Pneu sans air : cette fois, c’est du sérieux

Publié le 18 octobre 2019 dans Pneus par Frédéric Mercier

Même si les pneus qui équipent nos véhicules n’ont que très peu changé au cours des dernières décennies, certains fabricants continuent de se creuser les méninges pour tout réinventer.

En juin dernier, Michelin a choisi Montréal pour faire la présentation en primeur mondiale d’un nouveau pneu sur lequel on fonde beaucoup d’espoir : l’Uptis. Un pneu sans air qui pourrait bientôt transformer les risques de crevaison en un lointain mauvais souvenir.

Quelques mois plus tard, le projet est loin d’être tombé dans l’oubli. Le Guide de l’auto s’est entretenu avec Steve Cron, ingénieur sénior en développement chez Michelin, afin d’en apprendre davantage sur son développement.

Photo: Frédéric Mercier

Adieu les crevaisons… et l’entretien!
Grâce à une nouvelle technologie à base de matériaux composite, l’Uptis fonctionne comme un pneu normal, à la seule différence que la chambre d’air comprimé est remplacée par des bandeaux de caoutchouc qui lui permettent de conserver sa structure, même sous le poids d’un véhicule qui se déplace à haute vitesse.

Steve Cron le dit tout de suite, l’avantage numéro un du Michelin Uptis réside dans l’élimination de toute possibilité de crevaison. « La sécurité est notre priorité et ce pneu répond exactement à un problème qui dure depuis trop longtemps », lance-t-il fièrement.

Sauf que les avantages ne s’arrêtent pas là. « On voit aussi un énorme potentiel dans le fait que ces pneus n’ont besoin d’aucun entretien. Pour une flotte de véhicules en autopartage, par exemple, ça peut devenir un gros avantage puisque personne ne veut s’occuper de vérifier la pression des pneus », poursuit-il.

Lors du dévoilement du produit en juin, le président du groupe Michelin, Florent Menegaux, est même allé plus loin en soulignant que les véhicules sans conducteur pourraient avoir besoin d’un tel type de pneumatique. « Un véhicule autonome, ça ne supportera pas la crevaison, ça ne supportera pas l’immobilisation et ce pneu-là permettra de répondre à toutes ces questions », avait-il alors avancé.

Coup de pouce à l’environnement
Selon Eric Vinesse, directeur de la recherche et du développement du groupe Michelin, l’aspect environnemental est aussi à considérer dans la liste d’avantages que procure un pneu sans air.

« Aujourd’hui, environ 200 millions de pneus doivent être jetés chaque année en raison de crevaisons ou de pression mal adaptés », avait-il clamé lors du dévoilement à Montréal.

Cette statistique peut sembler exagérée, mais l’avènement de pneus qui ne peuvent pas crever et dont la pression d’air n’a pas besoin d’être régulée pourrait effectivement avoir un rôle positif à jouer sur la durée de vie des pneus.

Qui plus est, un pneu de ce type pourrait théoriquement être réutilisé plusieurs fois, ce qui permettrait également de réduire son empreinte écologique, et ce, même si sa fabrication requiert davantage de ressources qu’un pneu ordinaire.

« Théoriquement, on pourrait ajouter une nouvelle semelle à la base du pneu une fois que la première est trop abîmée », confirme Steve Cron. Et comme la semelle que l’on retrouve sur l’Uptis est la même que sur un pneu ordinaire, on pourrait aussi concevoir des pneus d’hiver équipés de la même technologie.

Photo: Michelin

Des airs de déjà-vu
Parole de Michelin, l’avenir de l’industrie du pneu pourrait bien résider dans cette idée de se débarrasser des chambres à air. « C’est nettement plus sécuritaire et ça peut être avantageux financièrement » estime Steve Cron, dont le travail avec les pneus sans air remonte au Tweel, un autre concept que Michelin avec développé il y a une dizaine d’années, mais qui n’a jamais atteint le stade de production.

Dans le cas de l’Uptis, les choses pourraient toutefois être différentes. « Avec le Tweel, il y avait un certain compromis à faire » admet M. Cron, indiquant que le bruit de roulement était alors un grand inconvénient.

Cela dit, l’Uptis serait nettement plus facile à vivre au quotidien que son prédécesseur. « Certaines personnes nous ont fait part d’un bruit un peu plus élevé [qu’avec un pneu normal], mais c’est très subtil », assure Steve Cron.

Cependant, l’ingénieur admet que la consommation d’essence peut être un tantinet compromise par l’utilisation de ce pneu sans air. Étant plus lourd qu’un pneu conventionnel, l’Uptis peut également réduire légèrement la maniabilité du véhicule qui en est chaussé.

Bien que prometteur, le développement de ce pneu sans air n’est donc pas sans défi. C’est pourquoi Michelin s’est donné un horizon de cinq ans avant de le rendre accessible au grand public. En partenariat avec General Motors, Michelin prévoit effectivement rendre ce nouveau type de pneu accessible aux automobilistes nord-américains.

Bref, les crevaisons sont encore là pour un petit bout!

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×