Souvenirs de mes premiers pas au Guide de l'auto...

Publié le 4 mars 2021 dans Blogue par Antoine Joubert

Un peu plus tôt cette semaine, je suis tombé par hasard sur cette vieille photo que j’avais prise lors d’une participation au match comparatif des compactes, en vue du Guide de l’auto 2000.

Il ne s’agissait pas de ma toute première présence dans cet ouvrage, qui remonte à l’édition de 1998. Or, les souvenirs rattachés à ce match comparatif sont particuliers.

À cette époque, j’effectuais un stage de vente automobile pour un concessionnaire Volkswagen de la région de l’Outaouais. Depuis Gatineau, je m’étais rendu à Sanair (Saint-Pie), au volant d’une Jetta 1999 de couleur rouge, empruntée au patron, voiture qui avait servi à la prise de photos pour le reportage. Pourquoi cet emprunt? Parce que la Jetta prêtée pour les fins du match comparatif était un modèle de base de couleur noire. Et comme vous pouvez le voir, seule la Jetta allait sortir du lot sur cette image, où les voitures ont toutes des teintes plutôt fades.

Place aux berlines!

L’idée de ce match réalisé à l’aube du nouveau millénaire était bien sûr de mettre en lumière plusieurs nouveautés de l’industrie. D’abord, la Ford Focus, révolutionnaire pour l’époque, mais aussi les Chrysler Neon, Daewoo Nubira, Kia Sephia et Volkswagen Jetta, sans oublier la Mazda Protegé qui avait été rafraîchie un an plus tôt.

Avec douze bagnoles à mettre à l’essai sur le circuit de Sanair et sur les routes avoisinantes, nous avions du pain sur la planche. Parce que oui, à cette époque, on pouvait répertorier pas moins de douze berlines compactes sur le marché, un nombre aujourd’hui réduit à huit. Et il faut dire que l’on avait choisi de ne pas inscrire les Nissan Sentra et Suzuki Esteem au match, sur le point d’être renouvelées. Curieusement, un seul constructeur avait décliné l’invitation de participer à l’événement, soit General Motors, qui avait refusé le prêt d’une simple Chevrolet Cavalier ou Pontiac Sunfire...

Photo: Pontiac Sunfire

Denis Duquet, maître d’œuvre de cet événement, avait donc dû se tourner vers une agence de location, pour que GM puisse être présent dans ce match. D’ailleurs, par souci de transparence et sans doute pour passer un petit message aux relationnistes de GM de l’époque, Denis avait volontairement choisi de ne pas retirer la plaque avant de cette Cavalier, à l’effigie de Delvan, compagnie de location automobile! En plus de gérer l’approvisionnement des voitures, Denis se chargeait également de la prise de photos, de la compilation des données et de la rédaction de l’article, allant même jusqu’à préparer les sandwiches pour notre gueuleton du midi.

Parmi les chroniqueurs présents à cet événement, pensez notamment à Philippe Lagüe, Amyot Bachand et Alain Raymond. Pensez aussi à Jacques Duval, qui s’était présenté au match au volant d’une Plymouth Prowler jaune. Une voiture qui, à l’époque, en mettait plein la vue. M. Duval m’avait permis de prendre le volant de cette Prowler pour quelques tours de piste. Et je me souviens d’avoir ressenti un curieux mélange d’excitation et de déception, la Prowler n’étant finalement pas très impressionnante sur le plan dynamique.

Un classement surprenant

N’étant pas encore disponible sur le marché, la Ford Focus nous avait été livrée par le constructeur de Dearborn avec une immatriculation américaine. Pour moi, il s’agissait d’une primeur et d’une chance que de pouvoir conduire cette berline audacieuse et ultramoderne, qui n’allait tout de même pas remporter ce match, alors que l’équipe avait été davantage séduite par la Mazda Protegé. Un véritable succès qui a permis à Mazda de s’émanciper et de rejoindre une vaste clientèle, particulièrement au Québec.

Les Honda Civic et Toyota Corolla alors vieillissantes avaient terminé en milieu de peloton. Avec le recul, il s’agissait clairement des deux meilleurs achats à long terme que l’on pouvait réaliser. En troisième et quatrième position se trouvaient respectivement les Volkswagen Jetta et Subaru Impreza, deux voitures dynamiquement convaincantes, mais qui décevaient par une facture se situant bien au-delà de la moyenne. Puis, à la traîne, les deux produits GM qu’étaient la Cavalier et la Saturn SL.

De ces deux journées, je retiens bien sûr les rencontres, l’apprentissage de la réalisation d’un match comparatif ainsi que mes premières expériences sur le circuit de Sanair, n’ayant à l’époque lâché mon fou qu’à quelques reprises sur la ligne droite de Napierville...

En observant cette photo, aux côtés de Denis Duquet qui trimballait un équipement photo, je me suis posé la question suivante : si toutes ces voitures étaient encore neuves, laquelle choisirais-je? Probablement, la Subaru Impreza, quoiqu’il serait cocasse de conduire une Daewoo Nubira étincelante, aujourd’hui méconnue de la plupart des gens.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×