Hummer : de véhicule macho à sans émission

Publié le 21 octobre 2020 dans Blogue par Marc-André Gauthier

Je m’en souviens clairement. J’étais pas mal plus jeune, et un de mes cousins, qui avait l’environnement à cœur, y est allé de ces mots : si un jour je gagne à la loterie, j’achète 10 Hummer, je convoque les médias chez un ferrailleur, et je les détruis.

Le Hummer a toujours eu mauvaise réputation auprès des écologistes. À juste titre, puisqu’il était lourd et lent. C’est normal, son moteur n’a jamais été pensé pour effectuer de fortes accélérations, mais plutôt pour réaliser des performances constantes.

Un char d’armée

Le Hummer H1 est arrivé sur notre marché en 1992. Il s’agissait d’une version civile du Humvee, un véhicule multiusage largement employé par l’armée américaine, produit par la compagnie AM General. C’est d’ailleurs celle-ci qui a tenté la conversion civile.

Photo: Hummer

Avec ses formes militaires  et ses performances hors route uniques, le H1 a rapidement atteint le statut de véhicule culte. Encore aujourd’hui, les collectionneurs s’arrachent les H1 en bon état.

Les choses ont commencé à se gâter à la fin des années 90, alors que General Motors a acheté la plate-forme civile du Hummer à AM General. On souhaitait ainsi commercialiser le H1 dans le réseau des concessionnaires General Motors, puis étendre la gamme. Ainsi, le H1 fit tranquillement sa place au H2, qui rompit avec les formes carrées, et nous avons même eu droit au H3, une version « compacte » du H2.

Photo: Hummer

L’idée de conduire un véhicule « militaire » a longtemps plu aux gens, et leur plaît encore. Certains l’ignorent, mais le Classe G de Mercedes-Benz, celui que les nouveaux riches de Montréal s’arrachent, est basé sur un véhicule militaire allemand, que l’armée canadienne utilise pour équiper ses hussards.

Le Hummer H1 donnait effectivement l’impression de conduire un véhicule militaire . Les H2 et H3, pas mal moins.

Avec l’augmentation du prix de l’essence, les H2 et H3 sont morts de leur belle mort. Tout comme la marque Hummer, qui est devenue le bouc-émissaire de tous les environnementalistes de la planète.

On ne peut pas dire que l’achat du Hummer par GM fut un gros succès commercial. Les ventes des modèles H2 et H3 ont été faibles, particulièrement lors des dernières années, au point où certains concessionnaires Hummer se sont lancés dans la vente d’armes à feu en parallèle.

Parfums, vêtements, accessoires, les gens au marketing chez General Motors ont essayé de faire la marque Hummer une marque lifestyle. Cependant, on approchait la fin des années 2000, et le marketing du genre avait de moins en moins sa place.

Tel Lazare

Tel Lazare dans la Bible, qui revint d’entre les morts, General Motors ressuscite Hummer, 10 ans après l’avoir envoyée aux oubliettes. Le Hummer est de retour en tant que camionnette décapotable, et surtout 100% électrique.

Photo: GMC

1000 chevaux, 11 500 livres-pied de couple, c’est complètement débile! Ça rend obsolète toutes les autres camionnettes. Aucune motorisation à essence ne peut offrir ça, et c’est pourquoi GM a eu la brillante idée de se tourner vers une motorisation électrique.

Ainsi, le Hummer EV, qui arrivera dans les concessions GMC à l’automne 2022, aura enfin un rôle utile dans le marché de l’automobile : celui de repousser les limites, de faire rêver, et ultimement de démocratiser les camionnettes électriques. On s’attend à un prix qui avoisinera les 100 000 $. Assez cher, c’est vrai, mais quand on considère que c’est le prix d’un F-250 Limited, on réalise que le Hummer n’est pas si dispendieux, finalement.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×