Porsche : une essence synthétique aussi propre qu'une voiture électrique?

Publié le 24 février 2021 dans Actualité par Guillaume Rivard

Le glas sonne de plus en plus fort pour les moteurs à combustion. Un nombre croissant de gouvernements à travers le monde, dont celui du Québec, veulent les bannir d’ici la fin de la prochaine décennie pour faire place aux véhicules entièrement électriques.

Entre-temps, les constructeurs automobiles trouvent différentes façons de les rendre plus efficaces et plus propres. Porsche a même fait une déclaration surprenante en marge du récent dévoilement de la nouvelle 911 GT3.

Dans une entrevue pour le magazine Evo, son vice-président des sports motorisés et des voitures GT, Frank Walliser, a parlé du développement des carburants synthétiques comme celui que Porsche est en train de mettre au point, appelé « eFuel ».

Selon lui, les moteurs thermiques alimentés par cette alternative aux combustibles fossiles rendraient leurs véhicules aussi propres que les modèles 100% électriques en tenant compte de l’ensemble du cycle de fabrication et d’utilisation.

Photo: Porsche AG

Le carburant eFuel, que Porsche veut commencer à produire en Europe dans un avenir rapproché avec des essais en 2022, permettrait une réduction des émissions de CO2 de 85%, rien de moins. Aucune modification aux véhicules ne serait même nécessaire pour les rendre compatibles. Idem pour les stations-service.

Ce fluide « magique » se compose d’un mélange d’eau, d’hydrogène et de CO2 qui peut être obtenu de manière carboneutre. Il en résulte une forme de méthanol synthétique pouvant être convertie en essence.

Est-ce juste une utopie ou une solution réellement viable pour les conducteurs et les entreprises qui sont encore loin de songer à adopter les véhicules électriques? Ça dépend évidemment du coût de production, de la distribution et du prix à la pompe.

Audi, Bentley, Mazda et McLaren ont tous déjà affiché une ouverture par rapport aux carburants synthétiques. D’un autre côté, Mercedes-Benz n’y croit pas, préférant se concentrer sur l’électrification. Certains évoquent aussi le carburant E85 à base d’éthanol, qui ne fait pas l’unanimité depuis son apparition dans les années 1990.

Chose certaine : les véhicules à combustion vont continuer à rouler un bon bout de temps même après qu’on interdise leur vente. Tout ce qui peut les rendre plus « verts » mérite d’être approfondi.

En vidéo: Fini les véhicules à essence dès 2035 au Québec

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×