Toyota RAV4 Prime 2021 : comme 1000 petits pains chauds

Publié le 31 août 2020 dans Essais par Germain Goyer

Étant le véhicule utilitaire sport le plus vendu au Canada, on doit se rendre à l’évidence que le Toyota RAV4 est le chouchou des consommateurs. Pour 2021, ses versions à essence et hybride demeurent les mêmes. Cependant, une déclinaison hybride rechargeable vient bonifier l’offre existante.

Le Guide de l’auto s’est déplacé dans la région de Kingston en Ontario pour assister au lancement canadien du Toyota RAV4 Prime 2021. Voici ce que nous en avons pensé.

68 kilomètres

Sur le plan mécanique, le Toyota RAV4 Prime 2021 est animé par un moteur à quatre cylindres de 2,5 L. Celui-ci est agrémenté par deux moteurs électriques (un à l’avant et un à l’arrière). Au total, on a droit à une puissance de 302 chevaux, ce qui est absolument époustouflant.

Grâce à sa batterie de 18,1 kWh, le RAV4 Prime peut rouler jusqu’à 68 kilomètres en mode tout électrique. Au cours de l’essai qui a été réalisé dans des conditions que nous jugeons favorables, nous avons pu parcourir une distance légèrement supérieure avec une seule charge en conservant une conduite normale. Une fois la batterie épuisée, on tombe en mode hybride et Toyota annonce une consommation combinée de 6,0 L/100 km, ce qui est fort raisonnable puisque nous avons enregistré une consommation supérieure de tout juste deux dixièmes de litre.

En ce qui a trait à la recharge de sa batterie, il faut compter 12 heures en utilisant une borne de niveau 1 et 2,5 heures avec une borne de niveau 2.

Photo: Germain Goyer

Presque une GR Supra

Bien que les VUS compacts ne brillent généralement pas par leurs performances à couper le souffle, le RAV4 Prime impressionne à ce chapitre. En effet, il est carrément le RAV4 le plus puissant et le plus rapide produit à ce jour.

Tout juste derrière la GR Supra, il est aussi le véhicule le plus véloce de la gamme Toyota puisqu’il est capable d’atteindre 100 km/h en seulement 6 secondes. Pour un véhicule dont la vocation première est de vous faire économiser à la pompe, il y a de quoi être épaté.  Une fois de plus, Toyota prouve que motorisation hybride ne rime pas forcément avec platitude.

Pas de doute, le nouveau RAV4 Prime est rapide et ses accélérations sont vives. Or, pour ce qui est du reste, on n’est nullement dépaysé. Autant en ce qui a trait à son comportement routier qu’à sa présentation intérieure, Toyota a conservé l’authenticité du modèle. Si vous avez déjà roulé à bord d’un RAV4 ordinaire, vous ne serez pas dépaysé à bord du Prime.

13 000 $ de rabais

Pour obtenir le maximum de crédit gouvernemental lié aux véhicules électriques au Canada, il faut grosso modo répondre à deux critères : avoir une batterie de 15 kWh et plus ainsi qu’un PDSF de 45 000 $ et moins. Affichant un prix de départ de 44 990 $ et renfermant une batterie de 18,1 kWh, le RAV4 Prime a droit un total de 13 000 $ de crédit pour les consommateurs québécois, soit 5000 $ de la part du gouvernement fédéral et 8000 $ du provincial.

Cette somme est la même accordée pour un véhicule entièrement électrique comme le Hyundai Kona EV ou la Nissan Leaf. Or, le RAV4 Prime n’est qu’un hybride rechargeable. Ses proches rivaux, les Ford Escape PHEV et Mitsubishi Outlander PHEV, n’y ont pas droit puisque la taille de leur batterie n’est pas suffisamment grande. Avec ceux-ci, les consommateurs doivent se contenter d’une subvention de 6500 $.

Il est primordial de souligner qu’à 44 990 $, on a droit à la variante SE, soit la version de base uniquement offerte en noir, blanc ou gris. En plus, sur une allocation d’environ 1000 RAV4 2021 Prime au Québec, on nous a dit que seulement 3% de la production représentera ce niveau d’équipement.

