tout commence par un Ram HD 2500, alimenté par le fameux moteur V8 HEMI de 6,4 litres d’une puissance de 410 chevaux et d’un couple de 427 lb-pi, associé à une boîte automatique à huit rapports et à un boîtier de transfert à deux vitesses Borg Warner 44-47 à commandes manuelles.

Ensuite, on soulève sa suspension de 50,8 mm, on lui ajoute des amortisseurs de marque Bilstein, des pneus hors route de 33 pouces, des plaques de protection (livrables en option), des différentiels autobloquants, et un treuil de marque Warn capable de tirer jusqu’à 10 000 livres (4 535 kg).

Mais ce n’est pas tout. Le Power Wagon dispose d’une suspension articulée innovatrice, que Ram nomme Articulink, lui permettant d’être nettement plus habile que ses concurrents lorsque vient le temps de franchir les obstacles les plus coriaces. Le système permet une articulation des roues pouvant aller jusqu’à 660 mm, assurant ainsi un bien meilleur contact avec le sol. De plus, comme un Jeep Wrangler, il est possible de désengager les barres antiroulis du véhicule, confiant à son châssis encore plus de flexibilité.

Photo: William Clavey

Rendons-nous au sommet
Le programme hors route que FCA nous avait préparé était assez simple. On nous demandait de partir de notre hôtel situé à Whistler et de nous rendre jusqu’au pied d’une montagne, où une présentation technique nous attendait dans une grange.

Ram stipule que le Power Wagon satisfait une clientèle très précise ayant des besoins ouvriers dans des lieux normalement inatteignables avec une camionnette conventionnelle. On pense entre autres aux travailleurs qui doivent se rendre dans de denses forêts, soit pour bûcher du bois ou effectuer l’entretien de lignes hydroélectriques, par exemple.

Avec une capacité de remorquage totale de 19 780 livres (8 972 kg) et une charge utile de 3 987 livres (1 808 kg), le Power Wagon est en effet assez costaud pour effectuer les grosses jobs.

Notre aventure a duré une journée. Le plan était de se rendre au sommet de la montagne, où un chalet nous attendait à 1 504 mètres d’altitude. Après un cours dîner, nous devions ensuite redescendre.

Photo: William Clavey

L’itinéraire représentait exactement ce pourquoi le Power Wagon a été construit. Parsemé de gros cailloux, de dénivellations et d’énormes trous d’eau, nous avions affaire à un sentier boueux et accidenté seulement franchissable par un véritable véhicule hors route digne de ce nom.

Notre Power Wagon n’a jamais flanché. D’ailleurs, le parcours ne semblait pas trop l’ébranler. Sa suspension articulée a été pratique lors des ascensions plus ardues et son système quatre roues motrices s’est montré efficace lorsque venait le temps de grimper, lui confiant toute la traction nécessaire pour s’agripper à la chaussée visqueuse.

La boîte à huit rapports a également été de taille pour les besoins de la cause, mais nous ne pouvions ignorer les bruits inquiétants qu’elle émettait lorsque les différentiels étaient verrouillés. Nous avons néanmoins apprécié le levier manuel du boîtier de transfert. Certes, c’est une technologie rudimentaire, mais elle permet au Power Wagon de bien résister à une utilisation abusive.

Photo: William Clavey

Au retour de notre aventure, le Power Wagon a été testé sur une route asphaltée. Sans surprise, ses énormes pneus et sa suspension soulevée le rendent maladroit dans les virages, sans oublier un bruit de roulement nettement plus élevé que dans un Ram conventionnel. Le raffinement, ce n’est pas son fort!

Cela dit, cette brute de travail dispose d’un habitacle relevé, spacieux et confortable en général. Comme c’est le cas pour toute la famille Ram, le Power Wagon peut être équipé d’un énorme écran de 12 pouces pour le système multimédia Uconnect, un système qui demeure parmi les plus conviviaux de l’industrie. Le véhicule incorpore également une panoplie de fonctionnalités hors route innovantes, comme la caméra 360 degrés, permettant de mieux saisir les obstacles entourant le véhicule.

Photo: William Clavey

À une époque où nous devons collectivement faire un effort pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, il est difficile de justifier l’existence d’un véhicule aussi monstrueux que le Ram Power Wagon 2020. Toutefois, notre séjour nous a appris qu’un besoin existe encore pour ce type de véhicule, et que sa clientèle cible en redemande. Chose certaine, aucun véhicule électrifié ne peut rivaliser avec ce gigantesque colosse des montagnes. Du moins, pas pour le moment.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Ram 2500
Version à l'essai n.d.
Fourchette de prix n.d.
Prix du modèle à l'essai n.d.
Garantie de base n.d.
Garantie du groupe motopropulseur n.d.
Consommation (ville/route/observée) n.d.
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Capacités hors route épatantes
  • Excellente capacité de remorquage
  • Système multimédia exemplaire
Points faibles
  • Technologie rudimentaire
  • Consommation d’essence élevée
  • Absence de moteur turbodiesel
Fiche d'appréciation
Consommation 3.0/5 Malgré les efforts de FCA d’avoir ajouté une boîte automatique à huit rapports, le Power Wagon demeure un glouton à la pompe. Il fut difficile de nous tenir sous les 14L/100km
Confort 4.0/5 Le Power Wagon dispose d’un habitacle spacieux et confortable, tant à l’avant qu’à l’arrière.
Performances 4.0/5 En performance hors route, ce Ram figure parmi un des plus compétents de sa catégorie.
Système multimédia 5.0/5 Un système exemplaire par ses grands icônes clairs et colorés et ses fonctionnalités innovatrices.
Agrément de conduite 3.0/5 Il ne faut pas s’attendre à une dynamique de conduite sportive, mais plutôt à une conduite décontractée et confortable.
Appréciation générale 4.0/5 Dans le segment des camionnettes ouvrières, peu de concurrents offrent autant de compétences en hors route.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×