Mazda CX-30 2020: un parfait entre-deux

Publié le 4 mai 2020 dans Essais par Jacques Bienvenue

Pour mieux satisfaire les acheteurs avides de petits véhicules utilitaires, Mazda a lancé le CX-30, un nouveau modèle qui s’insère intelligemment entre le CX-3 et le CX-5 au sein de sa gamme.

Les automobilistes canadiens sont très friands d’utilitaires compacts. Les constructeurs l’ont compris. Alors, ils multiplient leurs formats. Prenez Nissan, par exemple. En 2017, ce constructeur a lancé le Qashqai pour offrir une alternative à la fois aux acheteurs intéressés par le Juke et à ceux qui considèrent le Rogue de taille compacte. De leur côté, Chevrolet et Buick feront bientôt de même en proposant respectivement le Trailblazer et l’Encore GX. Le premier sera à mi-chemin entre le Trax et l’Equinox, alors que le second plaira peut-être davantage qu’un Encore, plus petit, ou qu’un Envision, plus gros.

Outre ces nouveautés qui servent d’entre-deux, les constructeurs sont en train de créer une catégorie intermédiaire faisant le pont entre les modèles compacts et sous-compacts. Mazda aussi a adopté cette stratégie, ce qui a donné naissance au CX-30.

Dévoilé au Salon de l’auto de Montréal, en janvier, cette nouveauté encore toute fraîche s’insère entre le CX-3 et le CX-5 dans la gamme des produits du constructeur nippon.

L’empattement généreux de son châssis l’assimile au CX-5 (- 46 mm) manifestement plus qu’au CX-3 (+ 82 mm). Par contre, la longueur de sa carrosserie ne suggère pas un constat aussi tranchant : elle est 155 mm plus courte que celle d’un CX-5 et 121 mm plus longue que celle d’un CX-3. Très élégante, elle est également plus basse que celle du CX-5 (-100 mm), sans toutefois l’être autant que celle d’un CX-3 (+ 42 mm). Une garde au sol importante (203 mm), supérieure à celle du CX-5 (190 -192 mm), explique sans doute cet état de choses. Après tout, le CX-3, lui, se déplace à 154 mm du sol — 14 mm de plus seulement qu’une Mazda3 Sport!

Plus accueillant qu'un CX-3

Ces dimensions annoncent l’habitabilité attrayante de son habitacle. Un essai récent nous a démontré que le CX-30 peut accueillir confortablement quatre adultes de taille moyenne, alors que dans un CX-3, les places arrière devraient être réservées à de jeunes enfants, faute d’un espace suffisant pour la tête et surtout les jambes.

Le coffre transformable du CX-30 lui donne aussi un statut d’entre-deux. Comme l’illustrent ces chiffres de volume utile, lequel varie de 430 à 1 406 L selon l’utilisation qui est faite de la banquette arrière et de ses dossiers escamotables (40/60 de série), son coffre procure plus de volume de chargement qu’un CX-3 (350 -1 260 L), mais un peu moins qu’un CX-5 (506 -1 620 L). Ce coffre se révèle d’ailleurs très pratique grâce à une ouverture bien pensée, à la fois large et haute, sans seuil gênant.

Photo: Mazda

Ces dimensions intéressantes et ce coffre volumineux (plus pratique que celui du plus petit des utilitaires Mazda) font du CX-30 un rival de taille pour le Nissan Qashqai et le Hyundai Kona, deux autres entre-deux qui, en 2019, ont dominé les ventes dans cette nouvelle catégorie de véhicules.

La silhouette attrayante de ce Mazda plaît beaucoup, si l’on se fie aux nombreux commentaires approbateurs reçus des gens que nous avons croisés au fil de notre essai. Ses formes homogènes et équilibrées qui vieilliront bien tranchent avec l’allure anguleuse et massive donnée à certains de ses rivaux pour suggérer des capacités hors route... qu’ils n’ont pas toujours!

