Lincoln Corsair 2020 : oubliez le MKC!

Publié le 23 mars 2020 dans Essais par Julien Amado

Avec sa nouvelle gamme de VUS, Lincoln prend un nouveau virage. L’objectif? Se différencier plus nettement des produits Ford.

Il faut dire que l’on a souvent reproché à beaucoup de modèles Lincoln récents d’être des Ford endimanchés, des modèles trop chers qui n’en offraient pas suffisamment considérant le prix payé.

Avec le nouveau Corsair, c’est différent. À l’intérieur, les plastiques durs et certaines commandes bas de gamme du MKC ont été avantageusement remplacés par des matériaux de bon goût. L’habitacle est agréable à vivre et n’a rien à voir avec un Ford Escape. La qualité de finition est très nettement supérieure ce qui permet de le différencier fortement de son cousin de chez Ford.

Si vous possédez un MKC et ses commandes peu intuitives, vous serez ravis d’apprendre que l’ergonomie a été améliorée à bord du Corsair. Les boutons de chauffage, de ventilation et de la radio sont plus faciles à actionner. Un gros défaut tout de même, les commandes de la boîte automatique ont été déplacées sous les buses de ventilation.

Une disposition qui rappelle les boutons que l’on voyait dans les autos des années 50 et 60… un retour dont on se serait bien passé! En plus d’être peu accessibles, ces boutons sont moins intuitifs qu’un vrai levier et ralentissent les manœuvres qui doivent être effectuées rapidement.

Photo: Julien Amado

Pour le reste, les sièges se sont montrés confortables en plus d’offrir un bon maintien général. Dans notre modèle d’essai, ils étaient également chauffants, ventilés et massants : tout a fonctionné efficacement durant notre semaine d’essai.

L’espace est bon pour quatre occupants aussi bien pour la tête que les jambes. Le coffre propose un volume de 782 litres, c’est correct, mais un Ford Escape fait nettement mieux (948 à 1 016 litres de capacité).

Doux et silencieux

Une fois sur la route, le Corsair met en avant deux qualités majeures. La première, c’est la douceur du roulement en dépit des jantes de 20 pouces qui équipaient notre modèle d’essai. Les suspensions font un travail remarquable et ne font ressentir les irrégularités de la route que lorsque celle-ci est vraiment défoncée. Le reste du temps, les occupants demeurent très bien isolés. 

La seconde qualité, c'est le silence qui règne à bord. Et à part des bruits d’air faiblement audibles au niveau des rétroviseurs à vitesse d’autoroute, l’insonorisation est excellente. C’est encore plus impressionnant quand on sait que notre véhicule d’essai était doté de pneus d’hiver, qui se font plus entendre que leurs homologues quatre saisons.

Photo: Julien Amado

Le silence de l’habitacle, combiné à la douceur du roulement, incite à une conduite calme et coulée. Ce qui est mieux car le Corsair n’aime pas vraiment être brusqué. Il tient bien la route et n’est jamais dangereux, mais son amortissement paramétré pour le confort induit un roulis important quand on le maltraite.

Le VUS signé Lincoln n’a pas de prétentions sportives, mais ce n’est pas ce que recherche la clientèle de toute façon. Dans ces conditions, difficile de lui en tenir rigueur, d’autant plus qu’à part sur des routes de montagne, la majorité des clients n’y prêtera pas attention.

En revanche, la direction est plutôt précise et offre un bon retour d’information au conducteur.

Un moteur nerveux

Deux moteurs peuvent prendre place sous le capot du Corsair. Le premier est un 4 cylindres 2 litres turbocompressé délivrant 250 chevaux et 280 livres-pied. Notre véhicule d’essai était équipé du moteur optionnel de 2,3 litres. Un surcroît de cylindrée qui lui permet d'afficher 295 chevaux et 310 livres-pied.

Suffisamment performant à bas régime, ce moteur ne s’essouffle pas ce qui lui permet de proposer des accélérations et des reprises convaincantes.

Dommage que la transmission à 8 rapports soit un peu lente quand on lui demande un rétrogradage rapide. Il ne faut pas hésiter à appuyer fortement sur l’accélérateur pour que cette dernière descende un ou deux rapports. Et même dans ce cas, le temps de latence demeure un peu trop important. Cela dit, la boîte fait du bon travail et se fait oublier le reste du temps.

Photo: Julien Amado

Si vous hésitez entre les deux blocs, sachez que le moteur de base suffit amplement pour un usage quotidien. Mais il faut reconnaître que le surplus de puissance et de couple du 2,3 litres rend la conduite plus plaisante.

Durant notre semaine d’essai, la consommation du Corsair à moteur 2,3 litres s’est élevée à 13,4 L/100 km (deux tiers de ville et un tiers de route avec une température de -10°environ). Selon Ressources naturelles Canada, le véhicule devrait afficher une consommation moyenne de 9,8 L/100 km.

Quand même pas donné

Dernier point, et pas des moindres, le prix! Le modèle de base du Corsair débute à 46 150 $ (Transport et préparation inclus). Pour profiter du moteur de 2,3 litres, il faudra obligatoirement opter pour le modèle Ultra (51 950 $).

Des prix similaires à la concurrence, mais qui peuvent vite grimper quand on coche des options. Ainsi, en optant pour un modèle très haut de gamme complètement équipé, on arrive à un prix qui dépasse 65 000 $. Considérant la valeur de revente assez faible des produits Lincoln, mieux vaut opter pour la location si ce modèle vous intéresse.

Photo: Julien Amado

En conclusion, le Lincoln Corsair est-il intéressant? Si vous cherchez un véhicule luxueux, confortable et qui change des éternels BMW, Audi ou Mercedes-Benz, pourquoi pas?

Si vous hésitez à monter en gamme, un Ford Escape est-il plus avantageux? C’est une solution à envisager si vous tenez à l'habitacle plus luxueux  du Corsair et que vous n'optez pas pour le moteur à 3 cylindres que nous vous déconseillons.

En vidéo : l'essai du Ford Escape 2020 à moteur 3 cylindres

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai n.d.
Version à l'essai Base TI
Fourchette de prix 44 700 $ – 50 500 $
Prix du modèle à l'essai 44 700 $
Garantie de base 4 ans/80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 6 ans/110 000 km
Consommation (ville/route/observée) 11,1 / 8,1 / 13,4 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Roulement confortable
  • Insonorisation réussie
  • Moteur 2,3 litres volontaire
Points faibles
  • Sélecteur de vitesse peu pratique
  • Transmission parfois lente à rétrograder
  • Prix élevé des modèles de certaines options
Fiche d'appréciation
Consommation 2.5/5 Le moteur 2,3 litres est plus gourmand qu’annoncé.
Confort 4.5/5 Que ce soit les sièges ou les suspensions, le confort est un des points forts du Corsair.
Performances 4.0/5 Les accélérations et les reprises sont bonnes avec le moteur optionnel.
Système multimédia 4.0/5 Le système de Ford et Lincoln fonctionne bien et se montre plus intuitif que le modèle précédent.
Agrément de conduite 4.0/5 Si la conduite sportive vous importe peu, vous saurez apprécier le silence et le confort du Corsair.
Appréciation générale 3.5/5 Agréable à conduire, performant et plaisant au quotidien, le Corsair est beaucoup plus convaincant que le MKC qu’il remplace.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×