GM prépare la relance son usine de camionnettes à Oshawa

Publié le 20 novembre 2020 dans Actualité par Germain Goyer

Il y a quelques jours à peine, General Motors annonçait qu’elle allait relancer la production de ses camionnettes pleine grandeur à son usine d’Oshawa, moins d’un an après y avoir cessé l’assemblage de véhicules.

Le Guide de l’auto s’est entretenu avec David W. Paterson, vice-président des affaires publiques et de l’environnement chez General Motors Canada, pour en connaître davantage la relance de cette usine canadienne.

« On n’a jamais abandonné »

D’emblée, M. Paterson a tenu à spécifier que malgré l’arrêt de la production d’automobiles à l’usine d’Oshawa, « on n’a jamais abandonné ». De son côté, il jure n’avoir jamais cessé d’espérer une relance.

Photo: GM

Cela dit, depuis l’arrêt de l’assemblage de véhicules, l’usine s’est transformée en lieu de fabrication de pièces, notamment. On  a également su se revirer sur un dix sous en raison de la pandémie de coronavirus. En effet, depuis le printemps, plus de cinq millions de masques y ont été produits. Pour y arriver, pas moins de 380 employés ont été rappelés.

D’ailleurs, d’ici le début de la relance de la chaîne de montage en janvier 2022, on prévoit que le nombre de salariés passera à 1 700. Ceux-ci seront répartis sur deux quarts de travail. En ce qui a trait à la rénovation de l’usine et à son réoutillage, elle générera environ 1 000 emplois d’après les dires de M. Paterson.

Et ça, c’est sans parler des 10 000 emplois estimés qui seront créés ailleurs dans la chaîne d’approvisionnement. Pour le vice-président des affaires publiques et de l’environnement, il s’agit d’une opportunité en or pour les jeunes travailleurs.

Une hausse de la demande pour les camionnettes

Avec une offre de voitures qui s’est considérablement réduite au cours des dernières années, il n’est pas étonnant que la clientèle se tourne davantage vers les véhicules utilitaires sport et les camionnettes. Celles-ci représentent d’ailleurs plus de 40% des ventes de General Motors.

À cet effet, M. Paterson commentait que la pandémie de coronavirus a notamment affecté le comportement des consommateurs. Certains foyers ont revu leur budget accordé aux loisirs et aux vacances et ils s’adonnent ainsi aux sports nautiques ou même au camping. C’est entre autres pour cette raison qu’une hausse de la demande pour les camionnettes est constatée.

Photo: General Motors

Pas d’électrification à l’horizon

Si Ford, qui domine le segment des camionnettes, débarque avec un F-150 hybride et planche sur une version électrique, les plans semblent moins concrets chez General Motors, même si la PDG Mary Barra a confirmé au printemps qu’un Silverado électrique sera bel et bien produit.

Cela dit, lors de son réoutillage, l’usine d’Oshawa ne sera pas conçue pour assembler des camionnettes électrifiées.

Encore dans l’attente d’un investissement des gouvernements

Si ce premier combat a été remporté, il reste encore du pain sur la planche et les discussions avec les gouvernements ontarien et canadien ne sont pas terminées. « General Motors est toujours en attente d’une entente avec les gouvernements provincial et fédéral. Cet investissement souhaité favoriserait la flexibilité de l’assemblage des camionnettes », commente David W. Paterson.

Cela dit, il n’a pas pu s’empêcher d’admettre que la relance de cette usine ontarienne représente assurément le moment le plus cher de sa carrière.

En vidéo: Antoine Joubert présente le Chevrolet Tahoe 2021

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×