Mécaniques connues

Pour animer les différentes versions de ce nouveau venu, Mazda a recours à des moteurs atmosphériques connus. La version GX, la plus abordable du lot, utilise une variante du 4 cylindres de 2,0 L du CX-3. Elle produit 155 chevaux et 150 lb-pi de couple, soit 7 chevaux et 4 lb-pi de plus.

Les versions GS et GT, quant à elles, partagent le 4 cylindres de 2,5 L du CX-5, un moteur plus performant qui livre 186 chevaux et 186 lb-pi de couple. Les CX-30 GS utilisent le moteur servant au CX-5 GX, alors que le CX-30 GT bénéficie du moteur à variateur de cylindrée des CX-5 GS et GT. Ce dispositif désactive deux cylindres lorsque le moteur est peu sollicité et que le véhicule se déplace à vitesse constante, par exemple sur l’autoroute. Cela permet de réduire la consommation de carburant d’environ 3 à 4 %. Ce système permet donc au modèle GT d’afficher une cote moyenne de consommation de 8,6 L/100 km dans le site ÉnerGuide, plutôt que les 8,9 L du GS à quatre roues motrices; des cotes réalistes, puisque nous avons réalisé une moyenne de 9,0 L au volant d’un CX-30 GT.

Précisons qu’une transmission intégrale figure parmi les options des CX-30 GX et GS, alors qu’elle fait partie de la dotation de série du CX-30 GT. De plus, les deux moteurs sont jumelés à des boîtes de vitesses automatiques à 6 rapports conçues selon les besoins de chacun. Dans le cas du modèle GT, cette boîte automatique, qui s’est révélée particulièrement douce, est assortie de palettes fixées au volant. Elles permettent de mieux exploiter son mode manuel. D’ailleurs, il est dommage que cet accessoire soit réservé uniquement au CX-30 le plus cher.

Photo: Mazda

Bien équipé

En revanche, toutes les versions reçoivent, entre autres équipements, un système de stabilisation dans les courbes (appelé contrôle vectoriel G), un système de surveillance des angles morts avec alerte de trafic arrière transversal, des sièges avant chauffants, un climatiseur, de même que les systèmes d’infodivertissement CarPlay et Android Auto.

Les sièges baquets, par ailleurs, sont particulièrement accueillants. De plus, à l’instar de la carrosserie, le tableau de bord adopte un style sobre, mais élégant. Plusieurs commandes sont réunies sur la console. Parmi celles-ci, on dénote l’interface rotative HMI (Human-machine interface). Elle permet au conducteur de contrôler diverses fonctions qui s’affichent sur l’écran perché au sommet du tableau de bord. Malheureusement, son fonctionnement peu intuitif est doublé d’une ergonomie perfectible. Si bien que l’on s’ennuie des boutons ordinaires pour allumer et syntoniser la radio si simplement!

Le CX-30 se distingue, néanmoins, par une finition impeccable, des matériaux de haute qualité qui parent son intérieur, mais aussi par une insonorisation de haut niveau complété par un roulement étonnamment doux. Des qualités que l’on associerait spontanément à une Mercedes ou à une BMW. Mais ici, il s’agit des qualités d’un véhicule abordable coûtant deux ou trois fois moins cher!

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Mazda CX-30 2020
Version à l'essai GX
Fourchette de prix 23 950 $ – 33 850 $
Prix du modèle à l'essai 28 650 $
Garantie de base 3 ans/illimité
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/illimité
Consommation (ville/route/observée) 8,9 / 7,1 / n.d. L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Buick Encore, Buick Encore GX, Fiat 500X, Ford EcoSport, Honda HR-V, Hyundai Kona, Kia Seltos, Mitsubishi RVR, Nissan Qashqai, Subaru Crosstrek
Points forts
  • Finition impeccable
  • Comportement routier agréable
  • Moteur de 2,5 L performant
Points faibles
  • Interface rotative perfectible
  • Consommation élevée (2,5 L)
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5
Confort 4.0/5
Performances 4.0/5
Système multimédia 3.5/5
Agrément de conduite 4.0/5
Appréciation générale 4.0/5
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×