Autrement dit, Toyota est motivé à vendre des RAV4 Prime, mais seulement des RAV4 Prime qui seront lucratifs : il faut allonger 6 600 $ pour passer de la version SE à XSE. Si l’on veut obtenir le groupe Technologie Premium, on doit rajouter 5 400 $. Cet ensemble comprend la navigation intégrée, les palettes de changement de vitesses, l’affichage tête haute, les sièges avant ventilés, le toit panoramique (qui est une première pour le RAV4), la caméra de vision à vol d’oiseau, etc.

Pas que du positif

Malgré plusieurs attraits qui en font déjà un véhicule très en demande, la version Prime du RAV4 n’a pas que des qualités. En effet, mentionnons que par rapport à une version à essence ou hybride conventionnelle, l’espace de chargement est réduit. Le volume passe de 1064 à 949 L. Malgré tout, on a conservé la roue de secours. Brillante idée. On nous a également dit que le volume de l’habitacle était inchangé.

Qui plus est, sa garde au sol est légèrement diminuée. Elle mesure 180 ou 190 millimètres en fonction du niveau d’équipement choisi pour le RAV4 Prime alors qu’elle est de 206 millimètres en ce qui concerne la version hybride conventionnelle. Avis à ceux qui avaient l’intention de sortir des sentiers battus.

À l’inverse, au chapitre du remorquage, le RAV4 Prime fait le poids. Le manufacturier annonce qu’il peut remorquer jusqu’à 2 500 livres, ce qui déclasse le RAV4 à essence, à l’exception de la version Trail AWD, de même que la déclinaison hybride.

Photo: Germain Goyer

Soyons patients

Avant même de savoir que le RAV4 Prime allait être éligible à la totalité des subventions gouvernementales, de nombreux consommateurs ont inscrit leur nom sur une liste d’attente. Il y a quelques semaines, le propriétaire de la concession Toyota de Saint-Félicien nous confiait avoir reçu 17 dépôts de 2 000 $ alors que son allocation n’allait être que de quatre ou cinq exemplaires. Si certains mentionnent 18 mois d’attente pour obtenir ce véhicule, d’autres vont jusqu’à affirmer qu’il est plus réaliste d’imaginer un horizon de deux ans.

Au moment d’écrire ces lignes, les premiers exemplaires du Toyota RAV4 Prime sont déjà arrivés chez les concessionnaires.
Le Toyota RAV4 Prime a toutes les cartes en main pour se vendre comme des petits pains chauds, surtout au Québec où les subventions gouvernementales sont plus généreuses que partout ailleurs au pays. Or, avec une offre limitée à 1000 exemplaires au Canada en 2021 et une liste d’attente déjà très longue, le RAV4 Prime sera visiblement victime de son succès.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Toyota RAV4 2021
Version à l'essai Prime XSE
Fourchette de prix 28 090 $ – 51 590 $
Prix du modèle à l'essai 51 590 $
Garantie de base 3 ans/60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 5,9 / 6,5 / 6,2 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Mitsubishi Outlander PHEV SE S-AWC 2021, Ford Escape Hybride rechargeable 2021
Points forts
  • Autonomie en mode électrique plus que respectable
  • Éligible aux crédits gouvernementaux totalisant 13 000 $
  • Accélération impressionnante
Points faibles
  • Temps d’attente démesuré pour obtenir un exemplaire
  • Trop faible diffusion du modèle d’entrée de gamme
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 À environ 6,0 L/100 kilomètres en mode hybride, le RAV4 Prime est fort intéressant.
Confort 3.5/5 On pourrait s’attendre à mieux d’un VUS de ce format.
Performances 4.0/5 L’accélération est si vive qu’elle impressionnera quiconque.
Système multimédia 3.0/5 Il y a encore du boulot à faire de ce côté…
Agrément de conduite 4.0/5 Plus agréable à conduire que jamais.
Appréciation générale 4.0/5 Le temps d’attente pour obtenir un RAV4 Prime nous empêche de lui accorder la note parfaite.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×