Bientôt une méga usine de batteries en Ontario?

Publié le 26 février 2021 dans Électrique par Guillaume Rivard

La ville de Windsor, en Ontario, serait activement dans la course pour obtenir une usine de fabrication de batteries pour véhicules électriques. Le site, qui représenterait un investissement de 2 milliards $, emploierait quelque 2 000 personnes.

Selon ce que rapporte le quotidien Windsor Star, la Corporation de développement économique de Windsor-Essex (WEEDC) affirme qu’un constructeur automobile d’envergure internationale cherche à implanter une telle usine en Amérique du Nord.

Les gouvernements de l’Ontario et du Canada seraient aussi impliqués dans les discussions en vue d’aider la candidature de Windsor.

Le directeur général de la WEEDC, Stephen MacKenzie, mentionne que Windsor est la seule ville canadienne en lice pour accueillir l’usine de batteries. Celle-ci serait aménagée sur un terrain vague à proximité d’une sous-station électrique et nécessiterait 90 mégawatts d’énergie, selon le Windsor Star.

« Nous avons plusieurs terrains qui feraient l’affaire et la ville est très bien positionnée dans tous les critères requis. Les coûts d’électricité sont la seule chose qui me rend nerveux », a déclaré MacKenzie, faisant référence au fait que l’Ontario paie son électricité plus cher que bien d’autres endroits sur le continent.

De quel constructeur s’agit-il?

Les paris sont ouverts, mais le nouveau patron de Ford, Jim Farley, a exprimé l’automne dernier le souhait que sa compagnie commence à fabriquer ses propres batteries. Puis, cette semaine, il a lancé un appel au président américain Joe Biden pour encourager la production à grande échelle de batteries sur le territoire afin d’éviter de futures pénuries.

Ford, qui possède une usine de véhicules à Oakville et une usine de moteurs à Windsor, injectera 1,8 milliard $ dans la première en vue d’assembler cinq modèles de véhicules électriques entre 2025 et 2028. Leur identité reste à confirmer.

Windsor est aussi la ville où se trouve l’usine de fourgonnettes de Stellantis (anciennement FCA). D’ailleurs, le constructeur prévoit d’y investir entre 1,35 et 1,5 milliard $ pour lancer une nouvelle plateforme destinée à des véhicules hybrides rechargeables ou 100% électriques en 2024.

En vidéo: 10 modèles qui devraient offrir une version électrique

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×