Québec est en discussions avec Tesla pour un projet ici

Publié le 15 octobre 2019 dans Actualité par Agence QMI

Par Francis Halin

Québec a entamé en toute discrétion des discussions avec le géant Tesla pour le convaincre d’investir ici plutôt qu’en Ontario pour son éventuelle usine à batteries, a appris Le Journal. « Mon équipe a échangé avec Tesla. Je vais au Consumer Electronics Show [CES] en janvier prochain. C’est possible que j’aille faire un tour chez Tesla », a confirmé au Journal le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, la semaine dernière.

Pour l’instant, on ignore l’ampleur du projet. Le ministre refuse de s’avancer, mais des sources au gouvernement ont indiqué auJournalque son ministère cherchait des investisseurs comme Tesla pour un projet d’usine en sol québécois.

Tesla n’a pas encore annoncé publiquement qu’elle vient d’acheter le fabricant de batteries ontarien Hibar Systems, de Richmond Hill, au nord de Toronto.

Ces derniers jours, l’entreprise d’Elon Musk s’est rapprochée du Québec en achetant le fabricant de batteries ontarien Hibar Systems, qui a reçu 2 millions $ d’Ottawa. Un achat stratégique pour Tesla qui ne veut plus dépendre de son fournisseur japonais Panasonic.

À Boucherville, l’usine de batteries d’autobus électriques Blue Solutions, appartenant au puissant Groupe Bolloré, qui aurait pu s’associer avec le géant, « n’est pas prête à court terme à fournir des batteries pour Tesla », selon son patron, Jean-Luc Monfort.

Notre lithium populaire

Comme ses compétiteurs, Tesla redouble d’efforts en ce moment pour diversifier ses sources d’approvisionnement de lithium, pour éviter d’être à la merci de l’Australie ou de la Chine. C’est là que le Québec devient intéressant pour le géant californien.

« Tesla, comme tous les fabricants de voitures, se préoccupe de l’approvisionnement de batteries. La batterie, c’est quoi ? Principalement du cobalt, du graphite et du lithium », explique le ministre Pierre Fitzgibbon.

Selon lui, même si Nemaska Lithium peine à refinancer son projet de mine et d’usine, la minière doit être prête à répondre à la demande des constructeurs.

« Tesla est l’un des gros joueurs, mais il y en a beaucoup d’autres. Il y en a des manufacturiers automobiles en Ontario et au Michigan », rappelle de son côté la PDG de Propulsion Québec, Sarah Houde, qui vient de publier une étude sur la filière.

D’après elle, le Québec a l’expertise et les ressources pour avoir sa propre usine de fabrication ou de recyclage de batteries. Beauharnois-Valleyfield, Contrecœur–Sorel-Tracy, Shawinigan, Montréal-Est et Bécancour pourraient l’accueillir.

Pour sa part, Nouveau Monde Graphite a déjà Bécancour dans sa mire. « On vient de faire une option d’achat sur un terrain de 200 000 mètres carrés pour une usine. On veut prendre nos flocons de graphite de Saint-Michel pour en faire une boule purifiée pour les constructeurs », dit son PDG, Éric Desaulniers.

Jointe parLe Journal, Tesla n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue.

MÉGA-USINES AMÉRICAINES DE BATTERIES

Entreprises État Employés Aide publique
Tesla Nevada 6500 1,3 G$ US
SK Innovation
Géorgie 2000 Inconnu
LG Chem Michigan 440 325 M$ US
Envision/AESC (Nissan) Tennessee 400 1,4 G$ US
Imperium3 New York 230 13,5 M$ US

Source : Propulsion Québec, Filière des batteries lithium-lion, avril 2019

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×