Subaru Impreza 2020 : une formule toujours aussi gagnante

Publié le 10 décembre 2019 dans Premiers contacts par Germain Goyer

Alors que nous étions de passage dans la région de Lafayette (Indiana) pour assister au lancement du Subaru Crosstrek PHEV, nous en avons également profité pour prendre le volant de l’Impreza 2020 à quatre portes.

Loin d’être un tournant dans la carrière de l’Impreza, l’année-modèle 2020 ne marque l’arrivée que de quelques changements mineurs. Au passage, notons un remodelage du pare-chocs avant et de la grille. On lui reconnaît d’ailleurs des airs empruntés à la Legacy, qui elle, a été entièrement renouvelée.

On a aussi procédé à des modifications dans l’ajustement des suspensions afin d’offrir un maximum de confort. Il est à noter que la différence est plus que subtile. Au catalogue s’ajoute également la teinte bleue Ocean Pearl.

Photo: Germain Goyer

Quatre cylindres à plat
Sous le capot, on continue d’y loger le fidèle moteur atmosphérique à plat à quatre 4 cylindres de 2,0 L. Au tableau de la puissance et du couple, on y lit qu’il développe 152 chevaux et 145 livres-pied.

En choisissant les déclinaisons Convenience, Touring ou Sport, vous aurez le choix entre une boîte manuelle à cinq rapports ou une transmission à variation continue (CVT). Le tout est valable autant pour la berline que l’Impreza à hayon. Le modèle d’essai était jumelé à la boîte CVT. Il s’agit presque d’un mariage naturel entre ce type de boîte et la motorisation qui figure au menu. Force est d’admettre qu’elles travaillent bien conjointement. Leur efficacité pourrait même mettre en péril l’avenir de la boîte manuelle dans un marché qui la boude déjà avec vigueur.

Il est d’ailleurs à noter que la technologie EyeSight ne peut être combinée qu’avec un modèle à transmission automatique. Subaru précise qu’il est plus complexe d’associer cette technologie à une boîte manuelle.

Photo: Germain Goyer

Une version à hayon avantageuse
Si l’Impreza berline peut charger un volume de 348 L dans son coffre, la version à hayon peut loger jusqu’à 588 L derrière sa deuxième rangée de sièges. Notons au passage que le supplément pour passer d’une berline (19 995 $ pour une version d’entrée de gamme) à une variante équivalente à hayon n’est que de 1 000 $. Chez ses concurrentes, l’écart est respectivement de 5 800 $ pour les Honda Civic et de 3 300 $ pour les Mazda3.

Photo: Germain Goyer

Quand la concurrence l’imite
Si Subaru peut aujourd’hui jouir d’une réputation enviable, c’est entre autres grâce à son système de traction intégrale qui est l’un des plus efficaces de l’industrie. Dans le créneau des compactes, on retrouvait, ces dernières années, une majorité de véhicules aux roues motrices avant uniquement.

Or, Subaru nageait à contre-courant en offrant de série ce système qui peut vous éviter bien des heures de pelletage en hiver. Depuis 2019, Mazda rend disponible un système à quatre roues motrices pour sa Mazda3. Cela dit, Mazda ne l’offre que pour les versions GS et GT et le système ne peut être jumelé à la boîte manuelle, contrairement à ce que propose Subaru. Il serait faux de dire que cette bonification soit bénéfique jusqu’à présent puisque les ventes de la Mazda3 accusent un recul de près de 20% comparativement à l’an dernier. Chez Subaru, il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter pour le moment.

Photo: Germain Goyer

On pourrait être porté à croire que l’Impreza est gourmande en raison de son rouage intégral. En revanche, en conduite combinée pour une berline à boîte à variation continue, la consommation moyenne annoncée par Ressources naturelles Canada est de 7,5 L/100 km. C’est nettement moins que la Mazda3 berline à quatre roues motrices et à boîte automatique à six rapports qui consomme 8,2 L/100 km en conduite combinée.

La Subaru Impreza ne change que très peu pour l’année-modèle 2020. Cela dit, avec un design juste assez dynamique, un moteur bien calibré et un rouage intégral offert de série, elle continue de représenter un choix intéressant dans la catégorie des voitures compactes.

En vidéo : Y a-t-il une alternative à la Subaru Impreza?

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Subaru Impreza
Version à l'essai Sport Sedan
Fourchette de prix 21 958 $ – 33 658 $
Prix du modèle à l'essai 27 258 $
Garantie de base 3 ans/60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur n.d.
Consommation (ville/route/observée) 8,3 / 6,4 / n.d. L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Système de traction intégrale légendaire
  • Version à hayon logeable
  • Consommation d’essence raisonnable
Points faibles
  • Trop peu de nouveautés intéressantes pour 2020
  • Motorisation un peu bruyante
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 La consommation est meilleure que celle de sa principale rivale.
Confort 4.0/5 Le soutien de ses sièges est une de ses qualités.
Performances 4.0/5 On apprécie la puissance à bas régime du moteur à plat.
Système multimédia 3.0/5 Pas le plus simple à utiliser, le système Starlink a tout de même été amélioré.
Agrément de conduite 4.0/5 Dotée d’un châssis solide et rigide, l’Impreza est plaisante sur la route.
Appréciation générale 4.0/5 Au sein des voitures compactes, la Subaru Impreza était un choix judicieux pour les consommateurs québécois et elle le demeure.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×